PREMIERE EPITRE AUX CORINTHIENS

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 15 ~ Versets 1 à 58

La résurrection


Traduction Louis Segond 1910

1 Je vous rappelle, frères, l'Evangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré,

2 et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé ; autrement, vous auriez cru en vain.

3 Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures ;

4 qu'il a été enseveli, et qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures ;

5 et qu'il est apparu à Céphas, puis aux douze.

6 Ensuite, il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore vivants, et dont quelques-uns sont morts.

7 Ensuite, il est apparu à Jacques, puis à tous les apôtres.

8 Après eux tous, il m'est aussi apparu à moi, comme à l'avorton ;

9 car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Eglise de Dieu.

10 Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine ; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.

11 Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru.

12 Or, si l'on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu'il n'y a point de résurrection des morts ?

13 S'il n'y a point de résurrection des morts, Christ non plus n'est pas ressuscité.

14 Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine.

15 Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l'égard de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu'il a ressuscité Christ, tandis qu'il ne l'aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent point.

16 Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n'est pas ressuscité.

17 Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés,

18 et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus.

19 Si c'est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes.

20 Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts.

21 Car, puisque la mort est venue par un homme, c'est aussi par un homme qu'est venue la résurrection des morts.

22 Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ,

23 mais chacun en son rang. Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent à Christ, lors de son avènement.

24 Ensuite viendra la fin, quand il remettra le royaume à celui qui est Dieu et Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance.

25 Car il faut qu'il règne jusqu'à ce qu'il ait mis tous les ennemis sous ses pieds.

26 Le dernier ennemi qui sera détruit, c'est la mort.

27 Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu'il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté.

28 Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous.

29 Autrement, que feraient ceux qui se font baptiser pour les morts ? Si les morts ne ressuscitent absolument pas, pourquoi se font-ils baptiser pour eux ?

30 Et nous, pourquoi sommes-nous à toute heure en péril ?

31 Chaque jour je suis exposé à la mort, je l'atteste, frères, par la gloire dont vous êtes pour moi le sujet, en Jésus-Christ notre Seigneur.

32 Si c'est dans des vues humaines que j'ai combattu contre les bêtes à Ephèse, quel avantage m'en revient-il ? Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons.

33 Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes moeurs.

34 Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point ; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte.

35 Mais quelqu'un dira : Comment les morts ressuscitent-ils, et avec quel corps reviennent-ils ?

36 Insensé ! ce que tu sèmes ne reprend point vie, s'il ne meurt.

37 Et ce que tu sèmes, ce n'est pas le corps qui naîtra ; c'est un simple grain, de blé peut-être, ou de quelque autre semence ;

38 puis Dieu lui donne un corps comme il lui plaît, et à chaque semence il donne un corps qui lui est propre.

39 Toute chair n'est pas la même chair ; mais autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons.

40 Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres ; mais autre est l'éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres.

41 Autre est l'éclat du soleil, autre l'éclat de la lune, et autre l'éclat des étoiles ; même une étoile diffère en éclat d'une autre étoile.

42 Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible ; il ressuscite incorruptible ;

43 il est semé méprisable, il ressuscite glorieux ; il est semé infirme, il ressuscite plein de force ;

44 il est semé corps animal, il ressuscite corps spirituel. S'il y a un corps animal, il y a aussi un corps spirituel.

45 C'est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit vivifiant.

46 Mais ce qui est spirituel n'est pas le premier, c'est ce qui est animal ; ce qui est spirituel vient ensuite.

47 Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre ; le second homme est du ciel.

48 Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres ; et tel est le céleste, tels sont aussi les célestes.

49 Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.

50 Ce que je dis, frères, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n'hérite pas l'incorruptibilité.

51 Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés,

52 en un instant, en un clin d'oeil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés.

53 Car il faut que ce corps corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l'immortalité.

54 Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire.

55 O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon ?

56 L'aiguillon de la mort, c'est le péché ; et la puissance du péché, c'est la loi.

57 Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ !

58 Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l'oeuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Je vous ai fait mieux connaître, frères, l'Evangile que je vous ai annoncé, que vous avez aussi reçu, et par lequel vous résistez.

2. C'est aussi par lui que vous recevez le salut, si vous le retenez dans les termes annoncés, à moins d'avoir cru en vain.

3. Car je vous ai d'abord transmis ce que j'ai aussi reçu : c'est que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures.

4. Il a été enseveli et relevé le troisième jour, selon les Ecritures.

5. Puis Il s'est montré à Céphas, ensuite aux Douze.

6. Par la suite, Il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois, dont la plupart sont encore en vie, quelques-uns sont maintenant morts.

7. De même, Il est apparu à Jacques et à tous les apôtres.

8. En tout dernier lieu, comme à un enfant posthume, Il m'est apparu aussi.

9. Car je suis le moindre des apôtres, qui ne mérite pas d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Eglise de Dieu.

10. Je suis ce que je suis par la grâce de Dieu. Et Sa grâce envers moi n'a pas été vaine. Car j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.

11. Mais que ce soit moi, ou que ce soit eux, voilà ce que nous proclamons et c'est ainsi que vous avez cru.

12. Or, si l’on prêche que Christ est réveillé des morts, pourquoi quelques-uns parmi vous disent-ils que la résurrection des morts n'existe pas ?

13. Si la résurrection des morts n'existe pas, Christ non plus n’est pas ressuscité.

14. Si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vide, et votre foi est aussi vide.

15. Il s'en suit alors que nous sommes de faux témoins de Dieu, puisque nous témoignons contre Dieu qu’Il a ressuscité le Christ, alors qu’Il ne l’aurait pas ressuscité si les morts ne ressuscitaient pas.

16. Car si les morts ne ressuscitent pas, Christ n’est pas non plus ressuscité.

17. Si Christ n’est pas ressuscité, votre foi est vaine, et vous êtes encore dans vos péchés.

18. Donc ceux qui sont morts en Christ sont perdus.

19. Si c’est seulement pour cette vie que nous espérons en Christ, nous sommes les plus pitoyables de tous les hommes.

20. Mais non ! Christ est ressuscité d'entre les morts, prémices de ceux qui sont endormis.

21. En effet, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts.

22. Comme tous meurent en Adam, aussi de même tous revivront par Christ.

23. Chacun sera à son propre rang : le Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent au Christ lors de son avènement.

24. Ensuite viendra la fin, quand il remettra la royauté à Dieu qui est Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance.

25. Car il faut qu’il règne « jusqu’à ce qu’il place tous ses ennemis sous ses pieds ». (Psaume 110.1)

26. Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort.

27. Car il a tout mis sous ses pieds. Lorsqu’Il dit que tout Lui a été soumis, il est évident que c'est à l'exception de Celui qui a tout soumis.

28. Ainsi, quand tout Lui aura été soumis, alors le Fils Lui-même se soumettra à Celui qui Lui a tout soumis, afin que Dieu soit tout en tous.

29. S'il en était autrement, que chercheraient donc ceux qui se font baptiser pour les morts ? Si, à terme, les morts ne ressuscitent pas, pourquoi se font-ils baptiser pour eux ?

30. Et pourquoi sommes-nous à toute heure en danger ?

31. Je risque la mort chaque jour, je l’atteste, frères, par la fierté que je tiens d'être en Jésus Christ notre Seigneur.

32. A quoi m'aurait servi de combattre contre les bêtes à Ephèse pour des motifs humains ? Si les morts ne ressuscitent pas, « mangeons et buvons, car demain nous mourrons ! » (Esaïe 22.13)

33. Ne vous laissez pas égarer ! Les mauvaises fréquentations corrompent les bonnes mœurs.

34. Revenez à la raison comme il se doit et ne péchez pas. Certains ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte.

35. Mais, dira-t-on : Comment les morts ressuscitent-ils ? Avec quel corps reviennent-ils ?

36. Insensé ! Toi, ce que tu sèmes ne peut prendre vie sans être mort.

37. Car ce que tu sèmes, ce n'est pas ce qui doit pousser, mais un grain nu, de blé ou d'autres choses.

38. Puis Dieu lui donne corps, comme Il l'a voulu, et chaque semence a sa particularité.

39. Aucune chair n'est la même que l'autre. Celle des humains leur est propre, autre est celle des animaux, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons.

40. Il y a des corps célestes et des corps terrestres. Mais l'éclat des corps célestes est différent de celui des corps terrestres.

41. Autre est l'éclat du soleil, autre l'éclat de la lune, autre encore l'éclat des étoiles. Même une étoile diffère de l'autre par l'éclat.

42. Ainsi en est-il pour la résurrection des morts : semé corruptible, on ressuscite incorruptible.

43. Semé dans la misère, on ressuscite dans la gloire. Semé dans la faiblesse, on ressuscite en puissance.

44. Semé avec un corps soumis à lui-même, on ressuscite avec un corps soumis à l'Esprit. Car s'il y a un corps soumis à lui-même, il y a aussi un corps soumis à l'Esprit.

45. Aussi, s'il est écrit : Adam, le premier « homme devint un être vivant », le dernier Adam est un Esprit qui donne la vie. (Genèse 2.7)

46. Mais ce n'est pas celui qui est soumis à l'Esprit qui vient en premier, mais celui qui est soumis à lui-même, vient ensuite celui qui est soumis à l'Esprit.

47. Le premier homme fut tiré de la terre, fait de terre, le second homme est extrait du ciel.

48. Tel est le terrestre, tels sont aussi les terrestres. Tel est le céleste, tels seront aussi les célestes.

49. Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.

50. Ce que je vous dis, frères, c'est que la chair et le sang ne peuvent hériter du Royaume de Dieu, ni la corruption hériter de l'incorruptibilité.

51. Je vais vous révéler ce mystère : nous ne mourrons pas tous, mais nous serons tous transformés.

52. En un instant, en un clin d'œil, à la dernière trompette, car elle sonnera, et les morts qui ressusciteront seront incorruptibles et nous, nous serons transformés.

53. Il faut en effet que ce qui est corruptible soit revêtu de l'incorruptibilité, et que ce qui est mortel revête l'immortalité.

54. Lorsque ce qui est corruptible revêtira l'incorruptibilité et ce qui est mortel revêtira l'immortalité, alors cette parole de l'Ecriture sera accomplie : « La mort a été engloutie dans la victoire. » (Esaïe 25.8)

55. « Mort, où est ta victoire ? Mort, où est ton aiguillon ? » (Osée 13.14)

56. L'aiguillon de la mort, c'est le péché, la puissance du péché, c'est la loi.

57. Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ.

58. Aussi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables. Abondez toujours plus dans l'œuvre du Seigneur, sachant que votre peine dans le Seigneur n'est pas vaine.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

15.1 à 15.20 : La résurrection du Christ
Le Petit Robert définit l'espoir comme le fait d'attendre avec confiance.

L'espérance est définie comme un sentiment faisant entrevoir comme probable la réalisation de ce que l'on désire.

L'un et l'autre sont synonymes mais le terme "espérance" traduit mieux la vertu théologale soulignée par Paul en ces termes :

« Maintenant donc il demeure la foi, l’espérance, l'amour, tous trois. Le plus grand des trois, c’est l'amour ! » (1 Corinthiens 13.13)

Dans la définition donnée ci-dessus, l'espoir est un état d'attente tandis que l'espérance est un sentiment dont la profondeur va dépendre de la puissance de la foi individuelle.

Autant l'espoir peut être superficiel et passif, autant l'espérance peut être intégrée et active.

Celle-ci ne se fonde pas sur un état passager dépendant des circonstances de cette vie terrestre.

Elle se projette dans le futur, un futur éternel, dans lequel nous sommes intimement liés à Christ, et dont les prémices vont se ressentir pendant cette vie.

Il n'est donc pas dit aux chrétiens de ne pas espérer en cette vie.

Mais ce que nous pouvons en espérer n'est rien à côté de ce qui nous est promis ...

« Car c'est en espérance que nous avons été sauvés. » (Romains 8.24)

Est-ce à dire que le salut qui nous a été accordé n'appartient pas au passé mais à l'avenir ?

Le salut collectif acquis à la croix par Jésus s'est réalisé dans le passé tout comme il a pu se révéler individuellement dans notre vie.

Mais son accomplissement demeure à venir avec le retour du Seigneur.

Et ce retour de Jésus, c'est notre espérance !

15.21 à 15.58 : La résurrection des morts
La croyance en la résurrection des morts n'était pas bien ancrée parmi les chrétiens de Corinthe.

Certains doutaient, d'autres croyaient qu'elle serait purement spirituelle, sans support corporel.

Les explications de Paul apportent des éclaircissements.

Elles rejoignent d'autres enseignements bibliques, notamment lorsqu'il affirme :

« Chacun sera à son propre rang : le Christ comme prémices, puis ceux qui appartiennent au Christ lors de son avènement. Ensuite viendra la fin, quand il remettra la royauté à Dieu qui est Père, après avoir détruit toute domination, toute autorité et toute puissance. » (versets 23 & 24)

Comme Paul le laisse entendre, la résurrection doit se réaliser en deux temps. Ceux qui "appartiennent au Christ" ressuscitent lors de l'avènement de Jésus pour régner avec Lui.

Jean le confirme en ces termes : « Ils revinrent à la vie pour régner mille ans avec le Christ. » (Apocalypse 20.4)

« C'est la première résurrection. Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection. » (Apocalypse 20.5-6)

Ceux qui "appartiennent au Christ" sont qualifiés de "saints" ce qui, rappelons-le, signifie "séparé du monde, mis à part par Dieu".

Le terme hébreu équivalent que l'on trouve dans le Premier (Ancien) Testament est "kadosh".

Pour ces bienheureux, la première résurrection est synonyme de vie éternelle car : « La seconde mort n'a pas d'emprise sur eux. » (Apocalypse 20.6)

Pour les autres, la résurrection s'effectuera en vue du jugement dernier.

« Les autres morts ne revinrent pas à la vie avant le terme des mille ans. » (Apocalypse 20.5)

Entre ces deux évènements, le Christ règne jusqu'à ce qu'Il ait triomphé de tous ses adversaires.

Paul écrit : « Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort. » (verset 26)

Jean ajoute : « Puis la mort et l'Hadès furent jetés dans l'étang de feu. Voici la seconde mort : l'étang de feu ! » (Apocalypse 20.14)

La seconde mort se manifeste donc par la destruction de ce qui est impropre à vivre éternellement.

Alors viendra la fin, telle que Paul la décrit :

« Ainsi, quand tout Lui aura été soumis, alors le Fils Lui-même se soumettra à Celui qui Lui a tout soumis, afin que Dieu soit tout en tous. » (verset 28)

Et Jean nous le confirme : « Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il y vivra avec eux et Ses peuples avec Lui. » (Apocalypse 21.3)

Certains diront ou penseront : "C'est trop beau pour être vrai !"

Croire ou ne pas croire ...

Mais pour celui qui croit en la résurrection, ne devrait-il pas adapter son comportement humain selon sa foi ?

Notre objectif est-il la première résurrection pour la vie éternelle ... ou la seconde résurrection pour le jugement ?

Certes, le jugement dernier ne signifie pas pour autant que tous seront condamnés.

« Des livres furent ouverts. Un autre livre fut ouvert, celui de la vie. Les morts furent jugés, selon ce qui était écrit dans les livres, en fonction de leurs œuvres. » (Apocalypse 20.12)

La seconde résurrection permet à ceux qui sont inscrits dans le livre de vie de ne pas être condamnés sur le fondement de leurs œuvres.

Qui seront-ils ?

Peut-être beaucoup de non croyants qui, leur vie durant, auront su faire preuve de justice, d'amour, d'humanité ...

Croire ou ne pas croire ...

Pour ceux qui ne croient en rien, quel est le sens de la vie ?

Ceux qui s'investissent dans l'amour du prochain, sans pour autant avoir la foi, n'ont-ils pas découvert sans le savoir le sens de la vie ?

Ce sont des justes !

Mais pour les autres, comme "l'Etranger" d'Albert Camus, tout est absurde.

Alors autant boire, manger, oublier.

Vivre ou mourir dans ces conditions n'a pas plus de sens que pour un légume.

Pour eux, Paul s'exclame : « Si les morts ne ressuscitent pas, mangeons et buvons, car demain nous mourrons ! » (verset 32)

L'espérance liée à la résurrection pour une vie éternelle donne son sens à la vie terrestre.

Celle-ci s'inscrit dans un schéma général conçu par Dieu pour l'humanité.

Cette vie n'est qu'un début, et non un voyage sans lendemain.

Nous sommes là pour en avoir conscience, avoir conscience de notre vie, des autres, de l'univers, de Dieu ... afin de créer de la conscience avec Lui ... à l'infini !

< < < Retour à l'accueil < < < Epître aux Corinthiens < < < 1 CORINTHIENS 15 > > > Chapitre suivant ... > > >