PREMIERE EPITRE DE JEAN

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 3 ~ Versets 1 à 24

La vérité


Traduction Louis Segond 1910

1 Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a pas connu.

2 Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est.

3 Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur.

4 Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.

5 Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n'y a point en lui de péché.

6 Quiconque demeure en lui ne pèche point ; quiconque pèche ne l'a pas vu, et ne l'a pas connu.

7 Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.

8 Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.

9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui ; et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu.

10 C'est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n'est pas de Dieu, non plus que celui qui n'aime pas son frère.

11 Car ce qui vous a été annoncé et ce que vous avez entendu dès le commencement, c'est que nous devons nous aimer les uns les autres,

12 et ne pas ressembler à Caïn, qui était du malin, et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? parce que ses oeuvres étaient mauvaises, et que celles de son frère étaient justes.

13 Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait.

14 Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort.

15 Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui.

16 Nous avons connu l'amour, en ce qu'il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères.

17 Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ?

18 Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité.

19 Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos coeurs devant lui ;

20 car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses.

21 Bien-aimés, si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de l'assurance devant Dieu.

22 Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable.

23 Et c'est ici son commandement : que nous croyions au nom de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné.

24 Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous connaissons qu'il demeure en nous par l'Esprit qu'il nous a donné.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Voyez quel amour le Père nous a donné, pour être appelés enfants de Dieu. Et nous le sommes ! Voilà pourquoi le monde ne nous connaît pas : il ne Le connaît pas.

2. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'est pas encore manifesté. Nous savons que lorsqu'Il paraîtra, nous Lui serons semblables, parce que nous Le verrons tel qu'Il est.

3. Et quiconque a cette espérance en Lui se purifie comme Lui-même est pur.

4. Quiconque commet le péché commet aussi l'iniquité, car le péché c'est l'iniquité.

5. Vous le savez, Il s'est manifesté pour ôter les péchés, et il n'est aucun péché en Lui.

6. Quiconque demeure en Lui ne pèche pas. Quiconque pèche ne Le voit pas et ne Le connaît pas.

7. Petits enfants, que personne ne vous égare. Celui qui pratique la justice est juste, comme Lui-même est juste.

8. Qui commet le péché est du diable, parce que le diable a péché dès le commencement. C'est pourquoi le Fils de Dieu est venu : pour détruire les œuvres du diable.

9. Quiconque est né de Dieu ne commet plus de péché, car Sa semence demeure en lui, et il ne peut pécher parce qu'il est né de Dieu.

10. A ceci l'on distingue les enfants de Dieu des enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n'est pas de Dieu, ni celui qui n'aime pas son frère.

11. Car tel est le message que vous avez entendu dès le commencement : que nous nous aimions les uns les autres.

12. Ne soyons pas comme Caïn qui était du mauvais et qui égorgea son frère. Et pourquoi l'égorgea-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises et celles de son frère étaient justes.

13. Frères, ne vous étonnez pas si le monde vous déteste.

14. Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie parce que nous aimons nos frères. Celui qui est sans amour demeure dans la mort.

15. Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'un meurtrier ne possède pas en lui la vie éternelle.

16. Voici comment nous reconnaissons l'amour : par Celui qui a donné Sa vie pour nous. Aussi devons-nous donner notre vie pour nos frères.

17. Quiconque possède les biens de ce monde, et voit son frère dans le besoin, s'il ferme son cœur à toute compassion, comment l'amour de Dieu demeurerait-il en lui ?

18. Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni en discours, mais par des œuvres et en vérité.

19. C'est ainsi que nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous apaiserons notre cœur devant Lui.

20. Car si notre cœur nous condamne, Dieu est plus grand que notre cœur et Il sait tout.

21. Bien-aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, nous nous adressons à Dieu avec assurance.

22. Et quoi que nous demandions, nous le recevons de Lui, parce que nous gardons Ses commandements et faisons ce qui Lui est agréable.

23. Et voici Son commandement : que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, comme Il nous en a donné le commandement.

24. Celui qui garde Ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui. Et nous connaissons qu’Il demeure en nous par l’Esprit qu’Il nous a donné.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

3.1 à 3.24 : La vérité
« Qu’est-ce que la vérité ? » (Jean 18.38)

Cette question de Pilate à Jésus peut être posée par chacun d'entre nous.

Sans vouloir s'enfermer dans des profondeurs philosophiques, une approche concrète peut aider à progresser dans la connaissance de la vérité.

L'un des contraires de la vérité, c'est le mensonge.

Lorsque Jean préconise aux disciples de vivre l'amour du prochain concrètement, « pas en paroles ni en discours, mais par des œuvres et en vérité » (verset 18), il répond à une question qu'il a lui-même posée au verset précédent :

« Quiconque possède les biens de ce monde, et voit son frère dans le besoin, s'il ferme son cœur à toute compassion, comment l'amour de Dieu demeurerait-il en lui ? » (verset 17)

Il nous invite à ouvrir nos cœurs en pratiquant la solidarité.

Toutefois, ces actions ne doivent pas être des œuvres de façade accomplies à contrecœur.

Ce type de comportement n'est que le reflet du mensonge, ennemi de la vérité.

Jésus a souvent dénoncé les comportements hypocrites car ceux-ci nous écartent de la recherche de la vérité.

« Malheureux êtes vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous acquittez la dîme de la menthe, du fenouil et du cumin mais vous délaissez ce qui est le plus important dans la loi : la justice, la miséricorde et la foi. Celles-ci devaient être pratiquées sans négliger les autres. » (Matthieu 23.23)

Etre "vrai", c'est mettre nos actes en conformité avec notre cœur.

« Mais l'heure vient, et c'est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. Car c'est ceux qui l'adorent ainsi que le Père recherche. » (Jean 4.23)

Aimer Dieu en esprit et en vérité ...

Aimer notre prochain par nos œuvres et en vérité ...

La vérité doit ainsi se manifester à deux niveaux : par l'esprit ... et par nos œuvres.

Lorsque Pilate dit « Qu’est-ce que la vérité ? », Jésus n'a pas répondu.

Aurait-Il dû s'engager à discourir sur la vérité face à celui qui n'avait pas envie de l'entendre et de se remettre en question ?

C'est au quotidien que nous rencontrons des individus qui se posent de telles questions ... mais qui ne cherchent pas la vraie réponse.

Car la réponse "vraie" sur le sens de la vérité les obligerait à s'interroger face à un miroir :

"Suis-je vrai ? Ou ne suis-je qu'une apparence de vérité au travers de mes paroles et mes discours ?"

Se remettre ainsi en question pourrait les conduire à la conversion et les engager sur le chemin de la foi.

Ils pourraient alors rejoindre Jésus sur ce chemin de vérité qui est le Sien puisqu'Il dit de Lui-même :

« Je suis le chemin, la vérité et la vie.

Personne ne vient au Père autrement que par moi. » (Jean 14.6)

< < < Retour à l'accueil < < < Première épître de Jean < < < 1 JEAN 3 > > > Chapitre suivant ... > > >