SECONDE EPITRE AUX CORINTHIENS

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 3 ~ Versets 1 à 18

La gloire de Dieu


Traduction Louis Segond 1910

1 Commençons-nous de nouveau à nous recommander nous-mêmes ? Ou avons-nous besoin, comme quelques-uns, de lettres de recommandation auprès de vous, ou de votre part ?

2 C'est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos coeurs, connue et lue de tous les hommes.

3 Vous êtes manifestement une lettre de Christ, écrite, par notre ministère, non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les coeurs.

4 Cette assurance-là, nous l'avons par Christ auprès de Dieu.

5 Ce n'est pas à dire que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes. Notre capacité, au contraire, vient de Dieu.

6 Il nous a aussi rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'esprit ; car la lettre tue, mais l'esprit vivifie.

7 Or, si le ministère de la mort, gravé avec des lettres sur des pierres, a été glorieux, au point que les fils d'Israël ne pouvaient fixer les regards sur le visage de Moïse, à cause de la gloire de son visage, bien que cette gloire fût passagère,

8 combien le ministère de l'esprit ne sera-t-il pas plus glorieux !

9 Si le ministère de la condamnation a été glorieux, le ministère de la justice est de beaucoup supérieur en gloire.

10 Et, sous ce rapport, ce qui a été glorieux ne l'a point été, à cause de cette gloire qui lui est supérieure.

11 En effet, si ce qui était passager a été glorieux, ce qui est permanent est bien plus glorieux.

12 Ayant donc cette espérance, nous usons d'une grande liberté,

13 et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d'Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager.

14 Mais ils sont devenus durs d'entendement. Car jusqu'à ce jour le même voile demeure quand, ils font la lecture de l'Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c'est en Christ qu'il disparaît.

15 Jusqu'à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs coeurs ;

16 mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.

17 Or, le Seigneur c'est l'Esprit ; et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté.

18 Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Allons-nous à nouveau nous recommander nous-mêmes ? Ou bien aurons-nous besoin, comme ceux qui portent des lettres, d'être recommandés auprès de vous ou par vous ?

2. C'est vous qui êtes notre lettre, écrite dans nos cœurs, portée à la connaissance pour être lue par tous les hommes.

3. Il est manifeste que vous êtes une lettre du Christ, pour notre service, écrite non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, dans vos cœurs.

4. Telle est notre assurance, grâce au Christ, devant Dieu.

5. Nous ne pouvons mettre à notre compte une quelconque capacité venant de nous-mêmes, car nos capacités viennent de Dieu.

6. C'est aussi Lui qui nous a rendus capables d'être ministres de la nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'Esprit. Car la lettre tue, tandis que l'Esprit donne la vie.

7. Le ministère de la mort, gravé en lettres sur les pierres, fut d'une telle gloire que les Israëlites ne pouvaient regarder le visage de Moïse à cause de cette gloire, bien que passagère, sur son visage.

8. De combien sera supérieur en gloire le ministère de l'Esprit ?

9. En effet, si le ministère de la condamnation fut glorieux, combien le sera davantage le ministère de la justice !

10. Car ce qui fut alors glorifié en cette occasion ne l'est plus face à cette gloire débordante.

11. En effet, si ce qui était passager a été glorieux, ce qui est permanent sera bien plus glorieux.

12. Avec une telle espérance, nous disposons d’une pleine assurance.

13. Et nous ne faisons pas comme Moïse, qui plaçait un voile sur son visage, afin que les Israëlites ne voient pas le déclin de ce qui était temporaire.

14. Puis leurs cœurs se sont endurcis. Et jusqu’à ce jour, le même voile demeure baissé quand ils lisent l’Ancien Testament. Parce que c’est en Christ qu’il disparaît !

15. Jusqu’à ce jour, en lisant Moïse, un voile est sur leurs cœurs.

16. Mais lorsque l'on se tourne vers le Seigneur, le voile est ôté.

17. Car, le Seigneur c’est l’Esprit ! Et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.

18. Nous tous, qui avons eu le visage voilé, reflétons maintenant la gloire du Seigneur comme dans un miroir. Nous sommes transfigurés en cette même image, de gloire en gloire, par le Seigneur, qui est l'Esprit.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

3.1 à 3.18 : La gloire de la nouvelle alliance
Lorsque nous regardons notre visage dans un miroir, que voyons-nous ?

Un visage fatigué, abattu, chargé d'amertume ou de tristesse ?

Ce n'est pas le reflet de la gloire du Seigneur.

Un air triomphant, arrogant, suffisant à soi-même ?

Ce n'est pas l'image du Seigneur.

Certes, c'est l'expression d'une certaine gloire, d'une autosatisfaction qui conduit à se glorifier.

Mais le Seigneur n'attend pas d'un chrétien qu'il "se glorifie" mais qu'il "glorifie".

C'est en donnant que nous recevons.

C'est en glorifiant que nous sommes glorifiés.

Notre regard tourné vers les autres et vers Dieu, chargé de reconnaissance et d'humilité, c'est cela qui nous glorifie.

Ce regard, c'est celui de Jésus, qui doit seul nous servir de référence dans notre évolution.

Dieu nous a appelés à Lui et lavés de nos péchés pour que nous soyons glorifiés, jour àprès jour, nous efforçant de ressembler de plus en plus à Son Fils.

« Ceux qu'Il a prédestinés, Il les a aussi appelés. Et ceux qu'Il a appelés, Il les a aussi justifiés. Ceux qu'Il a justifiés, Il les a aussi glorifiés. » (Romains 8.30)

Si je vois dans un miroir un visage qui, malgré la fatigue ou les ennuis, reflète toutefois un rayonnement intérieur, c'est là l'œuvre du Seigneur, l'œuvre de l'Esprit.

Peu importe l'apparence, Jésus non plus n'usait d'aucun artifice.

« Il n'avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards ... » (Esaïe 53.2)

Soyons tels que nous devons être en notre for intérieur : SOYONS VRAIS !

Comme Paul l'écrit (verset 18), nous avons tous eu le visage voilé.

Etait-ce le voile des apparences, de l'hypocrisie, du mensonge ou de la fausse piété ?

Peu importe, nous devons maintenant circuler à visage découvert, en vérité, pour refléter la gloire du Seigneur.

< < < Retour à l'accueil < < < Epître aux Corinthiens < < < 2 CORINTHIENS 3 > > > Chapitre suivant ... > > >