SECONDE EPITRE DE PIERRE

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 3 ~ Versets 1 à 18

La patience de Dieu


Traduction Louis Segond 1910

1 Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris. Dans l'une et dans l'autre je cherche à éveiller par des avertissements votre saine intelligence,

2 afin que vous vous souveniez des choses annoncées d'avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur, enseigné par vos apôtres,

3 sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises,

4 et disant : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création.

5 Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu'une terre tirée de l'eau et formée au moyen de l'eau,

6 et que par ces choses le monde d'alors périt, submergé par l'eau,

7 tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d'à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies.

8 Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour.

9 Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance.

10 Le jour du Seigneur viendra comme un voleur ; en ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre avec les oeuvres qu'elle renferme sera consumée.

11 Puisque donc toutes ces choses doivent se dissoudre, quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété,

12 tandis que vous attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu, à cause duquel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront !

13 Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la justice habitera.

14 C'est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix.

15 Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée.

16 C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine.

17 Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, mettez-vous sur vos gardes, de peur qu'entraînés par l'égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté.

18 Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l'éternité ! Amen !

Nouvelle traduction de la Bible

1. Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris, pour vous remettre en mémoire la juste manière de penser.

2. Souvenez-vous des paroles annoncées d’avance par les saints prophètes, et du commandement de vos apôtres, celui du Seigneur et Sauveur.

3. Sachez avant tout que, dans les derniers jours, viendront des moqueurs avec leurs railleries, conduits par leurs propres passions.

4. Ils diront : "Où en est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure dans le même état qu'au début de la création."

5. Il leur échappe, en disant cela, que par le passé les cieux, et la terre extraite de l'eau, comme l'eau, furent constitués par la parole de Dieu.

6. De même, le monde d’alors périt submergé par l’eau.

7. Par la même parole, les cieux et la terre actuels sont gardés en réserve pour le feu, au jour du jugement et de la perte des hommes impies.

8. Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, pour le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. (Psaume 90.4)

9. Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse, comme certains l'estiment, mais il prend patience envers vous. Il ne veut pas que certains périssent mais que tous arrivent à la conversion.

10. Le jour du Seigneur viendra comme un voleur. En ce jour, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront ainsi que la terre et les œuvres qu’elle renferme.

11. Puisque tout cela doit se dissoudre, combien votre conduite et votre piété doivent être saintes !

12. Attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu, par lequel les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront.

13. « Des cieux nouveaux et une terre nouvelle » où la justice habite nous attendent selon Sa promesse.

14. Aussi, bien-aimés, dans cette attente, efforcez-vous d'être trouvés en paix, sans tache et irréprochables.

15. Et considérez comme salutaire la patience de notre Seigneur, comme Paul, notre frère bien-aimé, vous l'a écrit selon la sagesse qui lui a été donnée.

16. C'est ce qu'il a dit dans toutes les lettres traitant de ce sujet. Il s'y trouve des passages difficiles à comprendre que les gens incultes et inconsistants déforment, comme ils le font aussi des autres Ecritures pour leur propre perdition.

17. Vous êtes donc prévenus, biens-aimés, soyez sur vos gardes afin que les impies ne vous entraînent dans leur égarement en vous faisant chuter de votre propre assurance.

18. Grandissez dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ. A Lui la gloire dès maintenant et pour toujours. Amen.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

3.1 à 3.18 : La patience de Dieu
L'homme est impatient. C'est un des aspects de sa nature pécheresse.

Dieu est patient : la patience est un fruit de l'Esprit Saint (Galates 5.22).

Dès les premiers temps de l'ère chrétienne, certains manifestaient leur impatience de voir s'accomplir la promesse du retour du Seigneur.

Pierre oppose à cette attitude celle du Seigneur qui souhaite voir se rassembler autour de Lui des millions d'âmes repenties sur TOUTE la Terre :

« Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. » (Apocalypse 7.9)

Manifestement, le retour du Seigneur ne peut s'accomplir tant que la Terre entière n'aura pas été en mesure de recevoir le message de l'Evangile.

Cette affirmation est conforme à cet enseignement de Jésus sur les temps de la fin : « Cette bonne nouvelle du Royaume sera proclamée dans l'ensemble du monde habité, en témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. » (Matthieu 24.14)

Il faut donc que les chrétiens s'arment de patience, à l'image de celle de Dieu. Pour combien de temps encore ?

« Au sujet de ce jour et de cette heure, personne ne sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais seulement le Père. » (Matthieu 24.36)

A l'époque de Pierre et des apôtres, le retour du Seigneur n'était donc pas possible car la terre n'avait pas été évangélisée.

Elle l'est presque maintenant avec la traduction de la Bible dans de nombreuses langues, mais de nombreux peuples n'y ont pas encore accès.

Et ceux-ci doivent aussi rejoindre les multitudes qui composeront cette grande foule que personne ne pourrait compter : « Mille milliers le servaient ; dix mille myriades se tenaient devant lui. » (Daniel 7.10)

La grande foule de l'Apocalypse se tenant devant le Seigneur a été ainsi évaluée dans la vision de Daniel. Dix mille myriades, c'est 10 à la puissance 8, c'est-à-dire cent millions d'âmes.

La Bible Segond traduit "myriades" par millions ce qui porterait l'évaluation à dix milliards d'âmes. La Bible de Jérusalem utilise l'expression "myriade de myriades" qui demeure plus vague.

Quoi qu'il en soit, la population qui avait vécu au temps de Jésus n'atteignait pas le milliard d'hommes. Qu'en est-il de nos jours ?

Les démographes avancent un chiffre : plus de 80 milliards d’êtres humains seraient nés sur notre planète.

Toutefois, ce résultat obtenu par des formules mathématiques est très approximatif et pourrait varier de 50 à 200 milliards. Le temps de "la patience de Dieu" touche t-il à sa fin ?

Notre vieille terre peut-elle encore longtemps supporter les outrages que nous lui infligeons et héberger des êtres qui n'ont de cesse de l'exploiter, la polluer, la détruire, perdant tout respect pour le Créateur et Sa création ?

< < < Retour à l'accueil < < < Seconde épître de Pierre < < < 2 PIERRE 3 > > > Chapitre suivant ... > > >