LES ACTES DES APOTRES

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 5 ~ Versets 1 à 42

Première persécution


Traduction Louis Segond 1910

1 Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme, vendit une propriété,

2 et retint une partie du prix, sa femme le sachant ; puis il apporta le reste, et le déposa aux pieds des apôtres.

3 Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ?

4 S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition ? Comment as-tu pu mettre en ton coeur un pareil dessein ? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.

5 Ananias, entendant ces paroles, tomba, et expira. Une grande crainte saisit tous les auditeurs.

6 Les jeunes gens, s'étant levés, l'enveloppèrent, l'emportèrent, et l'ensevelirent.

7 Environ trois heures plus tard, sa femme entra, sans savoir ce qui était arrivé.

8 Pierre lui adressa la parole : Dis-moi, est-ce à un tel prix que vous avez vendu le champ ? Oui, répondit-elle, c'est à ce prix-là.

9 Alors Pierre lui dit : Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l'Esprit du Seigneur ? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t'emporteront.

10 Au même instant, elle tomba aux pieds de l'apôtre, et expira. Les jeunes gens, étant entrés, la trouvèrent morte ; ils l'emportèrent, et l'ensevelirent auprès de son mari.

11 Une grande crainte s'empara de toute l'assemblée et de tous ceux qui apprirent ces choses.

12 Beaucoup de miracles et de prodiges se faisaient au milieu du peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous ensemble au portique de Salomon,

13 et aucun des autres n'osait se joindre à eux ; mais le peuple les louait hautement.

14 Le nombre de ceux qui croyaient au Seigneur, hommes et femmes, s'augmentait de plus en plus ;

15 en sorte qu'on apportait les malades dans les rues et qu'on les plaçait sur des lits et des couchettes, afin que, lorsque Pierre passerait, son ombre au moins couvrît quelqu'un d'eux.

16 La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs ; et tous étaient guéris.

17 Cependant le souverain sacrificateur et tous ceux qui étaient avec lui, savoir le parti des sadducéens, se levèrent, remplis de jalousie,

18 mirent les mains sur les apôtres, et les jetèrent dans la prison publique.

19 Mais un ange du Seigneur, ayant ouvert pendant la nuit les portes de la prison, les fit sortir, et leur dit :

20 Allez, tenez-vous dans le temple, et annoncez au peuple toutes les paroles de cette vie.

21 Ayant entendu cela, ils entrèrent dès le matin dans le temple, et se mirent à enseigner. Le souverain sacrificateur et ceux qui étaient avec lui étant survenus, ils convoquèrent le sanhédrin et tous les anciens des fils d'Israël, et ils envoyèrent chercher les apôtres à la prison.

22 Les huissiers, à leur arrivée, ne les trouvèrent point dans la prison. Ils s'en retournèrent, et firent leur rapport,

23 en disant : Nous avons trouvé la prison soigneusement fermée, et les gardes qui étaient devant les portes ; mais, après avoir ouvert, nous n'avons trouvé personne dedans.

24 Lorsqu'ils eurent entendu ces paroles, le commandant du temple et les principaux sacrificateurs ne savaient que penser des apôtres et des suites de cette affaire.

25 Quelqu'un vint leur dire : Voici, les hommes que vous avez mis en prison sont dans le temple, et ils enseignent le peuple.

26 Alors le commandant partit avec les huissiers, et les conduisit sans violence, car ils avaient peur d'être lapidés par le peuple.

27 Après qu'ils les eurent amenés en présence du sanhédrin, le souverain sacrificateur les interrogea

28 en ces termes : Ne vous avons-nous pas défendu expressément d'enseigner en ce nom-là ? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme !

29 Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes.

30 Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois.

31 Dieu l'a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés.

32 Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.

33 Furieux de ces paroles, ils voulaient les faire mourir.

34 Mais un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi, estimé de tout le peuple, se leva dans le sanhédrin, et ordonna de faire sortir un instant les apôtres.

35 Puis il leur dit : Hommes Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à l'égard de ces gens.

36 Car, il n'y a pas longtemps que parut Theudas, qui se donnait pour quelque chose, et auquel se rallièrent environ quatre cents hommes : il fut tué, et tous ceux qui l'avaient suivi furent mis en déroute et réduits à rien.

37 Après lui, parut Judas le Galiléen, à l'époque du recensement, et il attira du monde à son parti : il périt aussi, et tous ceux qui l'avaient suivi furent dispersés.

38 Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira ;

39 mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d'avoir combattu contre Dieu.

40 Ils se rangèrent à son avis. Et ayant appelé les apôtres, ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au nom de Jésus, et ils les relâchèrent.

41 Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus.

42 Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d'enseigner, et d'annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Un homme du nom d'Ananias, avec sa femme Saphira, vendit un bien.

2. Il en conserva une partie pour son profit, de connivence avec sa femme, et apporta le reste qu'il déposa aux pieds des apôtres.

3. Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il envahi ton cœur afin que tu trompes l'Esprit Saint en retenant à ton profit une partie du prix du terrain ?

4. Ne pouvait-il rester en ta possession et, en le vendant, demeurer ton bien ? Pourquoi donc as-tu conçu cette affaire dans ton cœur ? Tu n'as pas menti aux hommes ... mais à Dieu !

5. En entendant ces paroles, Ananias tomba et rendit l'âme. Une grande crainte se répandit sur tous ceux qui l'avaient entendu.

6. Les jeunes gens se levèrent, l'enveloppèrent et l'emportèrent pour l'ensevelir.

7. Il s'écoula environ trois heures quand sa femme entra, sans savoir ce qui s'était passé.

8. Pierre lui demanda : Dis-moi, est-ce pour ce prix que vous avez vendu le domaine ? Celle-ci dit : Oui, c'est cela.

9. Pierre lui dit : Pourquoi donc vous êtes vous entendus pour défier l'Esprit du Seigneur ? Ecoute les pas de ceux qui ont enseveli ton mari. Ils sont à la porte et vont t'emporter.

10. Elle tomba aussitôt à ses pieds et rendit l'âme. Les jeunes gens qui entraient la trouvèrent morte. Ils l'emportèrent pour l'ensevelir à côté de son mari.

11. Une grande crainte se répandit sur toute l'Eglise et tous ceux qui entendaient parler de ces évènements.

12. Beaucoup de signes et de prodiges s'accomplissaient parmi le peuple par les mains des apôtres. Ils se tenaient tous d'un commun accord sous le portique de Salomon.

13. Aucun autre n'osait se joindre à eux, pourtant le peuple faisait leur éloge.

14. Une foule d'hommes et de femmes venait s'ajouter à ceux qui croyaient au Seigneur.

15. Aussi on portait les malades sur les places, sur des lits ou des nattes, afin que, au passage de Pierre, son ombre au moins touche l'un d'entre eux.

16. La foule venait aussi des villes proches de Jérusalem en amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs, et tous étaient guéris.

17. Le grand-prêtre et tous ceux de son entourage - il s'agissait du groupe des Sadducéens - réagirent pleins de jalousie.

18. Ils firent arrêter les apôtres pour les jeter dans la prison publique.

19. Pendant la nuit, un ange du Seigneur ouvrit les portes de la prison, les fit sortir et dit :

20. Allez, tenez-vous dans le temple et prêchez au peuple toutes ces paroles de vie.

21. Ils l'écoutèrent et entrèrent dès l'aurore dans le temple pour enseigner. A son arrivée, le grand-prêtre et ceux de son entourage convoquèrent le Sanhédrin et tout le conseil des fils d'Israël. Ils les firent chercher dans la cellule pour qu'on les amène.

22. En arrivant, les serviteurs ne les trouvèrent pas dans la prison. De retour, ils en rendirent compte.

23. Ils dirent : Nous avons trouvé la cellule soigneusement fermée et les gardiens en poste devant les portes. Nous avons ouvert et trouvé personne dedans.

24. A l'écoute de ces paroles, le commandant du temple et les grands-prêtres étaient perplexes à propos de tout ceci. Ils se demandaient ce qui avait pu se passer.

25. Quelqu'un arriva et leur annonça : Voici que les hommes que vous avez emprisonnés se tiennent dans le temple et enseignent le peuple.

26. Alors le commandant partit avec les serviteurs. Il les conduisit sans violence car ils craignaient d’être lapidés par le peuple.

27. Après les avoir amenés, ils les mirent en présence du Sanhédrin. Le grand-prêtre les interrogea.

28. Il dit : Ne vous avons-nous pas ordonné expressément de ne pas enseigner en ce nom-là ? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme.

29. Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

30. Le Dieu de nos pères a réveillé Jésus, que vous avez tué vous-mêmes en le pendant au bois.

31. C'est lui que Dieu a élevé par Sa droite comme Prince et Sauveur, pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés.

32. Nous sommes témoins de ces choses, de même que l'Esprit Saint que Dieu a donné à ceux qui Lui obéissent.

33. A l'écoute de ces paroles, ils enrageaient et voulaient les supprimer.

34. Un Pharisien se leva dans le Sanhédrin, nommé Gamaliel, c'était un docteur de la Loi honoré par tout le peuple. Il ordonna de les faire sortir un moment.

35. Puis il leur dit : Hommes d'Israël, prenez garde à ce que vous allez décider pour ces hommes.

36. Car ces derniers temps Theudas est apparu. Il s'est donné lui-même de l'importance et a rallié quatre cents hommes. Il a été éliminé, et tous ceux qu'il avait convaincus se sont débandés et il n'en est rien resté.

37. Après lui, Judas le Galiléen s'est levé, à l'époque du recensement. Il a entraîné le peuple derrière lui puis il périt. Ceux qu'il avait convaincus furent dispersés.

38. Maintenant, je vous le dis : ne vous occupez pas de ces hommes et laissez-les ! Car si c'est là une volonté ou l'œuvre des hommes, elle sera anéantie.

39. Mais si cela vient de Dieu, vous ne pourrez les détruire. Que l'on ne vous trouve jamais à combattre contre Dieu ! Il réussit à les convaincre.

40. Ils rappelèrent les apôtres, les firent flageller et leur ordonnèrent de ne plus parler au nom de Jésus. Puis ils les relâchèrent.

41. Ceux-ci quittèrent le Sanhédrin plein de joie, parce qu'ils avaient été jugés dignes d'être maltraités pour le Nom.

42. Et chaque jour, dans le temple comme à domicile, ils ne cessaient d'enseigner et d'annoncer l'Evangile de Jésus Christ.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

5.1 à 5.11 : Ananias et Saphira
Ananias et Saphira n'étaient nullement tenus de donner leur bien à la communauté (verset 4).

Ils auraient pu aussi en donner une partie et en informer l'assemblée.

Ils ont menti pour donner d'eux-mêmes l'image d'une fausse générosité.

La sanction est dure, surprenante et brutale.

Fallait-il qu'il en soit ainsi pour servir d'exemple à la communauté ?

« Une grande crainte se répandit sur toute l'Eglise et tous ceux qui entendaient parler de ces évènements. » (verset 11)

Une telle sanction serait de nos jours jugée disproportionnée ... un simple mensonge peut-il entraîner la mort ?

Mentir aux hommes est relativement banal et très courant, ce n'est pas ce que Pierre leur reproche.

Mais mentir à Dieu, qui a la faculté de tout savoir, cela revient à nier Son existence.

5.12 à 5.21 : Arrestation et délivrance des apôtres
A peine arrêtés, les apôtres sont aussitôt délivrés par un ange qui vient leur ouvrir les portes de la prison.

Rien ne pouvait les arrêter, rien de devait les arrêter.

En ces temps de grâce où l'Eglise connaissait une croissance fulgurante, il était hors de question que l'adversaire puisse entraver la diffusion de l'Evangile.

Ils n'étaient pas pour autant invincibles.

Tôt ou tard ils tomberaient sous les coups de l'adversaire, achevant leur vie terrestre en martyrs.

Mais quelle vie !

Tous, à des degrés divers, ont porté la parole du Christ d'abord en Judée, puis tout autour de la Méditerranée.

En moins d'un siècle, des communautés chrétiennes allaient fleurir dans tout l'empire romain.

Lorsque le Tout-puissant est à l'œuvre, alors « Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur sera ton arrière-garde. » (Esaïe 58.8)

5.22 à 5.32 : Face au Sanhédrin
La Bible nous enseigne à respecter les autorités, à prier pour elles, à ne pas être animé par un esprit de rébellion.

C'est l'expression de l'obéissance : « Car il n'est d'autorité qui ne vienne de Dieu, celles qui existent sont établies par Dieu. » (Romains 13.1)

Cette position de principe permet d'éprouver le chrétien pendant sa vie terrestre, en le préparant à vivre dans l'obéissance avec Dieu pour l'éternité.

Mais puisque toute autorité vient de Dieu, ceux qui l'ont reçue doivent eux-mêmes être soumis à l'Autorité suprême.

Aussi, la priorité donnée à l'obéissance fondamentale envers Dieu doit nous conduire à maintenir des positions fermes, sur le plan de la foi, face aux hommes.

« Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. » (verset 29)

Lorsque des dirigeants, des dictateurs, violent sans hésitation les droits fondamentaux de la personne humaine, ils ne méritent pas l'obéissance.

L'autorité donnée aux hommes qui sont investis d'un pouvoir terrestre ne saurait nous conduire à une soumission qui remette en cause notre engagement spirituel et les valeurs de la foi chrétienne.

Malgré l'interdit prononcé par les autorités juives visant à empêcher aux apôtres d'enseigner dans le Nom de Jésus, malgré les coups, les apôtres se retirèrent ... « Et chaque jour, dans le temple comme à domicile, ils ne cessaient d'enseigner et d'annoncer l'Evangile de Jésus Christ. » (verset 42)

La contrepartie de cette obéissance à Dieu, c'est le don du Saint-Esprit :

« Nous sommes témoins de ces choses, de même que l'Esprit Saint que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » (verset 32)

5.33 à 5.42 : Décision du Sanhédrin
L'intervention de Gamaliel, un Pharisien très respecté dans son milieu, va infléchir la décision du Sanhédrin.

Tous étaient sur le point d'éliminer les apôtres (verset 33).

Gamaliel va faire preuve d'un raisonnement plein de lucidité.

Celui-ci est simple : si les apôtres sont à la tête d'une mouvance quelconque d'inspiration humaine, celle-ci n'aura guère d'avenir.

Si au contraire Dieu est à l'origine de leurs actes, il est inutile de s'y opposer car ceux qui agiraient ainsi signeraient leur propre condamnation (verset 39).

L'histoire nous a prouvé, avec 19 siècles de croissance du christianisme, que Gamaliel avait raison.

Certains exégètes ont vu dans Gamaliel un chrétien qui ne se serait pas encore révélé du fait de sa prise de position favorable aux apôtres.

Mais rien ne permet de le confirmer.

En Actes 22.3, Paul déclare avoir été un disciple de Gamaliel : « J'ai été instruit aux pieds de Gamaliel dans le respect scrupuleux de la Loi de nos pères ... »

Cela ne veut pas dire pour autant que Gamaliel se soit converti comme Paul à la foi chrétienne.

Mais cela n'empêche pas qu'il ait pu être, ce jour-là, inspiré par l'Esprit Saint.

Il s'est prononcé en faveur des apôtres sous l'inspiration, tout comme le fut le grand-prêtre Caïphe quand il prophétisa que Jésus devait mourir pour Son peuple. (Jean 11.51)

< < < Retour à l'accueil < < < Les actes des apôtres < < < ACTES 5 > > > Chapitre suivant ... > > >