APOCALYPSE ou REVELATION

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 12 ~ Versets 1 à 18

La femme et le dragon


Traduction Louis Segond 1910

1 Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.

2 Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l'enfantement.

3 Un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes.

4 Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté.

5 Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône.

6 Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu'elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours.

7 Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent,

8 mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel.

9 Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.

10 Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.

11 Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort.

12 C'est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer ! car le diable est descendu vers vous, animé d'une grande colère, sachant qu'il a peu de temps.

13 Quand le dragon vit qu'il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l'enfant mâle.

14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu'elle s'envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d'un temps, loin de la face du serpent.

15 Et, de sa bouche, le serpent lança de l'eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l'entraîner par le fleuve.

16 Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche.

17 Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Un grand signe apparut dans le ciel : une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds et une couronne de douze étoiles sur sa tête.

2. Elle était enceinte et criait de douleur, souffrant des tourments de l'accouchement.

3. Un autre signe apparut dans le ciel : c'était un grand dragon rouge feu avec sept têtes et dix cornes, et sept diadèmes sur ses têtes.

4. Et sa queue balaya le tiers des astres du ciel qu'il jeta sur la terre. Le dragon se tint devant la femme sur le point d'enfanter afin de dévorer son enfant quand elle aurait accouché.

5. Elle mit un fils au monde, un enfant mâle qui doit faire paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé près de Dieu et de Son trône.

6. La femme s'enfuit au désert où Dieu lui a préparé un lieu afin qu'elle y soit nourrie mille deux cent soixante jours.

7. Une guerre eut lieu dans le ciel. Michaël et ses anges combattirent le dragon et le dragon mena le combat avec ses anges.

8. Il n'eut pas le dessus et il ne se trouva plus de place pour eux dans le ciel.

9. Alors le grand dragon, le serpent ancien, que l'on appelle Diable et Satan, celui qui séduit la terre entière, fut jeté sur la terre et ses anges précipités avec lui.

10. Et j'entendis une grande voie dans le ciel qui disait : C'est le temps du salut, de la puissance et du Règne de notre Dieu et de l'autorité de Son Christ, car l'accusateur de nos frères a été jeté, lui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu.

11. Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et par la parole de leur témoignage. Ils n'ont pas craint pour leur vie face à la mort.

12. Aussi, que les cieux se réjouissent ainsi que ceux qui y demeurent ! Malheur à la terre et à la mer, car le diable est descendu sur vous, plein de fureur, il sait qu'il lui reste peu de temps.

13. Quand le dragon vit qu'il était jeté à terre, il poursuivit la femme qui avait mis au monde l'enfant mâle.

14. Mais les deux ailes du grand aigle furent données à la femme afin qu'elle s'envole au désert dans le lieu où elle sera nourrie, loin de la face du serpent, pour un temps, des temps, et la moitié d'un temps.

15. Alors le serpent projeta de sa bouche derrière la femme comme un fleuve d'eau afin de la faire emporter par les flots.

16. Et la terre vint au secours de la femme en ouvrant sa bouche. Elle engloutit le fleuve que le dragon avait projeté de sa bouche.

17. Alors le dragon, furieux contre la femme, partit combattre ceux qui restaient de sa descendance, ceux qui observent les commandements de Dieu et gardent le témoignage de Jésus.

18. Et il se tint sur le sable de la mer.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

Versets 1 à 18 : La femme et le dragon
Comment interpréter cette vision de Jean ?

Une femme enceinte, poursuivie sur le point d'enfanter, dont le fils est appelé à « faire paître toutes les nations avec une verge de fer » fait évidemment songer à la Vierge Marie et à Jésus.

D'autant que le verset 5 précise que Celui-ci est enlevé auprès de Dieu.

Restée seule sur terre, la femme doit s'enfuir sous la protection de Dieu, de Ses anges et même les éléments terrestres prêtent leur concours pour la protéger (verset 16).

Peut-on encore considérer à cette étape de la vision qu'il s'agit de Marie ?

Ne s'agit-il pas plutôt d'une partie de l'Eglise, symbolisée par la femme, qui aurait dû fuir les persécutions ?

Les visions comme les rêves ne sont pas prisonniers de l'espace et du temps.

Ce qui est évoqué après l'enlèvement du Fils auprès de Dieu peut fort bien se dérouler au Ier siècle de notre ère comme au XXIè siècle.

Le diable a été précipité sur terre avec ses démons, lui qui autrefois siégeait auprès de Dieu (voir chapitres 1 et 2 du Livre de Job).

Désormais, Jésus siège auprès de Dieu et veille sur Son peuple.

Il veille sur ceux qui doivent fuir et Il est aux côtés de ceux qui restent pour combattre.

Car si une partie de l'Eglise s'est réfugiée au désert, une autre partie, « ceux qui observent les commandements de Dieu et gardent le témoignage de Jésus », demeure face à l'adversaire.

Rien ne nous permet de dire s'il s'agit d'un choix délibéré, s'enfuir ou combattre, ou de la volonté de Dieu qui décide de mettre une partie de Son peuple à l'abri.

Il connaît les dispositions de chacun d'entre nous et n'attribue pas à tous les mêmes dons, les mêmes missions.

Où serons-nous et que ferons-nous quand la persécution nous atteindra ?

Seul Dieu le sait, mais quoi qu'il en soit, face à la mort ou à l'adversité, Son conseil reste le même :

« Ne crains pas, crois seulement ! » (Evangile selon Marc 5.36)

< < < Retour à l'accueil < < < Apocalypse < < < APOCALYPSE 12 > > > Chapitre suivant ... > > >