EPITRE AUX HEBREUX

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 6 ~ Versets 1 à 20

Vivre dans la foi !


Traduction Louis Segond 1910

1 C'est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux oeuvres mortes, de la foi en Dieu,

2 de la doctrine des baptêmes, de l'imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel.

3 C'est ce que nous ferons, si Dieu le permet.

4 Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit,

5 qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir,

6 et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu'ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l'exposent à l'ignominie.

7 Lorsqu'une terre est abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu'elle produit une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle participe à la bénédiction de Dieu ;

8 mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et près d'être maudite, et on finit par y mettre le feu.

9 Quoique nous parlions ainsi, bien-aimés, nous attendons, pour ce qui vous concerne, des choses meilleures et favorables au salut.

10 Car Dieu n'est pas injuste, pour oublier votre travail et l'amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints.

11 Nous désirons que chacun de vous montre le même zèle pour conserver jusqu'à la fin une pleine espérance,

12 en sorte que vous ne vous relâchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses.

13 Lorsque Dieu fit la promesse à Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il jura par lui-même,

14 et dit : Certainement je te bénirai et je multiplierai ta postérité.

15 Et c'est ainsi qu'Abraham, ayant persévéré, obtint l'effet de la promesse.

16 Or les hommes jurent par celui qui est plus grand qu'eux, et le serment est une garantie qui met fin à tous leurs différends.

17 C'est pourquoi Dieu, voulant montrer avec plus d'évidence aux héritiers de la promesse l'immutabilité de sa résolution, intervint par un serment,

18 afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente, nous trouvions un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a été de saisir l'espérance qui nous était proposée.

19 Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l'âme, sûre et solide ; elle pénètre au delà du voile,

20 là où Jésus est entré pour nous comme précurseur, ayant été fait souverain sacrificateur pour toujours, selon l'ordre de Melchisédek.

Nouvelle traduction de la Bible

1. C’est pourquoi, laissons les enseignements élémentaires sur le Christ pour nous tendre vers une perfection adulte, sans revenir sur les données fondamentales comme le renoncement aux œuvres mortes, la foi en Dieu,

2. la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts ou du jugement dernier.

3. C’est ce que nous allons faire, si Dieu le permet.

4. Car il est impossible à ceux qui ont reçu une fois la lumière, qui ont goûté le don céleste et ont eu part à l'Esprit Saint,

5. eux qui ont savouré l'excellence de la parole de Dieu et les forces des temps à venir,

6. s'ils sont tombés, qu'ils renaissent de nouveau en vue de la conversion et remettent eux-mêmes ainsi sur la croix le Fils de Dieu en l’exposant aux injures.

7. Car une terre abreuvée par la pluie qui tombe souvent sur elle produit une végétation utile à ceux qui la cultivent, elle reçoit sa part de bénédiction de Dieu.

8. Mais, si elle produit des épines et des chardons, elle est réprouvée et proche de la malédiction, et on finit par y mettre le feu.

9. Nous sommes convaincus à votre sujet, bien-aimés, que tout est pour le mieux concernant le salut, bien que nous parlions ainsi.

10. Car Dieu n'est pas injuste et ne peut oublier votre activité et l'amour que vous avez montré envers Son nom en ayant servi les saints et en les servant encore.

11. Nous désirons que chacun d'entre vous montre la même ardeur pour l'accomplissement de notre espérance jusqu'à la fin.

12. Sans devenir nonchalants, imitez ceux qui, par la foi et la persévérance, héritent des promesses.

13. Car lorsque Dieu fit Sa promesse à Abraham, n'ayant personne de plus grand par qui jurer, Il jura par Lui-même.

14. Il dit : « Vraiment, je te comblerai de bénédictions et t'accorderai une descendance innombrable. » (Genèse 22.17)

15. Et comme il persévéra, la promesse se réalisa.

16. Car les hommes jurent par le plus grand pour garantir le serment et mettre un terme à toute contestation entre eux.

17. De ce fait, Dieu voulant montrer encore mieux aux héritiers de la promesse l'irrévocabilité de Son dessein, Il intervint par serment.

18. Ainsi, par deux actes irrévocables, par lesquels Dieu ne saurait mentir, nous obtenons un encouragement puissant, nous qui avons tout laissé pour saisir l'espérance proposée.

19. Celle-ci est comme une ancre bien fermement fixée pour notre âme qui pénètre le sanctuaire au-delà du voile.

20. Jésus y est entré pour nous, comme précurseur, à la manière de Melchisedek, Il est devenu grand prêtre pour l'éternité.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

6.1 à 6.20 : Vivre dans la foi !
Ce passage de l'Epître aux Hébreux rappelle les enseignements de Paul à l'intention des communautés chrétiennes.

Il s'agit d'exhorter les disciples à se maintenir dans les voies du salut pour ne pas succomber aux attaques de l'adversaire.

Car le risque est grand, notamment au travers du blasphème.

Le blasphème est généralement conçu comme une insulte ou une parole diffamatoire envers la divinité.

Concrètement, cet égarement verbal lorsqu'il touche l'Esprit Saint va plus loin.

Jésus dit à ce sujet : « Tout péché et blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas remis. » (Matthieu 12.31)

En Marc 3.30, il est précisé : « Car ils disaient : Il a un esprit impur. »

Ce qui est en cause, c'est la confusion entre l'Esprit Saint, donc pur, et les esprits impurs émanant du monde démoniaque.

Une telle confusion a pour effet de placer Dieu et Satan sur un même plan, attitude impardonnable pour celui qui a connu la puissance de la parole divine.

Le blasphème contre l'Esprit est le seul qui puisse être qualifié de péché "mortel". C'est ce qui nous est confirmé en 1 Jean 5.16 :

« Il y a un péché mortel. »

Par la repentance et la prière, il est possible d'obtenir du Seigneur le pardon de toutes sortes de péchés.

Mais celui qui a connu l'Esprit Saint, qui a pu être baptisé dans l'Esprit et hériter de Ses dons, peut perdre son salut non parce que Dieu l'a repris, mais parce que le bénéficiaire de toutes ces bénédictions y renonce.

« Car il est impossible à ceux qui ont reçu une fois la lumière, qui ont goûté le don céleste et ont eu part à l'Esprit Saint, eux qui ont savouré l'excellence de la parole de Dieu et les forces des temps à venir, s'ils sont tombés, qu'ils renaissent de nouveau en vue de la conversion et remettent eux-mêmes ainsi sur la croix le Fils de Dieu en l’exposant aux injures. » (versets 4 à 6)

Ainsi, on ne peut connaître deux fois "la nouvelle naissance" dans l'Esprit Saint.

Ce serait une troisième naissance ... et pourquoi pas une quatrième ?

Le renoncement qui a pu trouver sa source dans le blasphème peut ainsi conduire à l'apostasie.

Celui qui s'oriente dans cette direction choisit alors de se couper de Dieu, de se diriger volontairement vers la mort spirituelle après avoir connu la promesse de la vie éternelle.

< < < Retour à l'accueil < < < Epître aux Hébreux < < < HEBREUX 6 > > > Chapitre suivant ... > > >