EVANGILE de Jésus Christ selon JEAN

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 10 ~ Versets 1 à 42

Jésus, le bon berger


Traduction Louis Segond 1910

1 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand.

2 Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis.

3 Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors.

4 Lorsqu'il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix.

5 Elles ne suivront point un étranger ; mais elles fuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers.

6 Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait.

7 Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis.

8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont point écoutés.

9 Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.

10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance.

11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.

12 Mais le mercenaire, qui n'est pas le berger, et à qui n'appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse.

13 Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire, et qu'il ne se met point en peine des brebis.

14 Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent,

15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis.

16 J'ai encore d'autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

17 Le Père m'aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre.

18 Personne ne me l'ôte, mais je la donne de moi-même ; j'ai le pouvoir de la donner, et j'ai le pouvoir de la reprendre : tel est l'ordre que j'ai reçu de mon Père.

19 Il y eut de nouveau, à cause de ces paroles, division parmi les Juifs.

20 Plusieurs d'entre eux disaient : Il a un démon, il est fou ; pourquoi l'écoutez-vous ?

21 D'autres disaient : Ce ne sont pas les paroles d'un démoniaque ; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles ?

22 On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C'était l'hiver.

23 Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon.

24 Les Juifs l'entourèrent, et lui dirent : Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens ? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement.

25 Jésus leur répondit : Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi.

26 Mais vous ne croyez pas, parce que vous n'êtes pas de mes brebis.

27 Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent.

28 Je leur donne la vie éternelle ; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.

29 Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous ; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père.

30 Moi et le Père nous sommes un.

31 Alors les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider.

32 Jésus leur dit : Je vous ai fait voir plusieurs bonnes oeuvres venant de mon Père : pour laquelle me lapidez-vous ?

33 Les Juifs lui répondirent : Ce n'est point pour une bonne oeuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu.

34 Jésus leur répondit : N'est-il pas écrit dans votre loi : « J'ai dit : Vous êtes des dieux ? »

35 Si elle a appelé dieux ceux à qui la parole de Dieu a été adressée, et si l'Ecriture ne peut être anéantie,

36 celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites : "Tu blasphèmes !" Et cela parce que j'ai dit : "Je suis le Fils de Dieu."

37 Si je ne fais pas les oeuvres de mon Père, ne me croyez pas.

38 Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces oeuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père.

39 Là-dessus, ils cherchèrent encore à le saisir, mais il s'échappa de leurs mains.

40 Jésus s'en alla de nouveau au delà du Jourdain, dans le lieu où Jean avait d'abord baptisé. Et il y demeura.

41 Beaucoup de gens vinrent à lui, et ils disaient : Jean n'a fait aucun miracle ; mais tout ce que Jean a dit de cet homme était vrai.

42 Et, dans ce lieu-là, plusieurs crurent en lui.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Oui, à vrai dire, celui qui n'entre pas par la porte dans l'enclos des brebis, mais escalade par un autre côté, est un voleur et un brigand.

2. Mais celui qui entre par la porte, c'est le berger des brebis.

3. Le portier lui ouvre et les brebis entendent sa voix. Il appelle par leur nom ses propres brebis et les conduit dehors.

4. Quand il les a toutes fait sortir, il marche devant elles et les brebis le suivent parce qu'elles connaissent sa voix.

5. Mais elles ne suivront sûrement pas un étranger et fuiront loin de lui parce qu'elles ne reconnaissent pas la voix des étrangers.

6. Jésus leur raconta cette parabole, mais ils ne comprirent pas ce dont Il leur parlait.

7. Aussi, Jésus ajouta : Oui, à vrai dire, c'est moi qui suis la porte des brebis.

8. Tous ceux qui sont venus avant moi, ce sont des voleurs et des brigands, mais les brebis ne les ont pas écoutés.

9. Moi, je suis la porte : si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé. Il entrera et sortira et trouvera son paturage.

10. Le voleur ne vient que pour voler, égorger pour mettre à mort. Moi, je suis venu pour qu'elles vivent et ceci dans l'abondance.

11. Moi, je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie aux brebis.

12. Le mercenaire, qui n’est pas le berger, les brebis n'étant pas les siennes, voit venir le loup et abandonne les brebis. Il s'enfuit et le loup s'en empare et les disperse.

13. Car c'est un mercenaire qui ne se soucie pas des brebis.

14. Moi, je suis le bon berger. Je connais les miennes et elles me connaissent.

15. Comme le Père me connaît et comme je connais le Père, je donne ma vie en faveur des brebis.

16. J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos. Celles-là, il me faut les conduire. Elles entendront ma voix et formeront un seul troupeau pour un seul berger.

17. C'est pour cela que le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre.

18. Personne ne me l’enlève, mais je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, et le pouvoir de la reprendre. Tel est le commandement que j’ai reçu de mon Père.

19. Ces paroles suscitèrent de nouveau une division chez les Juifs.

20. Plusieurs parmi eux disaient : Il est démoniaque et fou ! Pourquoi l'écoutez-vous ?

21. D'autres disaient : Ces paroles ne viennent pas d'un démoniaque. Un démon peut-il ouvrir les yeux d'un aveugle ?

22. C'était en hiver et on célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace.

23. Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon.

24. Les Juifs l’encerclèrent et Lui dirent : Jusqu'à quand tiendras-tu notre esprit en suspens ? Si tu es le Christ, dis-le nous ouvertement.

25. Jésus leur répondit : Je vous l’ai dit et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père me rendent témoignage.

26. Mais vous ne croyez pas parce que vous n’êtes pas de mes brebis.

27. Mes brebis écoutent ma voix, je les connais et elles me suivent.

28. Je leur donne la vie éternelle et elles ne périront jamais. Personne ne les ravira de ma main.

29. Ce que mon Père m'a donné est plus grand que tout, et nul ne peut ravir quoi que ce soit de la main du Père.

30. Moi et le Père nous sommes un.

31. Les Juifs ramassèrent à nouveau des pierres pour Le lapider.

32. Jésus leur répondit : Je vous ai montré tant de belles œuvres venant du Père. Pour laquelle de ces œuvres me lapidez-vous ?

33. Les Juifs Lui répondirent : Nous ne te lapidons pas du fait d'une bonne œuvre mais pour le blasphème : toi qui es un homme, tu te fais Dieu !

34. Jésus dit en réponse : N'est-il pas écrit dans votre Loi : « Moi, J'ai dit : vous êtes des dieux ».

35. Il est vrai qu'Elle a appelé "dieux" ceux pour lesquels la parole de Dieu fut adressée. Et l'Ecriture ne peut-être abolie.

36. Or, à celui que le Père a sanctifié pour l'envoyer dans le monde, vous dites : "Tu blasphèmes !", parce que j'ai dit : "Je suis Fils de Dieu" ?

37. Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas.

38. Mais si je les fais, même si vous ne croyez pas en moi, croyez en ces œuvres. Pour les avoir connues, vous connaîtrez que le Père est en moi et moi dans le Père.

39. Alors ils cherchèrent de nouveau à s'emparer de Lui mais Il s'échappa de leurs mains.

40. Puis Il partit encore de l'autre côté du Jourdain, où se trouvait Jean quand il baptisait, et Il y demeura.

41. Beaucoup vinrent à Lui. Ils disaient que Jean, certes, ne fit aucun signe, mais tout ce qu'il avait dit à Son sujet était vrai.

42. Et là, beaucoup crurent en Lui.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

10.1 à 10.21 : Jésus, le bon berger
L'image du berger, guide spirituel et sauveur de Ses disciples, est l'une des figures les plus répandues de Jésus.

Le terme de "bon" berger entre en opposition avec la notion de "faux" bergers qui se font payer comme des mercenaires et s'affichent comme des gourous.

« Moi, je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie aux brebis. Le mercenaire, qui n’est pas le berger, les brebis n'étant pas les siennes, voit venir le loup et abandonne les brebis. Il s'enfuit et le loup s'en empare et les disperse. » (versets 11-12)

Le vrai berger a pour mission de rassembler, sur toute terre, l'ensemble de la communauté des croyants.

« J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos. Celles-là, il me faut les conduire. Elles entendront ma voix et formeront un seul troupeau pour un seul berger. » (verset 16)

Tout ceci était déjà développé dans le Premier (Ancien) Testament :

« C'est moi qui ferai paître mes brebis, c'est moi qui les ferai reposer, dit le Seigneur, l'Éternel.

Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était égarée, je panserai celle qui est blessée, et je fortifierai celle qui est malade.

Mais je détruirai celles qui sont grasses et vigoureuses. Je veux les paître avec justice. » (Ezéchiel 34.15-16)

"Paître avec justice" est une expression qui annonce le jugement du monde.

Le berger saura alors identifier Ses brebis et rendra justice du comportement de ceux qui ont "engraissé" au détriment des autres, saccageant les pâturages et polluant la Terre ...

« Voici, je jugerai entre brebis et brebis, entre béliers et boucs. Est-ce trop peu pour vous de paître dans le bon pâturage, pour que vous fouliez de vos pieds le reste de votre pâturage ?

De boire une eau limpide, pour que vous troubliez le reste avec vos pieds ?

Et mes brebis doivent paître ce que vos pieds ont foulé, et boire ce que vos pieds ont troublé ! » (Ezéchiel 34:17-19)

Cet avertissement, formulé il y a plus de 2 500 ans, a ensuite été repris en d'autres termes par l'apôtre Jean lorsqu'il évoquait le retour de Jésus, le Berger.

« Le moment est venu de juger les morts, de récompenser Tes serviteurs, les prophètes et les saints et ceux qui craignent Ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre. » (Apocalypse 11.18)

Des avertissements qui deviennent plus que jamais d'actualité lorsque l'on voit ce qu'est devenue la Terre ...

10.22 à 10.42 : Jésus affirme Sa divinité
« Moi et le Père nous sommes un. »

Le verset 30 résume un thème fréquent dans l'Evangile selon Jean : l'Unité entre Jésus et le Dieu créateur.

La réaction des religieux est immédiate : le rejet et la volonté de lapidation pour cause de blasphème.

« Les Juifs Lui répondirent :

Nous ne te lapidons pas du fait d'une bonne œuvre mais pour le blasphème : toi qui es un homme, tu te fais Dieu ! » (verset 33)

Ils avaient réagi de même lorsque Jésus avait affirmé sa préexistence par rapport à Abraham :

« Oui, à vrai dire, avant qu'Abraham ne soit, moi "Je suis". » (Jean 8.58)

Le fait que Jésus s'identifie par "Je suis" l'associe à Dieu qui s'est révélé en ces termes à Moïse :

« Dieu dit à Moïse : Je suis celui qui suis.

Et il ajouta : C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël :

Celui qui s'appelle "JE SUIS" m'a envoyé vers vous. » (Exode 3.14)

Mais cette Unité entre le Père et Jésus n'est pas unité de corps car : « Dieu est Esprit ... » (Jean 4.24)

Unis par un même Esprit, qui allait ensuite être répandu sur l'humanité à partir de la Pentecôte, Jésus nous rappelle que nous avons été créés à Son image : Esprits de Dieu.

« N'est-il pas écrit dans votre Loi :

"Moi, J'ai dit : vous êtes des dieux". » (verset 34)

Dieu créa l'homme à Son image avec Son souffle qui est devenu le nôtre :

« L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint un être vivant. » (Genèse 2.7)

Le "souffle" et l'Esprit s'expriment en grec ancien par un même mot : "pneuma".

Jésus nous permet de retrouver cette Unité primordiale entre l'Homme et Son créateur - qui a été perdue par Adam - par un même souffle, en un même Esprit.

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Jean < < < JEAN 10 > > > Chapitre suivant ... > > >

Visiteurs du site : Evangile.xyz