EVANGILE de Jésus Christ selon JEAN

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 5 ~ Versets 1 à 47

Le Père et le Fils de Dieu


Traduction Louis Segond 1910

1 Après cela, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem.

2 Or, à Jérusalem, près de la porte des brebis, il y a une piscine qui s'appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques.

3 Sous ces portiques étaient couchés en grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques, qui attendaient le mouvement de l'eau ;

4 car un ange descendait de temps en temps dans la piscine, et agitait l'eau ; et celui qui y descendait le premier après que l'eau avait été agitée était guéri, quelle que fût sa maladie.

5 Là se trouvait un homme malade depuis trente-huit ans.

6 Jésus, l'ayant vu couché, et sachant qu'il était malade depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ?

7 Le malade lui répondit : Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine quand l'eau est agitée, et, pendant que j'y vais, un autre descend avant moi.

8 Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche.

9 Aussitôt cet homme fut guéri ; il prit son lit, et marcha. C'était un jour de sabbat.

10 Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : C'est le sabbat ; il ne t'est pas permis d'emporter ton lit.

11 Il leur répondit : Celui qui m'a guéri m'a dit : "Prends ton lit, et marche."

12 Ils lui demandèrent : Qui est l'homme qui t'a dit : "Prends ton lit, et marche ?"

13 Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était ; car Jésus avait disparu de la foule qui était en ce lieu.

14 Depuis, Jésus le trouva dans le temple, et lui dit : Voici, tu as été guéri ; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire.

15 Cet homme s'en alla, et annonça aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.

16 C'est pourquoi les Juifs poursuivaient Jésus, parce qu'il faisait ces choses le jour du sabbat.

17 Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu'à présent ; moi aussi, j'agis.

18 A cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu.

19 Jésus reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement.

20 Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait ; et il lui montrera des oeuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l'étonnement.

21 Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut.

22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils,

23 afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n'honore pas le Fils n'honore pas le Père qui l'a envoyé.

24 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.

25 En vérité, en vérité, je vous le dis, l'heure vient, et elle est déjà venue, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu ; et ceux qui l'auront entendue vivront.

26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même.

27 Et il lui a donné le pouvoir de juger, parce qu'il est Fils de l'homme.

28 Ne vous étonnez pas de cela ; car l'heure vient où tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix,

29 et en sortiront. Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour le jugement.

30 Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j'entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé.

31 Si c'est moi qui rends témoignage de moi-même, mon témoignage n'est pas vrai.

32 Il y en a un autre qui rend témoignage de moi, et je sais que le témoignage qu'il rend de moi est vrai.

33 Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité.

34 Pour moi ce n'est pas d'un homme que je reçois le témoignage ; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés.

35 Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière.

36 Moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les oeuvres que le Père m'a donné d'accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c'est le Père qui m'a envoyé.

37 Et le Père qui m'a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n'avez jamais entendu sa voix, vous n'avez point vu sa face,

38 et sa parole ne demeure point en vous, parce que vous ne croyez pas à celui qu'il a envoyé.

39 Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi.

40 Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !

41 Je ne tire pas ma gloire des hommes.

42 Mais je sais que vous n'avez point en vous l'amour de Dieu.

43 Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez.

44 Comment pouvez-vous croire, vous qui tirez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul ?

45 Ne pensez pas que moi je vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c'est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance.

46 Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, parce qu'il a écrit de moi.

47 Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles ?

Nouvelle traduction de la Bible

1. Après cela, Jésus monta à Jérusalem à l'occasion d'une fête juive.

2. Il y a, à Jérusalem près de la porte des Brebis, une piscine avec cinq portiques appelée Bethzatha en hébreu.

3. La foule des malades, des aveugles, des boiteux et paralysés gisait là.

4. [Ce passage n'apparaît pas dans la plupart des manuscrits]

5. Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.

6. Jésus le vit couché. Sachant ce qu'il avait depuis longtemps, Il lui dit : Veux-tu être guéri ?

7. Le malade Lui répondit : Seigneur, je n'ai personne pour me porter dans la piscine quand l'eau se met en mouvement. Dès que j'avance, un autre descend avant moi.

8. Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton grabat et marche.

9. L'homme fut aussitôt guéri, il prit son grabat et marcha.

10. Les Juifs dirent alors à celui qui était guéri : C'est le sabbat, et il ne t'est pas permis de porter ton grabat.

11. Il leur répondit : C'est celui qui m'a guéri qui m'a dit : "Prends ton grabat et marche".

12. Ils lui demandèrent : Qui est l'homme qui t'a dit : "Porte-le et marche" ?

13. Celui qui était guéri ne le savait pas car Jésus avait quitté la foule qui était dans ce lieu.

14. Puis Jésus le trouva dans le temple et lui dit : Voilà, tu es guéri. Ne pèche plus afin qu'il ne t'arrive quelque chose de pire.

15. L'homme s'éloigna et révéla aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.

16. Aussi les Juifs s'en prirent à Jésus parce qu'Il avait fait cela un jour de sabbat.

17. Mais Jésus leur répondit : Mon Père est à l'œuvre jusqu’à présent, et moi aussi, j’agis.

18. De ce fait, les Juifs cherchèrent encore plus à Le tuer, parce que non seulement Il violait le sabbat, mais aussi parce qu’Il appelait Dieu Son propre Père, et se faisait ainsi l'égal de Dieu.

19. Jésus leur répondit alors : Oui, à vrai dire, le Fils ne peut rien faire de lui-même sans avoir vu faire le Père. Ainsi ce que le Père fait, le Fils le fait pareillement.

20. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait. Et il lui montrera de plus grandes œuvres encore, afin que vous soyez dans l’étonnement.

21. Comme le Père réveille les morts et redonne la vie, le Fils aussi donne la vie à qui il veut.

22. Car le Père ne juge personne. Il a remis tout jugement au Fils.

23. Ainsi, tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé.

24. Oui, à vrai dire, celui qui écoute ma parole, et croit en celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et n'est pas jugé, car il est passé de la mort à la vie.

25. Oui, à vrai dire, l'heure vient, et c'est maintenant, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu et ceux qui auront écouté vivront !

26. De même que le Père porte la vie en lui, il a donné au Fils de porter la vie en lui.

27. Et il lui a donné le pouvoir de juger parce qu'il est le Fils de l'homme.

28. Ne vous en étonnez pas, car l'heure vient ou tous entendront sa voix dans les tombeaux.

29. Et ils en sortiront. Ceux qui ont fait le bien ressusciteront pour la vie, mais ceux qui ont mal agi ressusciteront pour le jugement.

30. Je ne peux rien faire par moi-même. Je juge selon ce que j'entends et mon jugement est juste parce que je ne cherche pas ma propre volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé.

31. Si c’est moi qui témoigne à mon sujet, mon témoignage n’est pas vrai.

32. Un autre témoigne à mon sujet, et je sais que le témoignage qu’il rend de moi est vrai.

33. Vous avez envoyé une délégation vers Jean, et il a témoigné de la vérité.

34. Mais moi, ce n’est pas d’un homme que je reçois le témoignage, car je parle ainsi afin que vous soyez sauvés.

35. Jean était la lampe qui brûle et qui brille, et vous avez exulté une heure à sa lumière.

36. Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean : ce sont les œuvres que le Père m’a données afin que je les achève. Ce sont ces œuvres que je fais qui témoignent à mon sujet que c’est le Père qui m’a envoyé.

37. Et le Père qui m’a envoyé a témoigné à mon sujet. Vous n’avez jamais écouté sa voix, ni vu quel était son aspect.

38. Et sa parole ne demeure pas en vous, parce que vous ne croyez pas en celui qu’il a envoyé.

39. Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir la vie éternelle par elles. Ce sont elles qui rendent témoignage de moi.

40. Et vous ne voulez pas venir à ma suite pour avoir la vraie vie.

41. La gloire, je ne la tiens pas des hommes.

42. Mais je sais que vous n'avez pas en vous l'amour de Dieu.

43. Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas. Si un autre vient en son nom propre, vous le recevrez.

44. Vous, comment pourriez-vous croire ? Vous tenez votre gloire les uns des autres sans chercher la gloire qui vient du seul Dieu !

45. N'allez pas croire que je vous accuserai auprès du Père. C'est Moïse qui vous accuse, en qui vous avez espéré.

46. Car si vous aviez cru en Moïse, vous croiriez en moi. Car c'est à mon sujet qu'il a écrit.

47. Mais si vous ne croyez pas en ses écrits, comment croiriez-vous en mes paroles ?

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

5.1 à 5.18 : Jésus guérit un paralytique
Au verset 17, Jésus affirme l'unité et la continuité entre le Père et le Fils. Il se trouve face aux religieux qui Lui reprochent d'avoir guéri un malade le jour du sabbat.

Aussi Jésus commence par rappeler la permanence de l'œuvre de Dieu sur Sa création par une omniprésence active :

« Mon Père est à l'œuvre jusqu'à présent ... ».

Ceci découle du principe d'achèvement en cours énoncé dès les premiers temps.

« Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu'il avait faite : et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite. » (Genèse 2.2)

Comment Dieu peut-il à la fois achever son œuvre et se reposer si ce n'est par l'incarnation en Son Fils : Jésus Christ ?

Le repos de Dieu est donc loin d'être synonyme d'inaction.

Ce repos nous est également offert ... tout en restant actifs et vivants.

Car la faculté de croire en Jésus Christ notre Sauveur nous ouvre la porte, dès à présent, de la paix avec Dieu, de l'harmonie spirituelle, de l'apaisement des tempêtes connues auparavant avec les craintes existentielles.

Mais ce repos relatif doit s'accompagner d'un regain d'activité pour annoncer l'Evangile ...

« Car nous qui avons la foi, nous entrons bien dans ce repos ... » (Hébreux 4.3)

5.19 à 5.30 : L'Unité du Père et du Fils
Le thème de l'Unité entre le Père et le Fils est particulièrement développé chez Jean.

Pour mieux se faire comprendre à Ses auditeurs, Jésus décrit Sa relation comme l'on pourrait décrire celle qui unit un père à son fils terrestre (versets 19 & 20).

Mais Il passe ensuite à une toute autre dimension en évoquant la faculté de ressusciter les morts (verset 21).

Les vivants comme les morts sont appelés à entendre la prédication de Jésus pour croire en Lui (verset 25).

Cette prédication de Jésus auprès des morts est commentée par ailleurs en 1 Pierre 3.18-19 :

« Il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant quant à l’Esprit. Puis Il est aussi allé prêcher aux esprits en prison. »

Ainsi, tout le monde se trouve à égalité.

Ceux qui ont connu Jésus de Son vivant, ceux qui ont vécu depuis Son ascension, ceux qui ont vécu avant qu'Il naisse ... et pourquoi pas tous ceux qui sont morts sans avoir seulement entendu parler de Lui ?

Car si la prédication terrestre est temporelle, on peut considérer que la prédication auprès des morts échappe aux lois de ce monde.

Et tous, les morts comme les vivants auraient ainsi la faculté de choisir.

« Oui, à vrai dire, l'heure vient, et c'est maintenant, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu et ceux qui auront écouté vivront ! » (verset 25)

Celui ou celle qui était incrédule de son vivant peut demeurer incrédule jusque dans la mort.

« Ne vous en étonnez pas, car l'heure vient ou tous entendront sa voix dans les tombeaux. » (verset 28)

Devons-nous donc être inquiets pour ceux qui n'auraient pas pu connaître Jésus de leur vivant ?

Non, car Dieu veut « que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. » (1 Timothée 2.4)

Bien sûr, il est hautement préférable de parvenir à la connaissance de la vérité durant cette vie et de suivre Jésus sans tarder.

Car si nous ignorons Son appel sur terre, nous risquons de nous entendre dire :

« Mon enfant, souviens-toi, tu as reçu tes biens pendant ta vie ... » (Luc 16.25)

5.31 à 5.47 : Les témoignages en faveur de Jésus
Personne ne devrait témoigner pour soi, se prétendre juste, se proclamer prophète de Dieu, ou revendiquer une quelconque distinction.

Aussi Jésus s'appuie sur trois témoignages en Sa faveur :

- celui de Jean le baptiste ... « Vous avez envoyé une délégation vers Jean, et il a témoigné de la vérité. » (verset 33)

- Ses œuvres ... « Ce sont ces œuvres que je fais qui témoignent à mon sujet que c’est le Père qui m’a envoyé. » (verset 36)

- celui des Ecritures ... « Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir la vie éternelle par elles. Ce sont elles qui rendent témoignage de moi. » (verset 39)

Nul autre que Lui ne peut se prévaloir de tels témoignages.

Qu'en est-il des témoignages rendus par les humains, pour des humains ?

Ce sont des obstacles à la foi.

Ceux-qui passent leur temps à se congratuler, faire des éloges, se glorifier réciproquement ou personnellement croient en eux ... mais pas en Dieu.

Le monde politique regorge de tels individus !

« Vous, comment pourriez-vous croire ? Vous tenez votre gloire les uns des autres sans chercher la gloire qui vient du seul Dieu ! » (verset 44)

La gloire qui vient du seul Dieu véritable est fondée sur l'humilité, le service rendu sans rien attendre en retour.

Ce sont donc les œuvres accomplies dans la foi qui rendront témoignage de notre foi.

« Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres. » (Jacques 2.18)

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Jean < < < JEAN 5 > > > Chapitre suivant ... > > >

Visiteurs du site : Evangile.xyz