EVANGILE de Jésus Christ selon JEAN

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 8 ~ Versets 1 à 59

La vraie nature du Christ


Traduction Louis Segond 1910

1 Jésus se rendit à la montagne des oliviers.

2 Mais, dès le matin, il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à lui. S'étant assis, il les enseignait.

3 Alors les scribes et les pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère ; et, la plaçant au milieu du peuple,

4 ils dirent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère.

5 Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes : toi donc, que dis-tu ?

6 Ils disaient cela pour l'éprouver, afin de pouvoir l'accuser. Mais Jésus, s'étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre.

7 Comme ils continuaient à l'interroger, il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.

8 Et s'étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre.

9 Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu'aux derniers ; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.

10 Alors s'étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit : Femme, où sont ceux qui t'accusaient ? Personne ne t'a-t-il condamnée ?

11 Elle répondit : Non, Seigneur. Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus : va, et ne pèche plus.

12 Jésus leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.

13 Là-dessus, les pharisiens lui dirent : Tu rends témoignage de toi-même ; ton témoignage n'est pas vrai.

14 Jésus leur répondit : Quoique je rende témoignage de moi-même, mon témoignage est vrai, car je sais d'où je suis venu et où je vais ; mais vous, vous ne savez d'où je viens ni où je vais.

15 Vous jugez selon la chair ; moi, je ne juge personne.

16 Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul ; mais le Père qui m'a envoyé est avec moi.

17 Il est écrit dans votre loi que le témoignage de deux hommes est vrai ;

18 je rends témoignage de moi-même, et le Père qui m'a envoyé rend témoignage de moi.

19 Ils lui dirent donc : Où est ton Père ? Jésus répondit : Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.

20 Jésus dit ces paroles, enseignant dans le temple, au lieu où était le trésor ; et personne ne le saisit, parce que son heure n'était pas encore venue.

21 Jésus leur dit encore : Je m'en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché ; vous ne pouvez venir où je vais.

22 Sur quoi les Juifs dirent : Se tuera-t-il lui-même, puisqu'il dit : "Vous ne pouvez venir où je vais ?"

23 Et il leur dit : Vous êtes d'en bas ; moi, je suis d'en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde.

24 C'est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés.

25 Qui es-tu ? lui dirent-ils. Jésus leur répondit : Ce que je vous dis dès le commencement.

26 J'ai beaucoup de choses à dire de vous et à juger en vous ; mais celui qui m'a envoyé est vrai, et ce que j'ai entendu de lui, je le dis au monde.

27 Ils ne comprirent point qu'il leur parlait du Père.

28 Jésus donc leur dit : Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m'a enseigné.

29 Celui qui m'a envoyé est avec moi ; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

30 Comme Jésus parlait ainsi, plusieurs crurent en lui.

31 Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;

32 vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.

33 Ils lui répondirent : Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne ; comment dis-tu : "Vous deviendrez libres ?"

34 En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.

35 Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours.

36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

37 Je sais que vous êtes la postérité d'Abraham ; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous.

38 Je dis ce que j'ai vu chez mon Père ; et vous, vous faites ce que vous avez entendu de la part de votre père.

39 Ils lui répondirent : Notre père, c'est Abraham. Jésus leur dit : Si vous étiez enfants d'Abraham, vous feriez les oeuvres d'Abraham.

40 Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j'ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l'a point fait.

41 Vous faites les oeuvres de votre père. Ils lui dirent : Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ; nous avons un seul Père, Dieu.

42 Jésus leur dit : Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez, car c'est de Dieu que je suis sorti et que je viens ; je ne suis pas venu de moi-même, mais c'est lui qui m'a envoyé.

43 Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole.

44 Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui. Lorsqu'il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.

45 Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.

46 Qui de vous me convaincra de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?

47 Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu ; vous n'écoutez pas, parce que vous n'êtes pas de Dieu.

48 Les Juifs lui répondirent : N'avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ?

49 Jésus répliqua : Je n'ai point de démon ; mais j'honore mon Père, et vous m'outragez.

50 Je ne cherche point ma gloire ; il en est un qui la cherche et qui juge.

51 En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

52 Maintenant, lui dirent les Juifs, nous connaissons que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis : "Si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort."

53 Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être ?

54 Jésus répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien. C'est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu,

55 et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais ; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole.

56 Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour : il l'a vu, et il s'est réjoui.

57 Les Juifs lui dirent : Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham !

58 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis.

59 Là-dessus, ils prirent des pierres pour les jeter contre lui ; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Jésus se rendit au mont des Oliviers.

2. Au lever du jour, Il se présenta de nouveau au temple et le peuple Le rejoignit. Il s'installa pour les enseigner.

3. Les scribes et les Pharisiens Lui amenèrent une femme surprise en adultère et la placèrent au milieu.

4. Ils Lui dirent : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère.

5. Dans la Loi, Moïse nous a prescrit de lapider de telles femmes. Et toi, que dis-tu ?

6. Ils disaient cela pour Le mettre à l'épreuve afin de pouvoir L'accuser. Mais Jésus, baissé vers le sol, écrivait du doigt dans la terre.

7. Comme ils persistaient à L'interoger, Il se redressa et leur dit : Que celui d'entre vous, qui est dépourvu de péché, soit le premier à lui jeter une pierre.

8. Puis Il se baissa de nouveau pour écrire sur la terre.

9. Ceux qui L'avaient entendu sortirent l'un après l'autre, d'abord les plus âgés. Il se retrouva seul avec la femme au milieu.

10. Jésus se releva et lui dit : Femme, où sont-ils ? Personne ne t'a condamnée ?

11. Elle répondit : Personne, Seigneur. Jésus dit : Et moi je ne te condamne pas. Va, et désormais, ne pèche plus !

12. Puis à nouveau, Jésus leur parla : Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit, ne marchera assurément pas dans la ténèbre mais il aura la lumière de la vie.

13. Les Pharisiens Lui dirent alors : Toi, tu témoignes pour toi. Ton témoignage n'est pas vrai.

14. Jésus leur répondit : Même si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage est vrai parce que je sais d'où je suis venu et où je vais. Vous, par contre, vous ne savez ni d'où je viens, ni où je vais.

15. Vous jugez selon la chair. Moi, je ne juge personne.

16. Et quand je juge, mon jugement est le vrai parce que je ne suis pas seul : il y a moi, et le Père qui m'a envoyé.

17. Or, dans la Loi, la vôtre, il est écrit que le témoignage rendu par deux hommes est valable.

18. Moi, je me rends témoignage, et le Père qui m'a envoyé me rends aussi témoignage.

19. Ils Lui dirent alors : Où es ton père ? Jésus répondit : Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.

20. Il prononça ces paroles dans la salle des Trésors, quand Il enseignait dans le temple. Personne ne s'empara de Lui, parce que Son heure n'était pas encore venue.

21. Il leur dit encore : Moi, je m'en vais et vous me chercherez. Mais vous mourrez dans votre péché. Là où je vais vous ne pouvez venir.

22. Les Juifs dirent alors : Est-ce qu'il va se tuer puisqu'il dit : Là où je vais vous ne pouvez venir ?

23. Il leur dit ensuite : Vous êtes de ceux d'en bas, moi, je suis de ceux d'en haut. Vous êtes de ce monde, moi, je ne suis pas de ce monde.

24. Aussi je vous dis que vous mourrez dans vos péchés. Car si vous ne croyez pas que moi, "Je suis", vous mourrez dans vos péchés.

25. Ils Lui dirent : Toi, qui es-tu ? Jésus leur dit : Celui que je vous ai dit depuis le début.

26. J'aurais beaucoup à dire et à juger en ce qui vous concerne. Mais Celui qui m'a envoyé dit vrai, et moi, ce que j'ai entendu de Lui, je le dis au monde.

27. Ils ne comprirent pas qu'Il leur parlait du Père.

28. Aussi Jésus leur dit : Quand le Fils de l'homme sera élevé, alors vous reconnaîtrez que moi, "Je suis", et que je ne fais rien de moi-même. Car je dis ce que le Père m'a enseigné.

29. Or, celui qui m'a envoyé est avec moi. Il ne m'a pas laissé seul parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

30. Comme Il disait cela, plusieurs crurent en Lui.

31. Jésus s'adressa aux Juifs qui avaient cru en Lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples.

32. Ainsi vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres.

33. Ils Lui répondirent : Nous sommes les descendants d'Abraham et nous n'avons jamais été asservis à personne. Comment peux-tu dire que nous serons libérés ?

34. Jésus leur répondit : Oui, à vrai dire, celui qui pèche est esclave du péché.

35. L'esclave ne reste pas pour toujours dans la maison, le fils y demeure pour toujours.

36. Si le Fils vous libère, vous serez réellement libres.

37. Je sais que vous êtes les descendants d'Abraham, mais vous cherchez à me faire périr parce que ma parole ne vous pénètre pas.

38. Je parle de ce que j'ai vu auprès du Père, et vous faites ce que vous avez entendu de votre père.

39. Ils Lui dirent en réponse : Notre père, c'est Abraham ! Jésus leur dit : Si vous étiez les enfants d'Abraham, vous feriez les œuvres d'Abraham.

40. Mais vous cherchez à me faire périr, moi, un homme qui vous ai dit la vérité entendue auprès de Dieu. Abraham n'a pas fait cela.

41. Car vous faites les œuvres de votre père. Ils Lui dirent alors : Nous ne sommes pas nés de la prostitution. Nous avons un seul père : Dieu !

42. Jésus leur dit : Si Dieu était votre père, vous m'aimeriez. Car moi je suis sorti et je viens de Dieu. Je ne suis pas venu de moi-même mais c'est Lui qui m'a envoyé.

43. Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole.

44. Vous avez le diable pour père, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Celui-là était un assassin dès le commencement. Il ne s'est pas maintenu dans la vérité car il n'y a pas de vérité en lui. Quand il diffuse le mensonge, il puise dans son patrimoine, parce qu'il est menteur et père du mensonge.

45. Moi, par contre, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.

46. Qui de vous me convaincra de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?

47. Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu. Mais vous ne m'écoutez pas parce que vous n'êtes pas de Dieu.

48. Les Juifs Lui répondirent : N'avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain et possédé d'un démon ?

49. Jésus répondit : Moi, je n'ai aucun démon, mais j'honore mon Père et vous, vous me déshonorez !

50. Moi, je ne cherche pas ma gloire. Lui, Il la cherche et juge pour moi.

51. Oui, à vrai dire, celui qui garde ma parole ne verra jamais la mort.

52. Les Juifs Lui dirent alors : Maintenant, nous savons que tu as un démon. Abraham est mort ainsi que les prophètes, et toi tu dis : "Celui qui garde ma parole ne goûtera jamais la mort".

53. Peux-tu être plus grand que notre père, Abraham, qui est mort ? Les prophètes ausi sont morts. Pour qui te prends-tu ?

54. Jésus répondit : Quand bien même je me glorifierais, ma gloire ne serait rien. C'est mon Père qui me glorifie, Lui dont vous dites qu'Il est notre Dieu.

55. Vous ne L'avez pas connu mais moi je Le connais. Si je disais que je ne Le connais pas, je serais comme vous, un menteur. Mais je Le connais et je garde Sa parole.

56. Abraham, votre père, a exulté à l'idée de voir ce jour, le mien. Il l'a vu et s'en réjouit.

57. Les Juifs Lui dirent alors : Tu n'as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham ?

58. Jésus leur dit : Oui, à vrai dire, avant qu'Abraham ne soit, moi "Je suis".

59. Ils ramassèrent alors des pierres pour Lui jeter. Jésus se cacha et sortit du temple.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

8.1 à 8.11 : La femme adultère
Lorsque les scribes et les Pharisiens amenèrent une femme adultère devant Jésus, ils préconisèrent de la lapider conformément à la loi de Moïse exposée dans le Lévitique (20.10) et le Deutéronome (22.22).

« Quand un homme commet l'adultère avec la femme de son prochain, ils seront mis à mort, l'homme adultère aussi bien que la femme adultère. »

Mais où donc était passé l'homme coupable de cet adultère ?

Comment se fait-il que les uns après les autres les accusateurs se soient retirés lorsque Jésus prononça cette célèbre parole :

« Que celui d'entre vous, qui est dépourvu de péché, soit le premier à lui jeter une pierre. » (verset 7)

Ce sont les plus âgés qui se sont retirés les premiers ... eux qui avaient probablement si souvent commis le même péché ... puis les plus jeunes.

Personne n'est resté : tous ces accusateurs ont pris conscience qu'ils étaient de plus grands pécheurs que cette femme qu'ils voulaient condamner.

Et de nos jours, quand nous entendons tant de messages dénonçant l'adultère, la pornographie et d'autres dérives sexuelles, combien de ceux qui condamnent ces actes sont eux-mêmes des pécheurs dans ce domaine ou dans un autre ?

Mais peut-être leurs prédications s'adressent-elles à eux en priorité ?

8.12 à 8.20 : La lumière du monde
Aussitôt après avoir invité les scribes et les Pharisiens à prendre conscience de leurs propres péchés avant de juger ceux des autres, Jésus se proclame "lumière du monde".

Puis Il expose ensuite le sens de cette déclaration.

Il souligne d'abord qu'Il ne juge personne selon la chair (verset 15) comme l'ont fait Ses détracteurs avec la femme adultère.

Donc S'il juge, c'est selon l'Esprit, conformément à la volonté de Son Père (verset 16).

Il ne juge pas sur les actes, sur les apparences, mais sur ce qui réside réellement au fond du cœur.

C'est ainsi qu'Il peut pardonner des pécheurs repentis et se détourner de personnes apparemment honnêtes, mais foncièrement perverties.

La Lumière du monde n'est pas la lumière du jour.

Elle ne se pose pas sur la face des hommes pour éclairer leurs visages mais illumine l'intérieur de l'âme.

Cette Lumière est invisible.

Jean l'annonce dès le Prologue de l'Evangile :

« La Lumière brille dans la ténèbre, et la ténèbre ne L’a pas saisie. » (Jean 1.5)

Etait-il possible que la ténèbre saisisse la Lumière du monde ?

L'une et l'autre semblent bien incompatibles ... dès le commencement.

« Dieu vit que la lumière était bonne. Dieu sépara la lumière de la ténèbre. » (Genèse 1.4)

Quelle était la nature de cette lumière primordiale ?

Ce n'est pas celle du soleil qui apparaît au quatrième jour de la création (Genèse 1.14-19).

Il est intéressant de lire le commentaire du rabbin Rachi, qui a vécu en France au XIè siècle, à propos de ce quatrième verset de la Genèse.

"Eloqim vit que la lumière était bonne. Eloqim sépara ...

Il vit que les scélérats ne mériteraient pas de profiter de la lumière, de sorte qu’Il la mit en réserve à l’usage des justes pour les temps à venir.

Quant au sens littéral, le voici : Il vit qu’elle était bonne et qu’il ne convenait pas que la lumière et les ténèbres assurent leur service dans la confusion.

Aussi fixa-t-Il à l’une pour domaine le jour, et aux autres pour domaine la nuit."

Dans le prolongement de cette approche, les rabbins ont retenu un passage du Livre de Job :

« L'œil de l'adultère épie le crépuscule. "Nul œil ne me verra", dit-il. » (Job 24.14)

Ainsi, les "scélérats" attendent la nuit pour agir dans la ténèbre.

Mais plus que l'adultère, les rabbins retenaient le fait que celui qui fuit la lumière s'imagine que Dieu ne puisse le voir.

Aussi ce verset est-il considéré comme une démonstration d'absence de foi de la part de ceux qui se cachent de la Lumière.

8.21 à 8.30 : "Je suis"
A plusieurs reprises, Jésus va se désigner par "Je suis".

Ses interlocuteurs peinent à admettre qu'Il puisse s'identifier au Père en disant "Je suis".

Lorsque l'on est venu l'arrêter, les gardes tombèrent à terre lorsqu'ils entendirent : "Je le suis" (Jean 18.6)

La puissance de cette formule résulte de sa paternité.

Lorsque Dieu se révéla à Moïse, Il dit :

« Je suis qui Je serai. » (Exode 3.14)

Le Nom sacré de Dieu portait en soi la permanence éternelle du Créateur et Son devenir dans le futur avec Son incarnation en Jésus.

"Je suis YAHWEH et Je serai YESHOUA" constitue l'accomplissement de la révélation donnée à Moïse qui pourrait se traduire aussi comme suit :

"Je suis Celui qui fait devenir et Je serai Celui qui sauve."

8.31 à 8.59 : La postérité d'Abraham
Entre Jésus et Son auditoire, le ton va monter dans le temple et Il devra fuir pour éviter les jets de pierre.

Lorsque Ses adversaires ont revendiqué être les descendants d'Abraham, Jésus a contesté leur affirmation (verset 39).

Ensuite, Il consteste le fait qu'ils puissent avoir Dieu pour père (verset 42).

Puis Il leur dit qu'ils ont le diable pour père (verset 44).

L'hostilité à atteint un point de non retour.

C'est un dialogue de sourds qui s'est instauré et plus aucun message de Jésus ne passe.

Et lorsqu'Il affirme avoir existé avant Abraham (verset 58), ce sont des pierres qu'Il va recevoir en réponse.

Ainsi Jésus s'est pleinement identifié au Créateur de l'univers et de toute forme de vie qui s'appelait Lui-même : "Je suis".

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Jean < < < JEAN 8 > > > Chapitre suivant ... > > >

Visiteurs du site : Evangile.xyz