EVANGILE de Jésus Christ selon LUC

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 18 ~ Versets 1 à 43

Le publicain et le Pharisien


Traduction Louis Segond 1910

1 Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher.

2 Il dit : Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu et qui n'avait d'égard pour personne.

3 Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire : "Fais-moi justice de ma partie adverse."

4 Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même : "Quoique je ne craigne point Dieu et que je n'aie d'égard pour personne,"

5 "néanmoins, parce que cette veuve m'importune, je lui ferai justice, afin qu'elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête."

6 Le Seigneur ajouta : Entendez ce que dit le juge inique.

7 Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ?

8 Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

9 Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu'elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres :

10 Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l'un était pharisien, et l'autre publicain.

11 Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : "O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ;"

12 "je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus."

13 Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : "O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur."

14 Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l'autre. Car quiconque s'élève sera abaissé, et celui qui s'abaisse sera élevé.

15 On lui amena aussi les petits enfants, afin qu'il les touchât. Mais les disciples, voyant cela, reprenaient ceux qui les amenaient.

16 Et Jésus les appela, et dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.

17 Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n'y entrera point.

18 Un chef interrogea Jésus, et dit : Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?

19 Jésus lui répondit : Pourquoi m'appelles-tu bon ? Il n'y a de bon que Dieu seul.

20 Tu connais les commandements : Tu ne commettras point d'adultère ; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; honore ton père et ta mère.

21 J'ai, dit-il, observé toutes ces choses dès ma jeunesse.

22 Jésus, ayant entendu cela, lui dit : Il te manque encore une chose : vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis, viens, et suis-moi.

23 Lorsqu'il entendit ces paroles, il devint tout triste ; car il était très riche.

24 Jésus, voyant qu'il était devenu tout triste, dit : Qu'il est difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu !

25 Car il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.

26 Ceux qui l'écoutaient dirent : Et qui peut être sauvé ?

27 Jésus répondit : Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.

28 Pierre dit alors : Voici, nous avons tout quitté, et nous t'avons suivi.

29 Et Jésus leur dit : Je vous le dis en vérité, il n'est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou sa femme, ou ses frères, ou ses parents, ou ses enfants,

30 ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.

31 Jésus prit les douze auprès de lui, et leur dit : Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l'homme s'accomplira.

32 Car il sera livré aux païens ; on se moquera de lui, on l'outragera, on crachera sur lui,

33 et, après l'avoir battu de verges, on le fera mourir ; et le troisième jour il ressuscitera.

34 Mais ils ne comprirent rien à cela ; c'était pour eux un langage caché, des paroles dont ils ne saisissaient pas le sens.

35 Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin, et mendiait.

36 Entendant la foule passer, il demanda ce que c'était.

37 On lui dit : C'est Jésus de Nazareth qui passe.

38 Et il cria : Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !

39 Ceux qui marchaient devant le reprenaient, pour le faire taire ; mais il criait beaucoup plus fort : Fils de David, aie pitié de moi !

40 Jésus, s'étant arrêté, ordonna qu'on le lui amène ; et, quand il se fut approché, il lui demanda :

41 Que veux-tu que je te fasse ? Il répondit : Seigneur, que je recouvre la vue.

42 Et Jésus lui dit : Recouvre la vue ; ta foi t'a sauvé.

43 A l'instant il recouvra la vue, et suivit Jésus, en glorifiant Dieu. Tout le peuple, voyant cela, loua Dieu.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Il leur dit une parabole sur la nécessité de prier en tout temps sans se décourager.

2. Il dit : Il y avait un juge dans une ville qui n'avait ni crainte envers Dieu, ni respect pour les hommes.

3. Une veuve qui vivait dans cette ville venait lui dire : "Venge-moi de mon adversaire".

4. Il refusa pendant longtemps. Puis il se dit en lui-même :"Je ne crains ni Dieu, ni ne respecte les hommes."

5. "Mais parce que cette veuve me cause du tracas, je lui rendrai justice, pour qu'elle cesse enfin de m'importuner".

6. Le Seigneur ajouta : Ecoutez bien ce qu'a dit ce juge injuste.

7. Et Dieu ne vengerait pas ses élus qui patientent en l'implorant jour et nuit ?

8. Je vous dis qu'il leur fera justice bien vite. Mais quand viendra le Fils de l'homme, trouvera-t-il la foi sur terre ?

9. Il dit aussi cette parabole, pour certaines personnes persuadées d'être justes et méprisantes envers les autres :

10. Deux hommes montèrent au temple pour prier. Un Pharisien et un publicain.

11. Le Pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : "O Dieu, je te rends grâces, car je ne suis pas comme le reste des hommes, voleurs, injustes, adultères, ou bien comme ce publicain."

12. "Je jeûne deux fois par semaine, je paie la dîme de tous mes revenus."

13. Par contre, le publicain, qui se tenait à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel. Mais il se frappait la poitrine en disant : "O Dieu, prends pitié de moi, qui suis un pécheur."

14. Je vous le dis, celui-ci retourna justifié dans sa maison, et non l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé.

15. On Lui présenta aussi des bébés pour qu'Il les touche. En voyant ceci, les disciples les rabrouèrent.

16. Mais Jésus les appela en disant : Laissez venir à moi les petits enfants et ne les empêchez pas, car le Royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.

17. A vrai dire, quiconque n'accueillera pas le Royaume de Dieu comme un petit enfant n'y entrera pas.

18. Un des chefs L'interrogea en ces termes : Bon maître, que faire pour hériter de la vie éternelle ?

19. Jésus lui dit : Pourquoi m'appelles-tu bon ? Personne n'est bon sinon le Dieu unique.

20. Tu connais les commandements : ne commets pas d'adultère, ne tue pas, ne vole pas, ne porte pas de faux témoignage, honore ton père et ta mère.

21. L'autre répondit : J'ai observé tout cela depuis ma jeunesse.

22. Après l'avoir entendu, Jésus lui dit : Il te manque encore une chose. Vends tout ce que tu as et distribue-le aux pauvres. Ainsi tu auras un trésor dans les cieux, puis viens, suis-moi.

23. Quand il entendit cela, il devint tout triste car il était très riche.

24. En le voyant ainsi, Jésus dit : Qu'il sera difficile à ceux qui ont les richesses d'entrer dans le Royaume de Dieu.

25. Car il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume de Dieu.

26. Ceux qui avaient entendu dirent alors : Mais qui peut être sauvé ?

27. Il dit : Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.

28. Pierre dit alors : Regarde, nous avons laissé nos propres biens pour te suivre.

29. Il leur répondit : A vrai dire, il n'est personne qui ne laissa maison, femme, frères, parents ou enfants à cause du Royaume de Dieu,

30. sans recevoir beaucoup plus en ce temps-ci et, pour l'éternité à venir, la vie éternelle.

31. Il prit les douze auprès de Lui et leur dit : Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes à propos du Fils de l’homme s’accomplira.

32. Car il sera livré aux païens et sera ridiculisé, insulté et couvert de crachats.

33. Et, après l’avoir flagellé, ils le mettront à mort. Puis, au troisième jour, il se relèvera.

34. Mais eux ne comprirent rien à cela car cette parole leur demeurait cachée et ils ne savaient pas de quoi il s'agissait.

35. Pendant qu'Il s'approchait de Jéricho, un aveugle se tenait assis pour mendier au bord du chemin.

36. Quand Il entendit la foule passer, il s'informa de ce que c'était.

37. On lui annonça que c'était Jésus, le Nazôréen, qui passait.

38. Alors il s'écria : Jésus, fils de David, aie pitié de moi !

39. Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour qu'il se taise mais il criait de plus belle : Fils de David, aie pitié de moi !

40. Jésus s'arrêta et ordonna qu'il Lui soit amené. Comme il s'était approché, Il l'interrogea :

41. Que veux-tu que je fasse pour toi ? Il répondit : Seigneur, que je retrouve la vue !

42. Alors Jésus lui dit : Retrouve la vue. Ta foi t'a sauvé.

43. Aussitôt, il vit de nouveau et se mit à le suivre en glorifiant Dieu. Tout le peuple qui avait vu cela fit monter sa louange à Dieu.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

18.1 à 18.8 : Parabole du juge qu'il faut prier
18.9 à 18.14 : Le publicain et le Pharisien
Sommes-nous des pécheurs honteux ou des justes certains d'être vertueux ?

D'un côté le publicain, collecteur d'impôts méprisé par les siens et qui se repent sincèrement (verset 13). De l'autre, le Pharisien sûr de son bon droit et méprisant envers le reste du monde (verset 11).

La sentence de Jésus en faveur de celui qui s'humilie est une constante de Son enseignement, dans le prolongement du Premier (Ancien) Testament.

Dieu « se moque des moqueurs, Mais il fait grâce aux humbles ... » (Proverbes 3.34)

Ce principe est confirmé par ailleurs dans le Nouveau Testament en :

- Jacques 4.6 : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. »

- 1 Pierre 5.5 : « Et tous revêtez-vous d'humilité dans vos rapports réciproques car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. »

Le regard que nous portons sur nous-mêmes par rapport aux autres est une source d'égarements.

Ne croyons pas être meilleur que "l'autre" et, à l'inverse, n'essayons pas non plus d'être aussi brillant que celui que nous croyons meilleur et qui n'est peut-être qu'un brillant simulateur.

Efforçons-nous simplement d'être meilleurs que nous-mêmes, jour après jour, en suivant les directives que le Seigneur nous enseigne notamment par la Bible.

Jésus nous conduit sur le chemin de vérité qui mène à la vie éternelle en nous ouvrant les yeux ...

18.15 à 18.17 : Jésus et les enfants
(Passages parallèles en Matthieu 19.13-15 et Marc 10.13-16)
18.31 à 18.34 : L'incompréhension des disciples
(Passages parallèles en Matthieu 20.17-19 et Marc 10.32-34)

A chaque fois que Jésus annonçait aux disciples Sa mort et Sa résurrection, ceux-ci demeuraient dans l'incompréhension.

Les écrits du Premier (Ancien) Testament avaient annoncé ces évènements : « Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes à propos du Fils de l'homme s'accomplira. » (verset 31)

Les disciples n'étaient pas des lettrés. Ils pouvaient ignorer les prophéties ou mal les connaître.

Ceux qui les connaissaient, docteurs de la loi, scribes ou Pharisiens, n'y croyaient probablement pas puisqu'ils n'ont pas reconnu en Jésus celui qui était annoncé en ces termes : « Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l'Éternel ? » (Ésaïe 53.1)

La réalisation des prophéties a transformé la "parole cachée" en révélation pour nombre d'hommes et de femmes qui ont cru après la mort et la résurrection de Jésus.

Puis les siècles se sont écoulés ...

Toutes les prophéties ne sont pas encore réalisées, notamment celles sur le retour de Jésus.

De ce fait, la Bible est devenue pour beaucoup un "langage caché".

Elle parle à ceux qui veulent croire, qui ont la foi. Pour eux, c'est un langage sacré !

La foi produite par la nouvelle naissance du chrétien repenti ouvre les yeux et les oreilles. Elle ouvre les portes de la connaissance du Royaume de Dieu.

Connaître, c'est naître avec (co-naître). La nouvelle naissance est une "co-naissance" de l'individu avec ce Royaume qui gît dans son fort intérieur et aspire à être connu.

En faisant émerger le Royaume au niveau de sa conscience, l'âme individuelle peut s'immerger dans l'Esprit Saint.

S'immerger, en grec, c'est "baptizein", qui a donné en français : baptiser.

Nous sommes donc en présence d'un baptême dans l'Esprit, d'une immersion dans Son Royaume :« Oui, à vrai dire, nul s'il n'est engendré d’eau et d’Esprit ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. » (Jean 3.5)

Cette nouvelle naissance de la conscience personnelle, par son immersion, n'est qu'un préalable terrestre à ce qui nous attend dans le Royaume éternel du Seigneur.

Mais beaucoup, y compris parmi les chrétiens, demeurent sourds et aveugles aux signes qui annoncent le retour du Seigneur et l'instauration de Son Royaume. C'est pourquoi Jésus s'interrogeait il y a 2000 ans :

« Mais quand viendra le Fils de l'homme, trouvera-t-il la foi sur terre ? » (verset 8)

18.35 à 18.43 : Guérison à Jéricho
(Passages parallèles en Matthieu 20.29-34 et Marc 10.46-52)

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Luc < < < LUC 18 > > > Chapitre suivant ... > > >