EVANGILE de Jésus Christ selon LUC

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 23 ~ Versets 1 à 56

Le jugement et la crucifixion


Traduction Louis Segond 1910

1 Ils se levèrent tous, et ils conduisirent Jésus devant Pilate.

2 Ils se mirent à l'accuser, disant : Nous avons trouvé cet homme excitant notre nation à la révolte, empêchant de payer le tribut à César, et se disant lui-même Christ, roi.

3 Pilate l'interrogea, en ces termes : Es-tu le roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Tu le dis.

4 Pilate dit aux principaux sacrificateurs et à la foule : Je ne trouve rien de coupable en cet homme.

5 Mais ils insistèrent, et dirent : Il soulève le peuple, en enseignant par toute la Judée, depuis la Galilée, où il a commencé, jusqu'ici.

6 Quand Pilate entendit parler de la Galilée, il demanda si cet homme était Galiléen ;

7 et, ayant appris qu'il était de la juridiction d'Hérode, il le renvoya à Hérode, qui se trouvait aussi à Jérusalem en ces jours-là.

8 Lorsque Hérode vit Jésus, il en eut une grande joie ; car depuis longtemps, il désirait le voir, à cause de ce qu'il avait entendu dire de lui, et il espérait qu'il le verrait faire quelque miracle.

9 Il lui adressa beaucoup de questions ; mais Jésus ne lui répondit rien.

10 Les principaux sacrificateurs et les scribes étaient là, et l'accusaient avec violence.

11 Hérode, avec ses gardes, le traita avec mépris ; et, après s'être moqué de lui et l'avoir revêtu d'un habit éclatant, il le renvoya à Pilate.

12 Ce jour même, Pilate et Hérode devinrent amis, d'ennemis qu'ils étaient auparavant.

13 Pilate, ayant assemblé les principaux sacrificateurs, les magistrats, et le peuple,

14 leur dit : Vous m'avez amené cet homme comme excitant le peuple à la révolte. Et voici, je l'ai interrogé devant vous, et je ne l'ai trouvé coupable d'aucune des choses dont vous l'accusez ;

15 Hérode non plus, car il nous l'a renvoyé, et voici, cet homme n'a rien fait qui soit digne de mort.

16 Je le relâcherai donc, après l'avoir fait battre de verges.

17 A chaque fête, il était obligé de leur relâcher un prisonnier.

18 Ils s'écrièrent tous ensemble : Fais mourir celui-ci, et relâche-nous Barabbas.

19 Cet homme avait été mis en prison pour une sédition qui avait eu lieu dans la ville, et pour un meurtre.

20 Pilate leur parla de nouveau, dans l'intention de relâcher Jésus.

21 Et ils crièrent : Crucifie, crucifie-le !

22 Pilate leur dit pour la troisième fois : Quel mal a-t-il fait ? Je n'ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Je le relâcherai donc, après l'avoir fait battre de verges.

23 Mais ils insistèrent à grands cris, demandant qu'il fût crucifié. Et leurs cris l'emportèrent :

24 Pilate prononça que ce qu'ils demandaient serait fait.

25 Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et pour meurtre, et qu'ils réclamaient ; et il livra Jésus à leur volonté.

26 Comme ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu'il la porte derrière Jésus.

27 Il était suivi d'une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.

28 Jésus se tourna vers elles, et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants.

29 Car voici, des jours viendront où l'on dira : "Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n'ont point enfanté, et les mamelles qui n'ont point allaité !"

30 Alors ils se mettront à dire aux montagnes : "Tombez sur nous !" Et aux collines : "Couvrez-nous !"

31 Car, si l'on fait ces choses au bois vert, qu'arrivera-t-il au bois sec ?

32 On conduisait en même temps deux malfaiteurs, qui devaient être mis à mort avec Jésus.

33 Lorsqu'ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l'un à droite, l'autre à gauche.

34 Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort.

35 Le peuple se tenait là, et regardait. Les magistrats se moquaient de Jésus, disant : Il a sauvé les autres ; qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ, l'élu de Dieu !

36 Les soldats aussi se moquaient de lui ; s'approchant et lui présentant du vinaigre,

37 ils disaient : Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même !

38 Il y avait au-dessus de lui cette inscription : "Celui-ci est le roi des Juifs."

39 L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant : N'es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous !

40 Mais l'autre le reprenait, et disait : Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation ?

41 Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes ; mais celui-ci n'a rien fait de mal.

42 Et il dit à Jésus : Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne.

43 Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.

44 Il était déjà environ la sixième heure, et il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure.

45 Le soleil s'obscurcit, et le voile du temple se déchira par le milieu.

46 Jésus s'écria d'une voix forte : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

47 Le centenier, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, et dit : Certainement, cet homme était juste.

48 Et tous ceux qui assistaient en foule à ce spectacle, après avoir vu ce qui était arrivé, s'en retournèrent, se frappant la poitrine.

49 Tous ceux de la connaissance de Jésus, et les femmes qui l'avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient dans l'éloignement et regardaient ce qui se passait.

50 Il y avait un conseiller, nommé Joseph, homme bon et juste,

51 qui n'avait point participé à la décision et aux actes des autres ; il était d'Arimathée, ville des Juifs, et il attendait le royaume de Dieu.

52 Cet homme se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus.

53 Il le descendit de la croix, l'enveloppa d'un linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n'avait encore été mis.

54 C'était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer.

55 Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé,

56 et, s'en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Toute l'assemblée se leva et ils L'emmenèrent devant Pilate.

2. Ils se mirent à L'accuser en disant : Nous l'avons trouvé entrain de semer la discorde dans notre nation. Il empêche de verser le tribut à césar et prétend lui-même être Messie et roi.

3. Pilate L'interrogea en disant : Toi, tu es le roi des juifs ? Il lui répondit par ces mots : C'est toi qui le dis.

4. Pilate dit aux grands-prêtres et aux foules : Je ne trouve rien à l'encontre de cet homme.

5. Ils insistèrent en disant : Il excite le peuple en enseignant dans toute la Judée. Il est venu de Galilée jusqu'ici.

6. Pilate, en entendant cela, demanda si cet homme était Galiléen.

7. Quand il comprit qu’Il relevait de l'autorité d’Hérode, il Le renvoya à Hérode, qui se trouvait aussi à Jérusalem ces jours-là.

8. Hérode se réjouit baucoup en voyant Jésus, car depuis longtemps il voulait Le voir, à cause de ce qu’il avait entendu dire de Lui. Il espérait Le voir faire quelque signe.

9. Il Lui posa de nombreuses questions, mais Jésus ne lui répondit rien.

10. Les grands-prêtres et les scribes étaient là, L’accusant avec violence.

11. Hérode Le traita avec mépris ainsi que ses troupes. Après s’être moqué de Lui, et l’avoir revêtu d’un vêtement éclatant, il Le renvoya à Pilate.

12. Ce jour-là, Hérode et Pilate devinrent amis. Auparavant, en effet, l'inimitié régnait entre eux.

13. Pilate rassembla les grands-prêtres, les chefs et le peuple.

14. Il leur dit : Vous m'avez amené cet homme comme agitateur du peuple. Je l'ai interrogé devant vous et n'ai reconnu aucun de vos chefs d'accusation contre lui.

15. Hérode non plus. Car il nous l'a renvoyé et rien de ce qu'il a fait ne mérite la mort.

16. Donc, après l'avoir châtié, je le relâcherai.

17. [passage n'apparaissant pas dans les manuscrits les plus anciens]

18. Ils crièrent tous ensemble en disant : Supprime-le et par contre libère-nous Barabbas.

19. Celui-ci avait été jeté en prison à cause d'une révolte survenue en ville et d'un meurtre.

20. Pilate, qui voulait relâcher Jésus, les interpella de nouveau.

21. Ils criaient : Crucifie, crucifie-le !

22. Il leur dit pour la troisième fois : Mais quel mal a-t-il fait ? Je n'ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Après l'avoir châtié, je le relâcherai.

23. Ils insistaient à grands cris, lui demandant qu'Il soit crucifié. Leurs cris s'accentuaient.

24. Alors Pilate décida d'accéder à leur requête.

25. Il libéra celui qui avait été jeté en prison à cause d'une émeute et d'un meurtre, comme ils le demandaient, quant à Jésus, il s'en remit à leur volonté.

26. Quand ils L'emmenèrent, ils requérirent Simon, un Cyrénéen qui revenait des champs. Ils le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus.

27. Une grande foule de gens du peuple L'accompagnait ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine en se lamentant à Son sujet.

28. Jésus se retourna vers elles et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas pour moi, mais pleurez pour vous-mêmes et pour vos enfants.

29. Car voici venir des jours au cours desquels on dira : "Heureuses celles qui sont stériles, celles qui n'ont ni enfanté, ni allaité."

30. On se mettra alors à dire aux montagnes : "Tombez-nous dessus !" et aux collines : "Cachez-nous !"

31. Car s'ils font cela au bois vert, qu'arrivera-t-il au bois sec ?

32. On emmenait aussi deux malfaiteurs qui devaient être exécutés avec Lui.

33. Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit "le Crâne", ils Le crucifièrent là avec les deux malfaiteurs, l’un à droite, l’autre à gauche.

34. Alors Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Ils se partagèrent Ses vêtements en tirant au sort.

35. Le peuple se tenait là en regardant. Les chefs se moquaient de Lui en disant : Il a sauvé les autres, qu’il se sauve lui-même, s’il est le Christ, l’élu de Dieu !

36. Les soldats aussi se moquaient de Lui. Ils s'approchèrent pour Lui présenter du vinaigre.

37. Ils disaient : Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même !

38. Il y avait au-dessus de Lui cette inscription : "Celui-ci est le roi des Juifs."

39. L’un des malfaiteurs suspendu à la croix L’injuriait en disant : N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même ainsi que nous !

40. Mais l’autre le reprit en disant : Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation ?

41. Pour nous, ce n’est que justice, car nous recevons ce que nos actes ont mérité. Mais lui n’a rien fait de mal.

42. Et il dit : Jésus, souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne.

43. Il lui répondit : A vrai dire, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.

44. C'était déjà environ la sixième heure quand une ténèbre couvrit toute la terre jusqu’à la neuvième heure.

45. Le soleil s’étant éclipsé, le voile du temple se déchira par le milieu.

46. Jésus poussa un grand cri en disant : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, sur ces mots, Il expira.

47. Le centurion, quand il vit ce qui était arrivé, glorifia Dieu en disant : Assurément, cet homme était un juste.

48. Et tous ceux qui avaient accouru en foule pour ce spectacle, voyant ce qui était arrivé, s’en retournèrent en se frappant la poitrine.

49. Tous ceux qui Lui étaient familiers s'étaient tenus à distance ainsi que les femmes qui L’avaient accompagné depuis la Galilée et qui regardaient.

50. Il y avait un homme nommé Joseph, membre du conseil, qui était bon et juste.

51. Il n'avait été d'accord, ni avec la décision prise, ni avec leurs actes. Il venait d'Arimathée, une ville juive, et il attendait le Royaume de Dieu.

52. Il vint voir Pilate et lui réclama le corps de Jésus.

53. Après L'avoir descendu, il L'enveloppa d'un linceul et Le déposa dans un tombeau taillé dans le roc où personne encore n'avait été mis.

54. C'était le jour de la préparation et le sabbat allait commencer.

55. Les femmes qui L'avaient accompagné depuis la Galilée avaient suivi et elles observèrent le tombeau et comment Son corps était déposé.

56. Au retour, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent pendant le sabbat selon le commandement.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

23.1 à 23.5 : Jésus devant Pilate
(Passages parallèles en Matthieu 27.2 & 11-14 et Marc 15.1-5)
23.6 à 23.12 : Jésus devant Hérode
Pilate et Hérode se renvoient Jésus, le traitant avec mépris (verset 11). Ils accomplissent ainsi ce que les écritures bibliques annonçaient :

« Méprisé et abandonné des hommes,
Homme de douleur et habitué à la souffrance,
Semblable à celui dont on détourne le visage,
Nous l'avons dédaigné, nous n'avons fait de lui aucun cas. »
(Ésaïe 53.3)

Pilate et Hérode ne s'aimaient pas. Ils deviennent amis le jour où ils s'accordent contre Jésus.

Ils réalisent une alliance qui reflète l'attitude du monde en tous temps :

« Pourquoi les rois de la terre se soulèvent-ils et les princes se liguent-ils avec eux contre l'Éternel et contre son oint ? » (Psaume 2.2)

Cette alliance peut tout aussi bien unir de nos jours des athées à des musulmans, dès lors qu'ils rejettent Celui qui a reçu l'onction du Seigneur : Jésus.

Ils s'enferment ainsi dans l'ignorance face à la révélation du Dieu incarné et sauveur en la personne de Jésus Christ.

Ils érigent un mur d'hostilité de plus en plus élevé entre le Seigneur et les hommes.

Heureux ceux qui sont appelés à franchir ce mur, à affronter le mépris et à se heurter à ce monde, car la victoire est de l'autre côté du mur !

23.13 à 23.25 : La condamnation de Jésus
(Passages parallèles en Matthieu 27.15-26 et Marc 15.6-15)
23.26 à 23.31 : L'ascension vers le Golgotha
23.32 à 23.43 : Jésus crucifié
(Passages parallèles en Matthieu 27.32-44 et Marc 15.21-32)

Jésus promet à l'un des malfaiteurs crucifié à Ses côtés qu'il sera le soir même dans le paradis (verset 43).

Pour cet homme sauvé in extremis de la mort éternelle, son supplice, qui lui fait rencontrer Jésus, est un véritable miracle.

Après une vie probablement dominée par le péché, celui-ci se repent :

« Pour nous, ce n’est que justice, car nous recevons ce que nos actes ont mérité. » (verset 41)

Et la foi le pousse à prier Jésus !

« Jésus, souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. » (verset 42)

Le dernier des malfaiteurs, un moins que rien, peut-être un criminel ... sera parmi les premiers à rejoindre Jésus au ciel.

Car il est écrit ...

« Beaucoup de premiers seront les derniers, et de derniers les premiers. » (Matthieu 19.30)

Si nous allons au Ciel, nous serons peut-être surpris d'y être admis ... d'y retrouver des personnes que nous n'aurions pas pensé y voir ... et de ne pas y voir certains que l'on aurait pu s'attendre à y trouver.

Mais ce verset nous enseigne aussi autre chose : si Jésus affirme à cet homme qu'il sera le jour même à ses côtés, cela signifie que la résurrection est immédiate pour celui qui vient de mourir.

Et pourtant, celle-ci n'a pas encore eu lieu !

Comment est-ce possible ?

Dans notre échelle temporelle, cet évènement s'inscrit dans le futur.

Pour celui qui meure, la Bible assimile souvent la mort à un sommeil.

Or, lorsque vous vous réveillez, vous n'avez aucune conscience du temps écoulé.

C'est ainsi que celui qui est mort il y a 2 000 ans sur la croix aux côtés de Jésus se réveillera à ses côtés ... comme s'il ne l'avait jamais quitté !

23.44 à 23.49 : La mort de Jésus
(Passages parallèles en Matthieu 27.45-56 et Marc 15.33-41 et Jean 19.28-30)

La ténèbre envahit la terre ... pas n'importe quelle ténèbre.

Ce mot au singulier rappelle les premiers temps de la Création.

En Genèse 1.2, il y avait : « Une ténèbre sur les faces de l’abîme. » (Traduction André Chouraqui)

C'était avant l'apparition de la lumière.

Et, avec la mort de Jésus, la lumière a disparu.

La lumière était venue ... et les hommes ne l'ont pas reçue !

La ténèbre assombrit aussi la face des disciples ...

Est-ce la peur ou la honte qui les a poussés à se cacher ?

« Tous ceux qui Lui étaient familiers s'étaient tenus à distance ... » (verset 49).

Le spectacle de la crucifixion avait attiré la foule mais ceux qui furent proches de Jésus se sont tenus à l'écart.

Sans doute était-ce trop dur de voir Son visage, Ses souffrances, de croiser Son regard de près ?

Des larmes de honte ont certainement coulé sur les disciples et nul homme ne peut les juger.

Nous savons par ailleurs qu'ils seront, pour la plupart, les premiers à annoncer la Bonne Nouvelle, à être pourchassés et martyrisés pour avoir osé proclamer leur foi en Jésus Christ.

Brisés par la honte le vendredi, il leur fut offert de glorifier Dieu dès le dimanche par la résurrection !

23.50 à 23.56 : Jésus enseveli
(Passages parallèles en Matthieu 27.57-61 et Marc 15.42-47 et Jean 19.38-42)

Tout comme l'année de Sa naissance demeure imprécise, celle de la mort de Jésus ne peut qu'être évaluée vers les années 30 à 33 de notre calendrier.

Ainsi, il ne s'est pas encore écoulé 2 000 ans depuis Sa crucifixion.

« Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, pour le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. » (2 Pierre 3.8)

Si 2 000 ans valent deux jours, le commencement du troisième jour, celui de la résurrection des morts, approche à grands pas !

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Luc < < < LUC 23 > > > Chapitre suivant ... > > >