EVANGILE de Jésus Christ selon MARC

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 15 ~ Versets 1 à 47

Jésus condamné et crucifié


Traduction Louis Segond 1910

1 Dès le matin, les principaux sacrificateurs tinrent conseil avec les anciens et les scribes, et tout le sanhédrin. Après avoir lié Jésus, ils l'emmenèrent, et le livrèrent à Pilate.

2 Pilate l'interrogea : Es-tu le roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Tu le dis.

3 Les principaux sacrificateurs portaient contre lui plusieurs accusations.

4 Pilate l'interrogea de nouveau : Ne réponds-tu rien ? Vois de combien de choses ils t'accusent.

5 Et Jésus ne fit plus aucune réponse, ce qui étonna Pilate.

6 A chaque fête, il relâchait un prisonnier, celui que demandait la foule.

7 Il y avait en prison un nommé Barabbas avec ses complices, pour un meurtre qu'ils avaient commis dans une sédition.

8 La foule, étant montée, se mit à demander ce qu'il avait coutume de leur accorder.

9 Pilate leur répondit : Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ?

10 Car il savait que c'était par envie que les principaux sacrificateurs l'avaient livré.

11 Mais les chefs des sacrificateurs excitèrent la foule, afin que Pilate leur relâchât plutôt Barabbas.

12 Pilate, reprenant la parole, leur dit : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ?

13 Ils crièrent de nouveau : Crucifie-le !

14 Pilate leur dit : Quel mal a-t-il fait ? Et ils crièrent encore plus fort : Crucifie-le !

15 Pilate, voulant satisfaire la foule, leur relâcha Barabbas ; et, après avoir fait battre de verges Jésus, il le livra pour être crucifié.

16 Les soldats conduisirent Jésus dans l'intérieur de la cour, c'est-à-dire, dans le prétoire, et ils assemblèrent toute la cohorte.

17 Ils le revêtirent de pourpre, et posèrent sur sa tête une couronne d'épines, qu'ils avaient tressée.

18 Puis ils se mirent à le saluer : Salut, roi des Juifs !

19 Et ils lui frappaient la tête avec un roseau, crachaient sur lui, et, fléchissant les genoux, ils se prosternaient devant lui.

20 Après s'être ainsi moqués de lui, ils lui ôtèrent la pourpre, lui remirent ses vêtements, et l'emmenèrent pour le crucifier.

21 Ils forcèrent à porter la croix de Jésus un passant qui revenait des champs, Simon de Cyrène, père d'Alexandre et de Rufus ;

22 et ils conduisirent Jésus au lieu nommé Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne.

23 Ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de myrrhe, mais il ne le prit pas.

24 Ils le crucifièrent, et se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort pour savoir ce que chacun aurait.

25 C'était la troisième heure, quand ils le crucifièrent.

26 L'inscription indiquant le sujet de sa condamnation portait ces mots : Le roi des Juifs.

27 Ils crucifièrent avec lui deux brigands, l'un à sa droite, et l'autre à sa gauche.

28 Ainsi fut accompli ce que dit l'Ecriture : « Il a été mis au nombre des malfaiteurs. »

29 Les passants l'injuriaient, et secouaient la tête, en disant : Hé ! toi qui détruis le temple, et qui le rebâtis en trois jours,

30 sauve-toi toi-même, en descendant de la croix !

31 Les principaux sacrificateurs aussi, avec les scribes, se moquaient entre eux, et disaient : Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même !

32 Que le Christ, le roi d'Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions ! Ceux qui étaient crucifiés avec lui l'insultaient aussi.

33 La sixième heure étant venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu'à la neuvième heure.

34 Et à la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabachthani ? ce qui signifie : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? »

35 Quelques-uns de ceux qui étaient là, l'ayant entendu, dirent : Voici, il appelle Elie.

36 Et l'un d'eux courut remplir une éponge de vinaigre, et, l'ayant fixée à un roseau, il lui donna à boire, en disant : Laissez, voyons si Elie viendra le descendre.

37 Mais Jésus, ayant poussé un grand cri, expira.

38 Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas.

39 Le centenier, qui était en face de Jésus, voyant qu'il avait expiré de la sorte, dit : Assurément, cet homme était Fils de Dieu.

40 Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques le mineur et de Joses, et Salomé,

41 qui le suivaient et le servaient lorsqu'il était en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem.

42 Le soir étant venu, comme c'était la préparation, c'est-à-dire, la veille du sabbat,

43 arriva Joseph d'Arimathée, conseiller de distinction, qui lui-même attendait aussi le royaume de Dieu. Il osa se rendre vers Pilate, pour demander le corps de Jésus.

44 Pilate s'étonna qu'il fût mort si tôt ; fit venir le centenier et lui demanda s'il était mort depuis longtemps.

45 S'en étant assuré par le centenier, il donna le corps à Joseph.

46 Et Joseph, ayant acheté un linceul, descendit Jésus de la croix, l'enveloppa du linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc. Puis il roula une pierre à l'entrée du sépulcre.

47 Marie de Magdala, et Marie, mère de Joses, regardaient où on le mettait.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Réunis en conseil dès le matin, les grands-prêtres avec les anciens, les scribes et tout le Sanhédrin, après avoir lié Jésus, l'emmenèrent pour Le livrer à Pilate.

2. Alors Pilate L'interrogea : Es-tu le roi des Juifs ? Il lui répondit : Tu le dis.

3. Les grands-prêtres portaient de nombreuses accusations.

4. Pilate L'interrogea de nouveau et dit : Tu ne réponds rien ? Vois, tout ce dont ils t'accusent.

5. Jésus ne répondit plus rien, ce qui étonnait Pilate.

6. A chaque fête, il leur relâchait un prisonnier, celui qu'ils réclamaient.

7. Il y avait un nommé Barabbas, arrêté avec les émeutiers, pour un meurtre commis lors d'une sédition.

8. La foule qui était montée commença à lui demander ce qu’il faisait d'ordinaire.

9. Pilate leur répondit : Voulez-vous que je vous libère le roi des Juifs ?

10. Car il savait que les grands-prêtres L’avaient livré par jalousie.

11. Les grands-prêtres excitèrent la foule afin qu'il leur relâche plutôt Barabbas.

12. Pilate reprit la parole et leur dit : Que voulez-vous donc que je fasse de celui que vous appelez le roi des Juifs ?

13. Ils crièrent à nouveau : Crucifie-le !

14. Pilate leur dit : Qu'a-t-il donc fait de mal ? Ils crièrent vigoureusement : Crucifie-le !

15. Pilate voulait satisfaire la foule. Il leur relâcha Barabbas et livra Jésus pour qu'Il soit crucifié après L'avoir fait flageller.

16. Les soldats L'emmenèrent à l'intérieur de la cour, au prétoire. Ils assemblèrent toute la cohorte.

17. Ils Le revêtirent de pourpre et Lui mirent une couronne d'épines qu'ils avaient tressée.

18. Ils se mirent à Le saluer : Salut, roi des Juifs !

19. Ils lui frappaient la tête avec un roseau, Lui crachaient dessus et, s'agenouillant, se prosternaient devant Lui.

20. Après L'avoir humilié, ils Lui ôtèrent la pourpre, Lui remirent Ses vêtements, et L'emmenèrent dehors pour Le crucifier.

21. Pour porter Sa croix, ils réquisitionnèrent un passant venu de la campagne, Simon de Cyrène, le père d'Alexandre et de Rufus.

22. Ils Le conduisirent au lieu-dit Golgotha, ce qui signifie lieu du Crâne.

23. Ils Lui donnèrent du vin mêlé de myrrhe. Il n'en prit pas.

24. Ils Le crucifièrent et se partagèrent Ses vêtements en tirant au sort : Qui prendrait quoi ?

25. Ils Le crucifièrent à la troisème heure.

26. L'inscription du motif de Sa condamnation avait été marquée : Le roi des Juifs.

27. Ils crucifièrent avec Lui deux brigands, un à Sa droite, l'autre à Sa gauche.

28. [passage n'apparaissant pas dans les manuscrits les plus anciens]

29. Les passants L'injuriaient, hochaient la tête, et disaient : Hé ! Le destructeur de sanctuaire qui doit le reconstruire en trois jours !

30. Sauve-toi toi-même en descendant de la croix !

31. Les grands-prêtres, de même, se moquaient de Lui entre eux avec les scribes. Ils disaient : Il en a sauvé d'autres, et ne peut se sauver lui-même !

32. S'il est le Christ, le roi d'Israël, qu'il descende maintenant de la croix, pour que nous voyions et croyions. Ceux qui étaient crucifiés avec Lui L'insultaient.

33. La sixième heure étant venue, la ténèbre envahit la terre entière, jusqu’à la neuvième heure.

34. Et à la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabachthani ? Ceci signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

35. Certains qui étaient présents, et L'avaient entendu, dirent : Voilà qu'il appelle Elie.

36. Quelqu'un courut, remplit une éponge de vinaigre et la fixa à un roseau. Il Lui donna à boire en disant : Attendez, voyons si Elie vient le faire descendre.

37. Mais Jésus expira en poussant un grand cri.

38. Alors, le voile du sanctuaire se déchira en deux, du haut en bas.

39. Le centurion qui était en face de Lui, voyant comment Il avait expiré, dit : Vraiment, cet homme était Fils de Dieu.

40. Des femmes regardaient aussi de loin, parmi elles, Marie de Magdala, Marie la mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé.

41. Elles Le suivaient et Le servaient quand Il était en Galilée ainsi que beaucoup d'autres montées avec Lui à Jérusalem.

42. C'était déjà le soir du jour de la Préparation, la veille du sabbat.

43. Joseph d'Arimathée, un éminent conseiller, arriva. Lui aussi attendait le Royaume de Dieu. Il osa entrer chez Pilate et demanda le corps de Jésus.

44. Pilate s'étonna qu'Il soit déjà mort et fit appeler le centurion. Il lui demanda s'Il était mort depuis longtemps.

45. Renseigné par le centurion, il accorda à Joseph de prendre le défunt.

46. Il acheta un linceul, Le descendit de la croix, L'enveloppa dans le linceul et Le déposa dans un tombeau creusé dans le roc. Il roula une pierre sur l'orifice du tombeau.

47. Marie de Magdala et Marie, la mère de José, regardaient où Il était déposé.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

15.1 à 15.15 : Jésus devant Pilate
(Passages parallèles en Matthieu 27.1-2 & 11-26 et Luc 23.1-5 & 13-25 et Jean 18.28-40 & Jean 19.1-16)

La foule se presse par centaines pour demander à Pilate de relâcher Barabbas plutôt que Jésus.

Où sont passés les malades qui avaient été guéris ?

Où sont les disciples, les milliers d'hommes et de femmes qui ont entendu l'enseignement de Jésus Christ ?

Certains se cachent et se taisent ... d'autres ont peut-être rejoint cette foule vociférante :

« Ils crièrent de nouveau : Crucifie-le! » (verset 13)

Ne ressemblent-ils pas à ceux qui se pressent contre les grilles d'un palais de justice en criant "à mort" contre un assassin présumé ?

Qui sont donc ceux qui crient ainsi vengeance pour faire comme le reste de la foule ?

Jésus était innocent ... peu importe, coupable ou innocent, la foule s'ennivre de calomnies, de rumeurs : l'homme est condamné à la peine de mort avant d'avoir été jugé !

Les mouvements de foule absorbent l'individu, ils neutralisent sa conscience fragile en lui ôtant toute lucidité, toute capacité de raisonnement et de pardon.

Alors, tout le monde juge et condamne.

Pourtant : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! » (Matthieu 5.7)

15.16 à 15.20 : Le roi des juifs humilié
(Passages parallèles en Matthieu 27.27-31 et Jean 19.2-3)
15.21 à 15.32 : Jésus crucifié
(Passages parallèles en Matthieu 27.33-44 et Luc 23.26-43 et Jean 19.17-24)

Les Evangiles relatent sept paroles de Jésus sur la croix.

1 - Quand ils le crucifient : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23.34)

2 - Au brigand crucifié : « A vrai dire, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23.43)

3 - A Sa mère, à propos du disciple qu’Il aimait : « Femme, voici ton fils. » Puis au disciple : « Voici ta mère. » (Jean 19.26-27)

4 - Selon Matthieu 27.46 et Marc 15.34 : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »

5 - Selon Jean (19.28), Jésus dit : « J'ai soif. »

6 - Selon Luc (23.46), Il dit avant d'expirer : « Père, je remets mon esprit entre tes mains. »

7 - Et selon Jean (19.30), avant de rendre l'esprit, Il dit : « C'est accompli. »

Sept paroles, égales au nombre des jours de la Création.

Sept jours, au terme desquels le Créateur aurait pu dire : « C'est accompli. »

15.33 à 15.41 : La mort de Jésus
(Passages parallèles en Matthieu 27.45-56 et Luc 23.44-49 et Jean 19.28-30)

Les cieux se ferment et les ténèbres dominent pendant trois heures ce vendredi, veille du shabbat, veille de la Pâque juive ...

Le texte grec n'emploie pas le mot "ténèbre" au pluriel mais au singulier (verset 33).

Cette ténèbre qui envahit la terre entière n'est pas un simple obscurcissement du ciel.

C'est la ténèbre résultant de l'absence de lumière, de cette lumière primordiale que Dieu avait créée.

« Dieu vit que la lumière était bonne. Dieu sépara la lumière de la ténèbre. » (Genèse 1.4)

Cette lumière ôtée du monde lors de la mort de Jésus, c'est la lumière du monde.

« C'est la vraie Lumière, qui, en venant dans le monde, illumine tout être humain. » (Jean 1.9)

En ce vendredi noir, le rideau est tombé, le spectacle touche à sa fin.

« Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance ... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours. Et l'œuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains. » (Ésaïe 53.10)

Est-il donc si noir ce vendredi ?

« Car Dieu a tellement aimé le monde qu'il a donné son Fils, l'Unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse mais qu'il ait la vie éternelle. » (Jean 3.16)

Beaucoup de choses échappent à notre compréhension, surtout dans les moments tragiques. L'existence du mal et de tout ce qui l'accompagne, souffrances et mort, plongent la conscience humaine dans la perplexité.

La mort et la souffrance sont entrées dans le monde avec le premier homme : Adam.

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, la mort a atteint tous les hommes, parce que tous ont péché. » (Romains 5.12)

Mais Dieu offre la possibilité d'y échapper par le sacrifice de Jésus.

« Comme tous meurent en Adam, aussi de même tous revivront par Christ. » (1 Corinthiens 15.22)

15.42 à 15.47 : Jésus enseveli
(Passages parallèles en Matthieu 27.57-61 et Luc 23.50-56 et Jean 19.38-42)

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Marc < < < MARC 15 > > > Chapitre suivant ... > > >