EVANGILE de Jésus Christ selon MATTHIEU

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 13 ~ Versets 1 à 58

Les paraboles de Jésus


Traduction Louis Segond 1910

1 Ce même jour, Jésus sortit de la maison, et s’assit au bord de la mer.

2 Une grande foule s’étant assemblée auprès de lui, il monta dans une barque, et il s’assit. Toute la foule se tenait sur le rivage.

3 Il leur parla en paraboles sur beaucoup de choses, et il dit : Un semeur sortit pour semer.

4 Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent, et la mangèrent.

5 Une autre partie tomba dans les endroits pierreux, où elle n’avait pas beaucoup de terre : elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un sol profond ;

6 mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines.

7 Une autre partie tomba parmi les épines : les épines montèrent, et l’étouffèrent.

8 Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente.

9 Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

10 Les disciples s’approchèrent, et lui dirent : Pourquoi leur parles-tu en paraboles ?

11 Jésus leur répondit : Parce qu’il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné.

12 Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a.

13 C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils n’entendent ni ne comprennent.

14 Et pour eux s’accomplit cette prophétie d’Esaïe :
« Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point ; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point.

15 Car le coeur de ce peuple est devenu insensible ; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux, De peur qu’ils ne voient de leurs yeux, qu’ils n’entendent de leurs oreilles, Qu’ils ne comprennent de leur coeur, Qu’ils ne se convertissent, et que je ne les guérisse. »

16 Mais heureux sont vos yeux, parce qu’ils voient, et vos oreilles, parce qu’elles entendent !

17 Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

18 Vous donc, écoutez ce que signifie la parabole du semeur.

19 Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur : cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin.

20 Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie ;

21 mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute.

22 Celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole, mais en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse.

23 Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente.

24 Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.

25 Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla.

26 Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi.

27 Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?

28 Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ?

29 Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.

30 Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier.

31 Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son champ.

32 C’est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.

33 Il leur dit cette autre parabole : Le royaume des cieux est semblable à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que la pâte soit toute levée.

34 Jésus dit à la foule toutes ces choses en paraboles, et il ne lui parlait point sans parabole,

35 afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète : « J’ouvrirai ma bouche en paraboles, Je publierai des choses cachées depuis la création du monde. »

36 Alors il renvoya la foule, et entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui, et dirent : Explique-nous la parabole de l’ivraie du champ.

37 Il répondit : Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme ;

38 le champ, c’est le monde ; la bonne semence, ce sont les fils du royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du malin ;

39 l’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges.

40 Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde.

41 Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité,

42 et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

43 Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

44 Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache ; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ.

45 Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles.

46 Il a trouvé une perle de grand prix ; et il est allé vendre tout ce qu’il avait, et l’a achetée.

47 Le royaume des cieux est encore semblable à un filet jeté dans la mer et ramassant des poissons de toute espèce.

48 Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent ; et, après s’être assis sur le rivage, ils mettent dans des vases ce qui est bon, et ils jettent ce qui est mauvais.

49 Il en sera de même à la fin du monde. Les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes,

50 et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.

51 Avez-vous compris toutes ces choses ? Oui, répondirent-ils.

52 Et il leur dit : C’est pourquoi, tout scribe instruit de ce qui regarde le royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes.

53 Lorsque Jésus eut achevé ces paraboles, il partit de là.

54 S’étant rendu dans sa patrie, il enseignait dans la synagogue, de sorte que ceux qui l’entendirent étaient étonnés et disaient : D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles ?

55 N’est-ce pas le fils du charpentier ? n’est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ?

56 et ses soeurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D’où lui viennent donc toutes ces choses ?

57 Et il était pour eux une occasion de chute. Mais Jésus leur dit : Un prophète n’est méprisé que dans sa patrie et dans sa maison.

58 Et il ne fit pas beaucoup de miracles dans ce lieu, à cause de leur incrédulité.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Ce jour-là Jésus sortit de la maison et s'assit auprès de la mer.

2. De grandes foules s'assemblèrent près de Lui de sorte que, monté dans une barque, Il s'assit. Toute la foule se tenait sur le rivage.

3. Il leur parla beaucoup en paraboles. Il dit : Voici un semeur qui est sorti pour semer.

4. Pendant qu'il semait, des grains tombèrent au bord du chemin et les oiseaux sont venus les dévorer.

5. D'autres tombèrent sur la pierraille, là où il y avait peu de terre. Ils levèrent aussitôt parce que la terre était peu profonde.

6. Le soleil s'étant levé, ils furent brûlés et, en l'absence de racine, ils séchèrent.

7. D'autres tombèrent dans les épines, et les épines qui ont monté les ont étouffés.

8. D'autres tombèrent sur la terre, la bonne, et ont donné du fruit : l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente.

9. Que celui qui a des oreilles, entende !

10. Les disciples s'approchèrent en Lui disant : Pourquoi leur parles-tu en paraboles ?

11. Il leur répondit : Parce qu'il vous est donné de connaître les mystères du Royaume des cieux, mais cela ne leur est pas donné.

12. En effet à celui qui a, il lui sera donné et il sera dans l'abondance ; mais à celui qui n'a pas, même ce qu'il a lui sera enlevé.

13. C'est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu'ils regardent sans regarder et entendent sans entendre ni comprendre.

14. Ainsi s'accomplit pour eux la prophétie d'Esaïe qui disait : « Vous aurez beau entendre, mais vous ne pourrez pas comprendre ; vous aurez beau regarder, mais vous ne pourrez pas voir.

15. Le cœur de ce peuple s'est endurci. Ils entendent avec difficulté, ils ont bouché leurs yeux, de peur de voir de leurs yeux, d'entendre avec leurs oreilles. Qu'ils comprennent avec leur cœur et se convertissent, et je les guérirai ! »

16. Bienheureux sont vos yeux, car ils regardent, comme vos oreilles, car elles entendent.

17. A vrai dire, de nombreux prophètes et justes ont désiré voir ce que vous regardez et ne l'ont pas vu, ou entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu.

18. Vous, donc, écoutez la parabole du semeur.

19. Pour celui qui écoute la parole du Royaume et ne la comprend pas, le Mauvais arrive et ravit dans son cœur ce qui a été semé : c'est lui qui est ensemencé au bord du chemin.

20. Celui qui a reçu la semence sur les pierrailles est celui qui, entendant la parole, la reçoit aussitôt avec joie.

21. N'ayant pas de racine en lui-même, cela sera de courte durée. Quand vient l'affliction ou la persécution à cause de la parole, il tombe aussitôt.

22. Celui qui reçoit la semence dans les épines a entendu la parole mais l'inquiétude des temps et la richesse trompeuse étouffent la parole et lui ôtent son fruit.

23. Mais celui qui est ensemencé dans la bonne terre écoute et comprend la parole. C'est lui, certes, qui porte du fruit : l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente.

24. Il leur proposa une autre parabole et dit : Le Royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.

25. Pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint et sema des ivraies parmi le blé, puis s’éloigna.

26. Quand l’herbe germa, elle donna du fruit. Alors parurent aussi les ivraies.

27. Les serviteurs du maître de la maison s'approchèrent pour lui dire : "Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? Comment donc sont venues des ivraies ?"

28. Il leur déclara : "C’est un ennemi qui a fait cela." Les serviteurs lui dirent : "Veux-tu donc que nous allions les cueillir ?"

29. Il répondit : "Non, de peur qu’en recueillant les ivraies, vous ne déraciniez en même temps le blé."

30. Laissez croître les deux ensemble jusqu’à la moisson, et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : "Recueillez d’abord les ivraies, et liez-les en bottes pour les brûler, mais rassemblez le blé dans mon grenier."

31. Il leur proposa une autre parabole et dit : Le Royaume des cieux est semblable à un grain de moutarde qu'un homme prend pour le semer dans son champ.

32. Celle qui est la plus petite de toutes les semences, est la plus grande des plantes potagères en grandissant. Elle devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel viennent faire leurs nids dans ses branches.

33. Il leur dit une autre parabole : Le Royaume des cieux est semblable à du levain qu'une femme a pris pour le cacher dans trois mesures de farine jusqu'à ce que le tout ait levé.

34. Jésus disait tout cela aux foules en paraboles, et Il ne leur disait rien sans paraboles.

35. Ainsi s'accomplit ce que le prophète avait dit : « J'ouvrirai ma bouche par des paraboles, je proférerai des choses cachées depuis la fondation du monde. »

36. Alors laissant les foules, Il retourna vers la maison. Ses disciples s’approchèrent de Lui et dirent : Explique-nous la parabole des ivraies dans le champ.

37. Il répondit : Le semeur de bonne semence, c’est le Fils de l’homme.

38. Le champ, c’est le monde ; la bonne semence, ce sont les fils du Royaume ; les ivraies, sont les fils du malin.

39. L’ennemi qui les a semées, c’est le diable. La moisson, c’est la fin des temps ; les moissonneurs, ce sont des anges.

40. Comme on recueille les ivraies pour les brûler dans le feu, ainsi en sera-t-il à la fin des temps.

41. Le Fils de l’homme enverra ses anges, ils expulseront de son Royaume toutes sources de scandales et ceux qui commettent l’iniquité.

42. Et ils les jetteront dans la fournaise. Là sera le pleur et le grincement de dents.

43. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père. Entende celui qui a des oreilles !

44. Le Royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ. Un homme l'ayant trouvé, il le cache, et dans sa joie, il s'en va et vend tout ce qu'il a pour acheter ce champ.

45. Ou encore : le Royaume des cieux est semblable à un marchand qui cherche de belles perles.

46. Ayant trouvé une seule pierre précieuse, il s'éloigna pour vendre tout ce qu'il avait et l'acheta.

47. Ou encore : le Royaume de cieux est semblable à un filet jeté dans la mer qui ramène toutes espèces de poissons.

48. Quand il est rempli, on le remonte sur le rivage et, une fois assis, on ramasse les beaux dans des paniers et on rejette les avariés.

49. Ainsi en sera-t-il à la fin des temps, les anges sortiront et sépareront les méchants des justes.

50. Ils les jetteront dans la fournaise : là sera le pleur et le grincement de dents.

51. Avez-vous compris tout cela ? Ils répondirent : Oui.

52. Il leur dit alors : Ainsi tout scribe devenu disciple du Royaume des cieux est semblable à cet homme, maître de maison, qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes.

53. Quand Jésus eut fini les paraboles, Il s'éloigna de là.

54. Se rendant dans sa patrie, Il les enseigna dans leur synagogue. Ils étaient stupéfaits au point de dire : D'où lui viennent une telle sagesse et ces miracles ?

55. N'est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne se nomme-t-elle pas Marie et ses frères Jacques et Joseph, Simon et Judas ?

56. Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes chez nous ? D'où lui vient donc tout cela ?

57. Il les scandalisait. Jésus leur dit : Un prophète n'est pas déprécié, si ce n'est dans sa patrie et dans sa maison.

58. Et Il ne fit guère de miracles ici à cause de leur manque de foi.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

13.1 à 13.23 : Parabole du semeur
(Passages parallèles en Marc 4.1-20 et Luc 8.4-15)
13.24 à 13.30 : Parabole de l'ivraie
(Passage parallèle en 1 Corinthien.3-9)

Dans cette parabole sur la "bonne semence" et "la mauvaise herbe", c'est-à-dire les ivraies, le Seigneur ordonne de laisser pousser l'une et l'autre.

Les mauvaises herbes continueront de croître au risque d'étouffer une partie de la bonne semence.

Ceci nous renvoie à la parabole du semeur dans laquelle il est écrit :

« D'autres tombèrent dans les épines, et les épines qui ont monté les ont étouffés. » (Matthieu 13.7)

Mais qui sont ces "mauvaises herbes", ces ronces ou ces épines ?

Jésus nous dit qu'il s'agit de « l'inquiétude des temps et de la richesse trompeuse. » (Matthieu 13.22)

Qui ne s'est jamais soucié du lendemain ? Pour beaucoup, l'inquiétude les ronge avec cette crainte toujours présente de manquer de tel ou tel bien, de perdre telle ou telle richesse.

Ce sont là les fruits de la semence de l'ennemi.

Car, « la bonne semence, ce sont les fils du Royaume ; les ivraies, sont les fils du malin. L’ennemi qui les a semées, c’est le diable. » (Matthieu 13.38-39)

Les mauvaises herbes, comme les ronces et les épines, empoisonnent la vie au point de nous étouffer, et mieux s'élever pour dominer ce monde.

Peu en sont conscients.

Pour mieux comprendre cette parabole, il faut savoir ce qu'est "l'ivraie".

L'ivraie enivrante est une plante herbacée, une mauvaise herbe, redoutée principalement dans les champs de céréales.

Dans le texte grec initial de l'Évangile selon Matthieu, le terme employé pour qualifier "les ivraies" est "zizania", qui a donné "zizanie" en français, c'est-à-dire la division : mot à rapprocher du "diable" dont la racine d'origine grecque "dia" a aussi le sens de division.

On peut souligner le fait que le terme grec est au pluriel. Les "ivraies" sont multiples ... comme les causes de divisions !

Le nom scientifique issu du latin est "Lolium temulentum" et l'adjectif spécifique latin "temulentum" signifie "ivre".

Ceux qui sont séduits par l'ivraie (ou l'ivresse ?), poussent alors comme elle sans comprendre que celle-ci les contamine pour en faire des agents de trouble et de division au service de l'ennemi.

13.31 et 13.32 : Le grain de moutarde
(Passages parallèles en Marc 4.30-32 et Luc 13.18-19)
13.33 : Parabole du levain
(Passage parallèle en Luc 13.20-21)
13.34 et 13.35 : L'objectif des paraboles
(Passages parallèles au Psaume 78.2 et en Marc 4.33-34)
13.36 à 13.43 : Explication de l'ivraie
La parabole de l'ivraie est spécifique à l'Evangile selon Matthieu.

Celui-ci nous en livre l'explication suivante.

Au temps venu, « Le Fils de l’homme enverra ses anges, ils expulseront de son Royaume toutes sources de scandales et ceux qui commettent l’iniquité.

Et ils les jetteront dans la fournaise. Là sera le pleur et le grincement de dents. » (Matthieu 13.41-42)

Cette perspective, reprise notamment dans le Livre de l'Apocalypse, illustre le thème du "jugement dernier" qui doit arriver à la fin des temps, ou fin du monde.

L'expression grecque utilisée dans la Bible a plutôt une dimension temporelle que spatiale, puisqu'il s'agit de la "fin d'une ère".

Si l'on retient la dimension spatiale, l'expression "fin du monde" est alors appropriée.

L'enfer est ainsi présenté dans l'Evangile selon Matthieu comme un terme incontournable pour ceux dont la vie ne les aura pas rendus dignes du "Royaume des cieux".

Qui en sera digne ? Dieu seul le sait.

C'est pourquoi le Seigneur laisse pousser la bonne semence et la mauvaise herbe jusqu'au bout, permettant ainsi à chacun de grandir, d'évoluer, de se repentir ... et de révéler sa vraie nature.

13.44 à 13.46 : Le trésor et la perle

13.47 à 13.52 : Le filet et le maître de maison

13.53 à 13.58 : Jésus rejeté à Nazareth

(Passages parallèles en Marc 6.1-6 et Luc 4.16-24)

Evoquant les enseignements de Jésus, Parole de Dieu et Lumière du monde, l'Evangile selon Jean mentionne (1.11) :

« Elle est venue dans Son propre bien, et les siens ne L’ont pas accueillie. »

La Parole s'est faite chair en s'incarnant dans la personne humaine de Jésus.

Jésus n'a été reconnu ni comme prophète, et encore moins comme Fils de Dieu, dans sa propre patrie.

A Nazareth, on se souvenait du fils de Joseph et de Marie, on connaissait sa famille, mais la foi n'était pas au rendez-vous.

Les enseignements de Jésus, étaient une source de scandale, une occasion de chute.

Dans ces conditions, il est précisé que Jésus accomplit peu de miracles (verset 58).

Le terme grec ici employé est "dunameis", manifestation de puissance qui a donné, dans notre langue, le mot "dynamite".

Ainsi la puissance des manifestations divines dépend du niveau de foi des personnes présentes.

Les versets 14-15 de ce chapitre 13 soulignent :

« Vous aurez beau entendre, mais vous ne pourrez pas comprendre ; vous aurez beau regarder, mais vous ne pourrez pas voir. Le cœur de ce peuple s'est endurci. Ils entendent avec difficulté, ils ont bouché leurs yeux, de peur de voir de leurs yeux, d'entendre avec leurs oreilles. Qu'ils comprennent avec leur cœur et se convertissent, et je les guérirai ! »

Ce passage reprend une prophétie du Premier Testament en Esaïe 6.9-10.

Esaïe est fréquemment cité dans l'Evangile selon Matthieu, entre autres.

Il est parfois considéré comme le cinquième évangéliste (après Mattieu, Marc Luc et Jean) du fait de la similitude entre ses prophéties et la vie de Jésus.

D'un point de vue chronologique, Esaïe ayant vécu 700 ans plus tôt, il conviendrait plutôt de le qualifier de premier évangéliste.

Comme la plupart des vrais prophètes, il ne fut pas apprécié dans sa patrie.

Ce rejet résulte du refus d'écouter l'enseignement prophétique qui pourrait conduire au repentir et au pardon de Dieu.

Esaïe est aussi celui qui annonce la venue d'un "rejeton".

En hébreu, c'est le mot "netser" qui est employé.

Le terme de "rejeton" se trouve ainsi en Esaïe 11.1 ; 11.10 ; 53.2 et 60.21.

Il est possible qu'il y ait un rapprochement entre ce terme "netser" et Nazaréen. Jésus de Nazareth n'est-il pas ce "rejeton" annoncé par Esaïe qui allait être rejeté par sa propre patrie ?

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Matthieu < < < MATTHIEU 13 > > > Chapitre suivant ... > > >