EVANGILE de Jésus Christ selon MATTHIEU

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 14 ~ Versets 1 à 36

La multiplication des pains


Traduction Louis Segond 1910

1 En ce temps-là, Hérode le tétrarque, ayant entendu parler de Jésus,

2 dit à ses serviteurs : C’est Jean-Baptiste ! Il est ressuscité des morts, et c’est pour cela qu’il se fait par lui des miracles.

3 Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère,

4 parce que Jean lui disait : Il ne t’est pas permis de l’avoir pour femme.

5 Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu’elle regardait Jean comme un prophète.

6 Or, lorsqu’on célébra l’anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode,

7 de sorte qu’il promit avec serment de lui donner ce qu’elle demanderait.

8 A l’instigation de sa mère, elle dit : Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean-Baptiste.

9 Le roi fut attristé ; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu’on la lui donne,

10 et il envoya décapiter Jean dans la prison.

11 Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère.

12 Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l’ensevelirent. Et ils allèrent l’annoncer à Jésus.

13 A cette nouvelle, Jésus partit de là dans une barque, pour se retirer à l’écart dans un lieu désert ; et la foule, l’ayant su, sortit des villes et le suivit à pied.

14 Quand il sortit de la barque, il vit une grande foule, et fut ému de compassion pour elle, et il guérit les malades.

15 Le soir étant venu, les disciples s’approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l’heure est déjà avancée ; renvoie la foule, afin qu’elle aille dans les villages, pour s’acheter des vivres.

16 Jésus leur répondit : Ils n’ont pas besoin de s’en aller ; donnez-leur vous-mêmes à manger.

17 Mais ils lui dirent : Nous n’avons ici que cinq pains et deux poissons.

18 Et il dit : Apportez-les-moi.

19 Il fit asseoir la foule sur l’herbe, prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces. Puis, il rompit les pains et les donna aux disciples, qui les distribuèrent à la foule.

20 Tous mangèrent et furent rassasiés, et l’on emporta douze paniers pleins des morceaux qui restaient.

21 Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants.

22 Aussitôt après, il obligea les disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l’autre côté, pendant qu’il renverrait la foule.

23 Quand il l’eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l’écart ; et, comme le soir était venu, il était là seul.

24 La barque, déjà au milieu de la mer, était battue par les flots ; car le vent était contraire.

25 A la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux, marchant sur la mer.

26 Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troublés, et dirent : C’est un fantôme ! Et, dans leur frayeur, ils poussèrent des cris.

27 Jésus leur dit aussitôt : Rassurez-vous, c’est moi ; n’ayez pas peur !

28 Pierre lui répondit : Seigneur, si c’est toi, ordonne que j’aille vers toi sur les eaux.

29 Et il dit : Viens ! Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus.

30 Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il s’écria : Seigneur, sauve-moi !

31 Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit : Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?

32 Et ils montèrent dans la barque, et le vent cessa.

33 Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent : Tu es véritablement le Fils de Dieu.

34 Après avoir traversé la mer, ils vinrent dans le pays de Génésareth.

35 Les gens de ce lieu, ayant reconnu Jésus, envoyèrent des messagers dans tous les environs, et on lui amena tous les malades.

36 Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris.

Nouvelle traduction de la Bible

1. En ce temps-là, Hérode le tétrarque entendit parler de Jésus.

2. Il dit à ses serviteurs : C’est Jean le baptiste qui s'est réveillé des morts, et c’est pourquoi il accomplit des miracles.

3. En effet Hérode, s'étant saisi de Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodiade, la femme de Philippe, son frère.

4. Car Jean lui disait : Il ne t’est pas permis d'avoir cette femme.

5. Il voulait le tuer, mais il craignait la foule, parce qu’on le tenait pour un prophète.

6. Lors de l’anniversaire d’Hérode, la fille d’Hérodiade dansa au milieu de tous et plut à Hérode.

7. Aussi il l'assura dans un serment de lui donner ce qu’elle demanderait.

8. Poussée par sa mère, elle déclara : Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le baptiste.

9. Le roi, attristé, à cause de ses serments et des convives, ordonna qu’on la lui donne.

10. Et il envoya décapiter Jean dans la prison.

11. Sa tête fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille qui la porta à sa mère.

12. Les disciples de Jean vinrent enlever le cadavre et l’ensevelirent. Puis ils allèrent l’annoncer à Jésus.

13. Quand Il apprit cela, Jésus se retira de là dans une barque, vers un lieu désert, à l'écart. Les foules l'apprirent et Le suivirent à pied depuis leurs villes.

14. Il sortit et vit une foule nombreuse. Emu de compassion, Il guérit ceux qui étaient infirmes.

15. Le soir venu, les disciples s'approchèrent en disant : Ce lieu est désert et l'heure déjà tardive : congédie les foules pour qu'elles aillent vers les villages s'acheter leur nourriture.

16. Jésus leur dit : Ils n'ont pas besoin de s'éloigner, donnez-leur vous-mêmes à manger.

17. Ceux-ci Lui dirent : Nous n'avons rien ici, sinon cinq pains et deux poissons.

18. Il dit : Apportez-les ici !

19. Ordonnant aux foules de s'installer sur l'herbe, Il prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux vers le ciel et prononça la bénédiction. Il les rompit et donna les pains aux disciples, puis les disciples aux foules.

20. Ils mangèrent tous et furent rassasiés. Puis ils enlevèrent les morceaux en surplus, douze paniers pleins !

21. Environ cinq mille hommes mangèrent, sans compter les femmes et les enfants.

22. Aussitôt, Il obligea les disciples à monter dans la barque et à Le précéder de l'autre côté, pendant qu'Il congédiait les foules.

23. Ayant renvoyé les foules, Il monta vers la montagne à l'écart pour prier. Le soir étant venu, Il était seul.

24. La barque, déjà éloignée à une bonne distance de la terre, était malmenée par les vagues car le vent était contraire.

25. A la quatrième veille de la nuit, Il arriva vers eux en marchant sur la mer.

26. Les disciples Le voyant marcher sur la mer furent troublés. Ils se dirent qu'il s'agissait d'un fantôme, et crièrent de peur.

27. Aussitôt, Jésus leur parla en disant : Ayez confiance, c'est Moi, ne craignez rien.

28. Pierre Lui répondit : Seigneur, si c'est Toi, ordonne-moi de venir près de Toi sur les eaux.

29. Il lui dit : Viens ! Pierre descendit de la barque, marcha sur les eaux et s'approcha de Jésus.

30. Voyant le vent forcer, il eut peur et, commença à s'enfoncer. Il s'écria : Seigneur, sauve-moi !

31. Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : Incrédule, pourquoi as-tu douté ?

32. Une fois montés dans la barque, le vent se calma.

33. Dans la barque, ils se prosternèrent devant Lui en disant : Vraiment, Tu es Fils de Dieu.

34. Après avoir traversé, ils rejoignirent la terre de Génésareth.

35. Les gens de ce lieu Le reconnurent et en informèrent toute la contrée alentour. On Lui amena tous les malades.

36. Ils lui demandaient de toucher seulement la frange de Son vêtement, et tous ceux qui Le touchaient furent sauvés.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

14.1 à 14.13 : La mort de Jean-Baptiste
(Passages parallèles en Marc 6.14-29 ; Luc 3.19-20 et Luc 9.7-9)

Ayant appris le meurtre de Jean le Baptiste, Jésus ressent le besoin de se recueillir en s'isolant.

Quels sont les sentiments de Jésus en cet instant ?

Tristesse ? Affliction face à la dureté du cœur humain ?

Passé le moment du deuil, Jésus a peut-être aussi prié pour les coupables.

Un homme, Hérode, poussé par sa convoitise, a fait emprisonner puis décapiter Jean parce que celui-ci dénonçait l'immoralité de son comportement.

Les conditions de cette exécution relatées dans la Bible témoignent d'un monde où règnent la cruauté et la mort.

Jésus a peut-être prié pour ces pécheurs afin que ceux-ci se repentent puis est retourné accomplir Sa mission dans ce monde, au contact de ceux qui souffrent.

Peu de choses ont changé depuis. Il existe encore des hommes et des femmes prêts à tuer pour assouvir leurs ambitions, satisfaire leurs convoitises.

On décapite encore de nos jours avec toujours autant de cruauté. Il y a encore et toujours des millions de malades, de miséreux qui demeurent dans l'attente d'un minimum de compassion face à notre indifférence.

Ce qui règne sur cette terre n'a rien à voir avec le plan de Dieu pour l'humanité.

14.14 à 14.21 : La multiplication des pains
(Passages parallèles en Marc 6.30-44 ; Luc 9.10-17 et Jean 6.1-14)

Les quatre évangiles attestent d'une première multiplication des pains pour cinq mille hommes.

Au terme de ce repas, ce sont douze paniers pleins qui sont ramassés.

Deux évangélistes nous ont transmis une information complémentaire.

En Matthieu (15.32-38) et Marc (8.1-9), il est question d'une seconde multiplication des pains qui permit de nourrir quatre mille hommes.

Ce sont cette fois sept corbeilles pleines qui sont récupérées après le partage des pains.

Ces évènements sont doublement symboliques.

Premier symbole : le partage du pain.

Depuis près de deux millénaires, des milliards d'hommes et de femmes ont partagé le pain lors de la commémoration de la Cène, accomplissant ainsi ce que Jésus avait préconisé peu avant sa mort.

Le partage du pain s'effectue en mémoire du sacrifice de Jésus.

Le pain offert, c'est le pain de vie, le pain du sacrifice de Celui qui est venu pour le pardon des péchés.

En partageant le pain pour cinq mille hommes, puis pour quatre mille, auxquels s'ajoutent femmes et enfants, Jésus annonce Son sacrifice offert pour des milliers d'être humains.

Il s'agit donc d'une préfiguration de la Cène.

Second symbole : douze puis sept.

Dans un premier temps, on récupére douze corbeilles, ce qui correspond au nombre des tribus d'Israël.

Peu après, Jésus dira : « Je n'ai été envoyé que pour les brebis perdues de la maison d'Israël. » (Matthieu 15.24)

Puis Jésus se tourne vers les païens. Et la seconde multiplication des pains va s'achever par sept paniers pleins, sept comme les jours de la Création.

La Création n'est pas seulement celle du peuple juif mais de l'humanité entière. Ainsi, le chiffre sept symbolise la plénitude, l'ensemble du monde créé auquel est offert le pain de la nouvelle alliance.

14.22 à 14.36 : Jésus marche sur les eaux
(Passages parallèles en Marc 6.45-56 et Jean 6.16-21)

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Matthieu < < < MATTHIEU 14 > > > Chapitre suivant ... > > >