EVANGILE de Jésus Christ selon MATTHIEU

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 26 ~ Versets 1 à 75

La Pâque et la Cène


Traduction Louis Segond 1910

1 Lorsque Jésus eut achevé tous ces discours, il dit à ses disciples :

2 Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l’homme sera livré pour être crucifié.

3 Alors les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple se réunirent dans la cour du souverain sacrificateur, appelé Caïphe ;

4 et ils délibérèrent sur les moyens d’arrêter Jésus par ruse, et de le faire mourir.

5 Mais ils dirent : Que ce ne soit pas pendant la fête, afin qu'il n’y ait pas de tumulte parmi le peuple.

6 Comme Jésus était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux,

7 une femme s’approcha de lui, tenant un vase d’albâtre, qui renfermait un parfum de grand prix ; et, pendant qu’il était à table, elle répandit le parfum sur sa tête.

8 Les disciples, voyant cela, s’indignèrent, et dirent : A quoi bon cette perte ?

9 On aurait pu vendre ce parfum très cher, et en donner le prix aux pauvres.

10 Jésus, s’en étant aperçu, leur dit : Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Elle a fait une bonne action à mon égard ;

11 car vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours.

12 En répandant ce parfum sur mon corps, elle l’a fait pour ma sépulture.

13 Je vous le dis en vérité, partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait.

14 Alors l’un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs,

15 et dit : Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai ? Et ils lui payèrent trente pièces d’argent.

16 Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus.

17 Le premier jour des pains sans levain, les disciples s’adressèrent à Jésus, pour lui dire : Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque ?

18 Il répondit : Allez à la ville chez un tel, et vous lui direz : Le maître dit : Mon temps est proche ; je ferai chez toi la Pâque avec mes disciples.

19 Les disciples firent ce que Jésus leur avait ordonné, et ils préparèrent la Pâque.

20 Le soir étant venu, il se mit à table avec les douze.

21 Pendant qu’ils mangeaient, il dit : Je vous le dis en vérité, l’un de vous me livrera.

22 Ils furent profondément attristés, et chacun se mit à lui dire : Est-ce moi, Seigneur?

23 Il répondit : Celui qui a mis avec moi la main dans le plat, c’est celui qui me livrera.

24 Le Fils de l’homme s’en va, selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Mieux vaudrait pour cet homme qu’il ne fût pas né.

25 Judas, qui le livrait, prit la parole et dit : Est-ce moi, Rabbi ? Jésus lui répondit : Tu l’as dit.

26 Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps.

27 Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ;

28 car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

29 Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père.

30 Après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des oliviers.

31 Alors Jésus leur dit : Je serai pour vous tous, cette nuit, une occasion de chute ; car il est écrit : « Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées ».

32 Mais, après que je serai ressuscité, je vous précèderai en Galilée.

33 Pierre, prenant la parole, lui dit : Quand tu serais pour tous une occasion de chute, tu ne le seras jamais pour moi.

34 Jésus lui dit : Je te le dis en vérité, cette nuit même, avant que le coq chante, tu me renieras trois fois.

35 Pierre lui répondit : Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. Et tous les disciples dirent la même chose.

36 Là-dessus, Jésus alla avec eux dans un lieu appelé Gethsémané, et il dit aux disciples : Asseyez-vous ici, pendant que je m’éloignerai pour prier.

37 Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses.

38 Il leur dit alors : Mon âme est triste jusqu’à la mort ; restez ici, et veillez avec moi.

39 Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.

40 Et il vint vers les disciples, qu'il trouva endormis, et il dit à Pierre : Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi !

41 Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.

42 Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi : Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite !

43 Il revint, et les trouva encore endormis ; car leurs yeux étaient appesantis.

44 Il les quitta, et, s’éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles.

45 Puis il alla vers ses disciples, et leur dit : Vous dormez maintenant, et vous vous reposez ! Voici, l’heure est proche, et le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.

46 Levez-vous, allons ; voici, celui qui me livre s’approche.

47 Comme il parlait encore, voici, Judas, l’un des douze, arriva, et avec lui une foule nombreuse armée d’épées et de bâtons, envoyée par les principaux sacrificateurs et par les anciens du peuple.

48 Celui qui le livrait leur avait donné ce signe : Celui que je baiserai, c’est lui ; saisissez-le.

49 Aussitôt, s’approchant de Jésus, il dit : Salut, Rabbi ! Et il le baisa.

50 Jésus lui dit : Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le. Alors ces gens s’avancèrent, mirent la main sur Jésus, et le saisirent.

51 Et voici, un de ceux qui étaient avec Jésus étendit la main, et tira son épée ; il frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l’oreille.

52 Alors Jésus lui dit : Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée.

53 Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges ?

54 Comment donc s’accompliraient les Ecritures, d’après lesquelles il doit en être ainsi ?

55 En ce moment, Jésus dit à la foule : Vous êtes venus, comme après un brigand, avec des épées et des bâtons, pour vous emparer de moi. J’étais tous les jours assis parmi vous, enseignant dans le temple, et vous ne m’avez pas saisi.

56 Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes fussent accomplis. Alors tous les disciples l’abandonnèrent, et prirent la fuite.

57 Ceux qui avaient saisi Jésus l’emmenèrent chez le souverain sacrificateur Caïphe, où les scribes et les anciens étaient assemblés.

58 Pierre le suivit de loin jusqu’à la cour du souverain sacrificateur, y entra, et s’assit avec les serviteurs, pour voir comment cela finirait.

59 Les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient quelque faux témoignage contre Jésus, suffisant pour le faire mourir.

60 Mais ils n’en trouvèrent point, quoique plusieurs faux témoins se fussent présentés. Enfin, il en vint deux,

61 qui dirent : Celui-ci a dit : Je puis détruire le temple de Dieu, et le rebâtir en trois jours.

62 Le souverain sacrificateur se leva, et lui dit : Ne réponds-tu rien ? Qu’est-ce que ces hommes déposent contre toi ?

63 Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit : Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.

64 Jésus lui répondit : Tu l’as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

65 Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, disant : Il a blasphémé ! Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d’entendre son blasphème.

66 Que vous en semble ? Ils répondirent : Il mérite la mort.

67 Là-dessus, ils lui crachèrent au visage, et lui donnèrent des coups de poing et des soufflets

68 en disant : Christ, prophétise ; dis-nous qui t’a frappé.

69 Cependant, Pierre était assis dehors dans la cour. Une servante s’approcha de lui, et dit : Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen.

70 Mais il le nia devant tous, disant : Je ne sais ce que tu veux dire.

71 Comme il se dirigeait vers la porte, une autre servante le vit, et dit à ceux qui se trouvaient là : Celui-ci était aussi avec Jésus de Nazareth.

72 Il le nia de nouveau, avec serment : Je ne connais pas cet homme.

73 Peu après, ceux qui étaient là, s’étant approchés, dirent à Pierre : Certainement tu es aussi de ces gens-là, car ton langage te fait reconnaître.

74 Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais pas cet homme. Aussitôt le coq chanta.

75 Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite : Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Quand Jésus eut fini de parler, Il s'adressa à Ses disciples.

2. Vous savez que la Pâque aura lieu dans deux jours, et le Fils de l'homme sera livré pour être crucifié.

3. Alors les grands-prêtres et les anciens du peuple s'assemblèrent dans le palais du grand-prêtre nommé Caïphe.

4. Ils s'entendirent pour se saisir de Jésus par ruse, pour Le tuer.

5. Ils décidèrent : Pas pendant la fête, afin de ne pas susciter des troubles parmi le peuple.

6. Jésus était allé à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux.

7. Une femme s’approcha de Lui, tenant un vase d’albâtre contenant un parfum de grand prix. Elle Lui versa sur la tête pendant qu'Il était attablé.

8. Quand ils virent cela, les disciples s’indignèrent en disant : A quoi bon cette perte ?

9. Ceci aurait pu être vendu très cher, afin de le donner aux pauvres.

10. Jésus en eu connaissance et leur dit : Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme ? Car elle a accompli une belle action envers moi.

11. En effet, des pauvres, vous en avez toujours avec vous, mais moi vous ne m’avez pas pour toujours.

12. Car elle a répandu ce parfum sur mon corps pour préparer ma mise au tombeau.

13. A vrai dire, là où cette bonne nouvelle sera proclamée, dans le monde entier, on évoquera aussi le souvenir de ce que fit cette femme.

14. Alors l’un des douze, nommé Judas Iscariot, se rendit auprès des grands-prêtres.

15. Il dit : Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai ? Ceux-ci lui comptèrent trente pièces d’argent.

17. Le premier jour des pains sans levain, les disciples s'approchèrent de Jésus en disant : Où veux-tu que nous te préparions à manger pour la Pâque ?

18. Il dit : Allez en ville chez un tel et dites-lui : "Le maître dit que son heure est venue et qu'il célèbre la Pâque chez toi avec ses disciples."

19. Les disciples firent ce que Jésus avait ordonné et préparèrent la Pâque.

20. Le soir venu, Il s'attabla avec les douze.

21. Pendant qu'ils mangeaient, Il dit : Ma foi, je vous le dis, l'un de vous me livrera.

22. Ils étaient profondément attristés. Chacun commença à Lui dire : Est-ce moi Seigneur ?

23. Celui-ci répondit : Celui qui plonge avec moi la main dans le plat, c'est lui qui me livrera.

24. Le Fils de l'homme s'en va comme cela fut écrit à son sujet. Mais qu'il est malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré. Il aurait mieux valu pour cet homme qu'il n'ait pas été engendré.

25. Prenant la parole, Judas, celui qui allait Le livrer, Lui dit : Est-ce moi, maître ? Il lui répondit : Tu l'as dit.

26. Comme ils mangeaient, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et, l'ayant donné aux disciples, Il dit : Prenez, mangez, ceci est mon corps.

27. Puis, ayant pris une coupe et rendu grâce, Il leur donna en disant : Buvez-en tous !

28. Car ceci est mon sang, celui de l'alliance, répandu pour une multitude en vue du pardon des péchés.

29. Je vous déclare que je ne boirai plus, dorénavant, de ce fruit de la vigne jusqu'au jour où je le boirai, nouveau, avec vous, dans le Royaume de mon Père.

30. Après avoir chanté des psaumes, ils sortirent vers le mont des Oliviers.

31. Alors Jésus leur dit : Vous serez tous scandalisés, cette nuit, à cause de moi. Car il est écrit : « Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront éparpillées ».

32. Mais, une fois relevé, je vous précéderai en Galilée.

33. Prenant la parole, Pierre Lui dit : Si tous sont scandalisés à cause de toi, moi je ne le serai jamais.

34. Jésus lui déclara : A vrai dire, cette nuit même, avant que le coq chante, tu me renieras trois fois.

35. Pierre Lui dit : Même s'il me fallait mourir avec toi, je ne te renierai sûrement pas. Et tous les disciples dirent de même.

36. Alors Jésus se rendit avec eux dans un domaine nommé Gethsémané, et Il dit aux disciples : Asseyez-vous là pendant que je m’éloignerai pour prier.

37. Il prit avec Lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et Il commença à éprouver de la tristesse et à s'angoisser.

38. Il leur dit alors : Mon âme est tellement triste, à en mourir. Restez ici et veillez avec moi.

39. Puis, s'avançant un peu, Il se laissa tomber face à terre, et pria : Mon Père, si c'est possible, que cette coupe s’éloigne de moi. Pourtant, non comme je le veux, mais ce que tu veux.

40. Il vint vers les disciples qu'Il trouva endormis, et Il dit à Pierre : Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller une seule heure avec moi ?

41. Veillez et priez, pour ne pas tomber dans la tentation. L’esprit est plein d'ardeur, mais la chair est faible.

42. De nouveau, pour la seconde fois, Il s’éloigna pour prier : Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe passe sans que je la boive, que ta volonté s'accomplisse.

43. Il revint et les trouva encore endormis, car leurs yeux s'étaient appesantis.

44. Il les quitta, s’éloigna de nouveau et pria pour la troisième fois, en répétant les mêmes paroles.

45. Puis Il alla vers les disciples et leur dit : Dormez pour le temps qui reste, reposez-vous. Voici, l’heure est proche où le Fils de l’homme est livré aux mains des pécheurs.

46. Réveillez-vous, allons. Voici, celui qui me livre s’approche !

47. Comme Il parlait encore, Judas, un des douze, arriva et avec lui beaucoup de gens munis de glaives et de bâtons, envoyés par les grands-prêtres et les anciens du peuple.

48. Celui qui Le livrait leur avait donné un signe en disant : Celui que j'embrasserai, c'est lui, saisissez-le.

49. Et s'approchant aussitôt de Jésus, il dit : Salut, Maître ! Et Il lui donna un baiser.

50. Jésus lui dit : Mon ami, c'est pour ça que tu es présent ! Alors, ils s'approchèrent, mirent la main sur Jésus et s'emparèrent de Lui.

51. Un de ceux qui était avec Jésus, portant la main sur son glaive, dégaina, frappa le serviteur du grand-prêtre et lui ôta l'oreille.

52. Alors Jésus lui dit : Remets ton glaive à sa place, car tous ceux qui prennent un glaive périront par le glaive.

53. Ne penses-tu pas que je puisse prier à l'instant mon Père qui placerait aussitôt près de moi plus de douze légions d'anges ?

54. Comment donc s’accompliraient les Ecritures selon lesquelles ceci doit arriver ?

55. A cet instant, Jésus dit aux foules : Vous êtes sortis avec des glaives et des bâtons pour me capturer comme un brigand. Chaque jour, j’étais assis, enseignant dans le temple, et vous ne m’avez pas saisi.

56. Tout ceci s'est produit afin que les Ecritures des prophètes soient accomplies. Alors, tous les disciples Le laissèrent et s'enfuirent.

57. Ceux qui avaient saisi Jésus l’emmenèrent chez le grand-prêtre Caïphe, où les scribes et les anciens se rassemblèrent.

58. Pierre Le suivit de loin jusqu’à la cour du grand-prêtre. Il entra à l'intérieur et il s’assit avec les serviteurs pour voir comment cela finirait.

59. Les grands-prêtres et tout le Sanhédrin cherchaient un faux témoignage contre Jésus afin de le mettre à mort.

60. Et ils n’en trouvaient pas parmi les nombreux faux témoins qui s'étaient approchés. Enfin, il en vint deux.

61. Ils dirent : Celui-ci a déclaré : "Je peux détruire le sanctuaire de Dieu et le reconstruire en trois jours."

62. Le grand-prêtre se leva et Lui dit : Ne réponds-tu rien à ce que ces hommes attestent contre toi ?

63. Jésus se taisait. Le grand-prêtre Lui dit : Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.

64. Jésus lui dit : Toi, tu le dis. Cependant, je vous dis que vous verrez désormais le Fils de l’homme siégeant à la droite du Tout-Puissant et venir sur les nuées du ciel.

65. Alors le grand-prêtre déchira ses vêtements en disant : Il a blasphémé ! Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, maintenant, vous venez d’entendre le blasphème.

66. Qu'en pensez-vous ? Ils répondirent : Il mérite la mort.

67. Alors, ils Lui crachèrent au visage, Le gifflèrent et Lui donnèrent des coups.

68. Ils disaient : Prophétise pour nous, Christ, dis-nous qui t’a frappé ?

69. Pierre était assis dehors dans la cour. Une servante s’approcha de lui et dit : Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen.

70. Il le nia devant tous en disant : Je ne sais pas de quoi tu parles.

71. Comme il s'en allait vers le portail, une autre le vit et dit à l'entourage : Celui-ci était avec Jésus le Nazôréen.

72. Il nia de nouveau : Je jure que je ne connais pas cet homme.

73. Peu après, ceux qui étaient là, s'approchèrent et dirent à Pierre : Toi aussi, tu es vraiment des leurs, car ton accent te révèle.

74. Alors il commença à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais pas cet homme ! Et aussitôt un coq chanta.

75. Et Pierre se souvint de la parole de Jésus qui avait dit : Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Il sortit dehors et pleura amèrement.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

26.1 à 26.5 : Le complot contre Jésus
(Passages parallèles en Marc 14.1-2 et Luc 22.1-2 et Jean 11.47-48 & 53)
26.6 à 26.13 : L'onction à Béthanie
(Passages parallèles en Marc 14.3-9 et Jean 12.1-8)
26.14 à 26.16 : La trahison de Judas
(Passages parallèles en Marc 14.10-11 et Luc 22.3-6)

Judas Iscariot est allé voir les grands-prêtres pour négocier sa trahison.

Ce n'est pas lui qui a fixé le prix ... trente pièces d'argent ... mais les chefs religieux.

Un prix dérisoire : la vie de Jésus n'avait-elle à leurs yeux pas plus de valeur que celle d'un esclave malmené par un bœuf ?

En effet, parmi les prescriptions de la Torah, on trouve celle-ci :

« ... si le bœuf frappe un esclave, homme ou femme, on donnera trente sicles d’argent au maître de l’esclave, et le bœuf sera lapidé. » (Exode 21.32)

Pour Judas, peu importait la somme, sa décision était prise. Pourquoi ?

Jean nous révèle que les Écritures du Premier Testament devaient ainsi s'accomplir :

« Celui qui mange avec moi le pain a levé son talon contre moi. » (Jean 13.18) et Jésus proclame dans le même verset : « Je connais ceux que j'ai choisis. »

Jean nous dit aussi de Judas : « qu’il était voleur et que, tenant la bourse, il en dérobait ce qu’on y déposait. » (Jean 12.6)

Judas Iscariot faisait partie des douze premiers disciples appelés par Jésus (Matthieu 10.2 & 4).

Lorsque Jésus "appelle", Il sait que certains répondront à l'appel ... mais en vain.

26.17 à 26.19 : Préparation de la Pâque
(Passages parallèles en Marc 14.12-16 et Luc 22.7-13)
26.20 à 26.25 : Jésus désigne Judas
(Passages parallèles en Marc 14.17-21 et Luc 22.21-23 et Jean 13.21-30)
26.26 à 26.29 : Institution de la Cène
(Passages parallèles en Marc 14.22-25 et Luc 22.14-20)

Le terme de Cène vient du latin "cena", qui désigne le repas du soir, et que l'on associe au dernier repas de Jésus avec Ses apôtres.

Dans les milieux chrétiens, il est aussi appelé le "repas du Seigneur" ou "Eucharistie".

Ce terme vient du grec "eukharistia", qui signifie "action de grâce", que l'on peut rappocher du grec moderne "efcharisto" qui se traduit par "merci".

La pratique de la Cène, ou de l'Eucharistie, est donc un acte de remerciement envers Jésus dont le sacrifice vient couvrir les péchés du monde.

Dans sa première épître aux Corinthiens, Paul expose comme suit le déroulement de la Cène : « Dans la nuit où il fut livré, le Seigneur Jésus prit du pain.

Et, après avoir rendu grâces, Il le rompit et dit : Ceci est mon corps, qui est pour vous, faites ceci en mémoire de moi.

Il fit de même avec la coupe après avoir soupé, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, faites ceci en mémoire de moi chaque fois que vous en boirez. » (versets 11.23-25)

Le pain symbolise le sacrifice du corps du Christ donné pour le pardon des péchés.

Le sang symbolise la nouvelle alliance avec l'humanité.

La première alliance avait été instituée par Moïse avec le sang de taureaux sacrifiés dont il aspergea le peuple en disant :

« Voici le sang de l'alliance que l'Eternel a conclue avec vous ... » (Exode 24.8)

Une alliance qu'il fallait régulièrement renouveler en sacrifiant des animaux.

Le sacrifice du Christ est d'une autre nature : il n'appelle aucun renouvellement.

Mais chacun se doit de renouveler le souvenir de Son sacrifice lors de la Cène.

26.30 à 26.35 : Annonce du reniement de Pierre
(Passages parallèles en Marc 14.26-31 et Luc 22.33-34 & 39 et Jean 13.37-38)
26.36 à 26.46 : Le jardin de Gethsémané
(Passages parallèles en Marc 14.32-42 et Luc 22.40-46)

"Gethsémané" ou "Gethsémani" est une oliveraie.

Ce mot signifie "pressoir à huile".

Ce jardin est proche du mont des Oliviers où Jésus allait souvent. C'est là que Jésus a quitté les disciples lors de l'Ascension :

« Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous à regarder vers le ciel ? Ce Jésus, qui vous a été enlevé au ciel, reviendra de la même manière que vous l'avez observé s'en allant vers le ciel.

Alors ils retournèrent à Jérusalem, quittant le mont appelé "des Oliviers", proche de Jérusalem à un chemin de sabbat. » (Actes 1.11-12)

Le retour en ce même lieu est une prophétie du Premier (Ancien) Testament :

« L'Éternel paraîtra, et il combattra ces nations, Comme il combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des oliviers, Qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l'orient ... » (Zacharie 14.3-4)

Nous pouvons même voir dans un célèbre évènement biblique, au temps de Noé, une préfiguration symbolique de cet aller et retour de l'Esprit de Dieu au Mont des Oliviers ...

« Il attendit encore sept autres jours, et il lâcha de nouveau la colombe hors de l'arche. La colombe revint à lui sur le soir ; et voici, une feuille d'olivier arrachée était dans son bec. » (Genèse 8:10-11)

L'olivier est devenu un symbole de paix et de réconciliation entre Dieu et les hommes au temps de Noé.

Avec Jésus, nous retrouvons ce symbole avec le mont des Oliviers. Il n'est certes pas difficile de trouver des oliviers en pays méditerranéen, notamment en Palestine.

Il est plus difficile d'y trouver la paix ...

26.47 à 26.56 : Arrestation de Jésus
(Passages parallèles en Marc 14.43-52 et Luc 22.47-53 et Jean 18.2-11)
26.57 à 26.68 : Jésus devant le Sanhédrin
(Passages parallèles en Marc 14.53-65 et Luc 22.54 & 63-71 et Jean 18.12-14)
26.69 à 26.75 : Le reniement de Pierre
(Passages parallèles en Marc 14.66-72 et Luc 22.55-62 et Jean 18.17 & 25-27)

Quand il a pris conscience de son reniement, Pierre s'est éloigné en pleurant. Quelles sont les différences entre les remords, les regrets et le repentir ?

Le regret est un état de conscience douloureux, un mécontentement, un chagrin ... Le remords ajoute aux regrets un sentiment de honte causé par la conscience d'avoir mal agi.

Manifestement, Pierre était au stade d'un remords profond après avoir renié Jésus par trois fois.

Qu'allait-il devenir ?

L'Evangile selon Matthieu ne nous en dit pas plus mais se préoccupe plutôt du sort réservé à Judas qui est aussi touché par les remords.

« Alors Judas, qui L'avait livré, voyant qu'Il était condamné, se repentit et restitua les trente pièces d'argent aux grands-prêtres et aux anciens.

Il dit : "J'ai péché en livrant un sang innoncent". Ceux-ci répondirent : "Pourquoi venir nous le dire ? C'est à toi de voir."

Il jeta les pièces d'argent dans le sanctuaire, se retira, et s'en alla se pendre. » (Matthieu 27.3-5)

Les remords de Judas l'on conduit au repentir ... mais il va chercher le pardon auprès de ses complices.

Il n'y avait rien à espérer d'eux ... Judas s'est pendu.

Concernant Pierre, il a eu le privilège de pouvoir se faire pardonner par le Seul qui puisse effacer les remords. L'Evangile selon Jean nous rapporte une conversation, après la résurrection de Jésus ...

« Il lui dit pour la troisième fois : "Simon, fils de Jean, as-tu de l'affection pour moi ?"

Pierre fut attristé qu’Il lui ait dit pour la troisième fois : "As-tu de l'affectionn pour moi ?"

Et il Lui répondit : "Seigneur, tu sais tout, tu sais donc que j'ai de l'affection pour toi."

Jésus lui dit : "Fais paître mes moutons." » (Jean 21.17)

Par trois fois Pierre affirme aimer Jésus comme il l'avait renié par trois fois. Jésus, en interrogeant Pierre par trois fois lui rappelle ainsi son reniement.

Pierre en est attristé ... mais la faute commise va être pardonnée et Pierre reçoit sa feuille de route : s'occuper du "troupeau" des disciples.

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Matthieu < < < MATTHIEU 26 > > > Chapitre suivant ... > > >