EVANGILE de Jésus Christ selon MATTHIEU

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 9 ~ Versets 1 à 38

Le ministère de Jésus en Galilée


Traduction Louis Segond 1910

1 Jésus, étant monté dans une barque, traversa la mer, et alla dans sa ville.

2 Et voici, on lui amena un paralytique couché sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés.

3 Sur quoi, quelques scribes dirent au dedans d’eux: Cet homme blasphème.

4 Et Jésus, connaissant leurs pensées, dit : Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos coeurs ?

5 Car, lequel est le plus aisé, de dire : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, et marche ?

6 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Lève-toi, dit-il au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison.

7 Et il se leva, et s’en alla dans sa maison.

8 Quand la foule vit cela, elle fut saisie de crainte, et elle glorifia Dieu, qui a donné aux hommes un tel pouvoir.

9 De là étant allé plus loin, Jésus vit un homme assis au lieu des péages, et qui s’appelait Matthieu. Il lui dit : Suis-moi. Cet homme se leva, et le suivit.

10 Comme Jésus était à table dans la maison, voici, beaucoup de publicains et de gens de mauvaise vie vinrent se mettre à table avec lui et avec ses disciples.

11 Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples : Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie ?

12 Ce que Jésus ayant entendu, il dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.

13 Allez, et apprenez ce que signifie : « Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. » Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

14 Alors les disciples de Jean vinrent auprès de Jésus, et dirent : Pourquoi nous et les pharisiens jeûnons-nous, tandis que tes disciples ne jeûnent point ?

15 Jésus leur répondit : Les amis de l’époux peuvent-ils s’affliger pendant que l’époux est avec eux ? Les jours viendront où l’époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront.

16 Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit ; car elle emporterait une partie de l’habit, et la déchirure serait pire.

17 On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues ; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et le vin et les outres se conservent.

18 Tandis qu’il leur adressait ces paroles, voici, un chef arriva, se prosterna devant lui, et dit : Ma fille est morte il y a un instant ; mais viens, impose-lui les mains, et elle vivra.

19 Jésus se leva, et le suivit avec ses disciples.

20 Et voici, une femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans s’approcha par derrière, et toucha le bord de son vêtement.

21 Car elle disait en elle-même : Si je puis seulement toucher son vêtement, je serai guérie.

22 Jésus se retourna, et dit, en la voyant : Prends courage, ma fille, ta foi t’a guérie. Et cette femme fut guérie à l’heure même.

23 Lorsque Jésus fut arrivé à la maison du chef, et qu’il vit les joueurs de flûte et la foule bruyante,

24 il leur dit : Retirez-vous ; car la jeune fille n’est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de lui.

25 Quand la foule eut été renvoyée, il entra, prit la main de la jeune fille, et la jeune fille se leva.

26 Le bruit s’en répandit dans toute la contrée.

27 Etant parti de là, Jésus fut suivi par deux aveugles, qui criaient : Aie pitié de nous, Fils de David !

28 Lorsqu’il fut arrivé à la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : Croyez-vous que je puisse faire cela ? Oui, Seigneur, lui répondirent-ils.

29 Alors il leur toucha les yeux, en disant : Qu’il vous soit fait selon votre foi.

30 Et leurs yeux s’ouvrirent. Jésus leur fit cette recommandation sévère : Prenez garde que personne ne le sache.

31 Mais, dès qu’ils furent sortis, ils répandirent sa renommée dans tout le pays.

32 Comme ils s’en allaient, voici, on amena à Jésus un démoniaque muet.

33 Le démon ayant été chassé, le muet parla. Et la foule étonnée disait : Jamais pareille chose ne s’est vue en Israël.

34 Mais les pharisiens dirent : C’est par le prince des démons qu’il chasse les démons.

35 Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans les synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité.

36 Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger.

37 Alors il dit à ses disciples : La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers.

38 Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson.

Nouvelle traduction de la Bible

1. Il monta dans une barque, passa de l'autre côté et se rendit dans Sa propre ville.

2. On porta alors près de Lui un paralytique couché sur un lit. En voyant leur foi, Jésus dit au paralytique : Aie courage, mon enfant, tes péchés te sont remis.

3. Alors certains scribes se dirent en eux-mêmes : Celui-ci blasphème.

4. Voyant leurs préoccupations, Jésus dit : Pourquoi avez-vous de mauvaises pensées dans vos cœurs ?

5. Qu'est-il plus facile de dire : Tes péchés te sont remis, ou bien de dire : Lève-toi et marche ?

6. Afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a le pouvoir sur terre de remettre les péchés - Il dit alors au paralytique : En te levant prends ta civière et va dans ta maison.

7. Il se leva et s'éloigna vers sa maison.

8. Voyant cela, les foules furent effrayées et glorifièrent Dieu d'avoir donné un tel pouvoir aux hommes.

9. Quand Il s'éloigna de là, Jésus vit un homme qui s'appelait Matthieu assis au péage. Il lui dit : Suis-moi. Il se leva et Le suivit.

10. Jésus était attablé dans la maison. De nombreux collecteurs d'impôts et des pécheurs arrivèrent pour se mettre à table avec Jésus et Ses disciples.

11. A cette vue, les Pharisiens dirent à Ses disciples : Pourquoi votre maître mange-t-il avec ces publicains et ces pécheurs ?

12. Quand Il les entendit, Il leur dit : Ce ne sont pas ceux qui se sentent forts qui ont besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal.

13. Allez apprendre ce que signifie : « Je veux la miséricorde et non le sacrifice ». En effet, je ne suis pas venu appeler des justes mais les pécheurs.

14. Alors les disciples de Jean s'approchèrent en disant : Pourquoi nous, ainsi que les Pharisiens, nous jeûnons, et tes disciples ne jeûnent pas ?

15. Jésus leur dit : Les fils de la noce peuvent-ils être affligés tant que l'époux est avec eux ? Viendront des jours où l'époux leur sera enlevé, alors ils jeûneront.

16. Personne n'applique un morceau de tissu neuf sur un vieux vêtement ; car la pièce ajoutée au vêtement s'arrache et la déchirure devient pire.

17. De même, on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres ; car à coup sûr les outres se déchirent, le vin se répand et les outres sont perdues. Mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et les deux se conservent.

18. Comme Il leur parlait ainsi, on vit venir un chef qui se prosterna devant Lui en disant : Ma fille en cet instant est en fin de vie. Mais viens, impose ta main sur elle, et elle vivra.

19. Jésus se leva et le suivit avec Ses disciples.

20. Or une femme perdant du sang depuis douze ans s'approcha par derrière et toucha la frange de Son vêtement.

21. Elle se disait en effet en elle-même : Si seulement je touche son vêtement, je serai sauvée.

22. Jésus se retourna. Il la vit et dit : Aie courage ma fille, ta foi t'a sauvée. Et la femme fut sauvée à cet instant.

23. Arrivé à la maison du chef, Il vit les joueurs de flûte et la foule qui s'agitait.

24. Il dit : Retirez-vous, en effet la fillette n'est pas morte mais elle dort. Et ils se moquaient de Lui.

25. Quand la foule fut mise dehors, Il entra, saisit sa main et la fillette se réveilla.

26. Cela s'ébruita dans tout le pays.

27. En sortant de là, Jésus fut suivi par deux aveugles qui criaient : Aie pitié de nous fils de David !

28. Il entra dans la maison. Les aveugles s'approchèrent de Lui, et Jésus leur dit : Croyez-vous que je puisse faire cela ? Ils Lui dirent : Oui Seigneur.

29. Alors Il toucha leurs yeux en disant : Que vous soyez exaucés selon votre foi.

30. Et leurs yeux s'ouvrirent. Jésus prit un ton sévère en leur disant : Prenez garde que personne ne le sache.

31. Mais une fois sortis, ils ébruitèrent cela dans tout le pays.

32. Quand ils furent sortis, on Lui amena un homme sourd-muet possédé d'un démon.

33. Il expulsa le démon. Le sourd-muet parla et les foules s'étonnaient en disant : Jamais rien de tel ne s'est produit en Israël.

34. Les Pharisiens disaient : Il jette les démons dehors par le chef des démons.

35. C'est ainsi que Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignait dans leurs synagogues, proclamait l'évangile du Royaume et guérissait de toute maladie et de toute infirmité.

36. En voyant les foules, Ses entrailles se nouèrent à leur sujet, car elles étaient fatiguées et abattues, comme des brebis sans berger.

37. Alors Il dit à Ses disciples : La moisson est grande, mais les ouvriers sont peu nombreux.

38. Priez donc le Seigneur de la moisson afin qu'Il fasse sortir des ouvriers dans sa moisson.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

9.1 à 9.8 : Guérison d'un paralytique
(Passages parallèles en Marc 2.1-12 et Luc 5.17-26)
9.9 à 9.13 : Jésus appelle Matthieu
(Passages parallèles en Marc 2.13-17 et Luc 5.27-32)
9.14 à 9.17 : Le jeûne, le vieux et le neuf
(Passages parallèles en Marc 2.18-22 et Luc 5.33-39)

Le prophète Ésaïe, quand il évoquait les pratiques rituelles liées au jeûne, proclamait la Parole de Dieu en ces termes : « Voici le jeûne auquel je prends plaisir :

Détache les chaînes de la méchanceté, Dénoue les liens de la servitude, Renvoie libres les opprimés, Et que l'on rompe toute espèce de joug ; Partage ton pain avec celui qui a faim, Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ; Si tu vois un homme nu, couvre-le, Et ne te détourne pas de ton semblable. » (Ésaïe 58.6-7)

A son tour, Jésus exprime ce qu'il ressent à l'égard d'une autre pratique rituelle : le sacrifice.

Il rappelle cette parole de Dieu transmise par le prophète Osée (6.6) : « Car j'aime la miséricorde et non les sacrifices. »

Dieu prend plaisir à la compassion et à la miséricorde, non aux faux jeûnes et aux sacrifices.

Une fois de plus, Jésus professe que ce qui prime, c'est ce qui vient du cœur. Le vrai sacrifice n'est pas celui des autres.

Ce n'est pas en tuant des animaux que l'on peut s'offrir soi-même à Dieu mais en devenant par un changement de mentalité et de comportement un "sacrifice vivant".

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. Ce sera de votre part un culte conforme à la Parole. » (Romains 12.1)

Tout comme les compassions de Dieu le conduisent à pardonner les péchés, la compassion humaine permet d'exprimer la miséricorde autour de soi.

9.18 à 9.26 : Guérison et résurrection
(Passages parallèles en Marc 5.21-43 et Luc 8.40-56)
9.27 à 9.31 : Guérison de deux aveugles


9.32 à 9.34 : Guérison d'un muet

(Passages parallèles en Matthieu 12.22-24 et Luc 11.14-15)
9.35 à 9.38 : La compassion pour les foules
(Passages parallèles en Marc 6.34 et Luc 10.2)

Où qu'il aille, Jésus était assailli de toutes part. Des hommes et des femmes sollicitaient de multiples guérisons pour eux ou pour leurs proches. Et Jésus répondait, par compassion.

Qu'en est-il de nos jours ?

Face à la foule perdue « comme des brebis sans berger », Jésus est-il toujours rempli de compassion ?

L'expression employée dans le texte grec en Matthieu 9.36 se traduit par : "il fut ému aux entrailles". Jésus parti, il incombait à Ses disciples de poursuivre la mission d'évangélisation, d'être à leur tour "émus aux entrailles" face à la misère du monde.

« La moisson est grande ... » dit Jésus à Ses disciples !

Mais peu nombreux sont ceux qui s'investissent au sein de la moisson. 2 000 ans plus tard, elle n'a fait que s'accroître. La foule des égarés, des malades et des désespérés, est devenue multitude.

Les progrès de la médecine peuvent résoudre bien des maladies ... mais la détresse morale s'accentue.

Pour tenter de remédier au mal-être, les dérives spirituelles affectent toutes les couches de la population, y compris parmi les chrétiens. Certains cherchent une issue spirituelle dans toutes sortes de directions. L'occultisme est à la mode ...

Les uns rapportent du Mexique ou du Guatémala des statuettes représentant des divinités mayas. Elles sont invoquées pour faire pleuvoir ou apporter des guérisons.

D'autres préfèreront des "grigris" importés d'Afrique contre les mauvais sorts jetés aux enfants. Face à ces gadgets, la Bible enseigne :

« Jamais on n'a appris ni entendu dire, Et jamais l'œil n'a vu qu'un autre dieu que toi fît de telles choses pour ceux qui se confient en lui. » (Ésaïe 64.3)

Bien sûr, ces bibelots n'ont aucun pouvoir miraculeux. Mais sur les marchés du monde, on trouve plus facilement des supports d'idolâtrie que des Bibles !

< < < Retour à l'accueil < < < Evangile selon Matthieu < < < MATTHIEU 9 > > > Chapitre suivant ... > > >