EPITRE AUX ROMAINS

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 15 ~ Versets 1 à 33

Dernières recommandations


Traduction Louis Segond 1910

1 Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, et ne pas nous complaire en nous-mêmes.

2 Que chacun de nous complaise au prochain pour ce qui est bien en vue de l'édification.

3 Car Christ ne s'est point complu en lui-même, mais, selon qu'il est écrit : Les outrages de ceux qui t'insultent sont tombés sur moi.

4 Or, tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Ecritures, nous possédions l'espérance.

5 Que le Dieu de la persévérance et de la consolation vous donne d'avoir les mêmes sentiments les uns envers les autres selon Jésus-Christ,

6 afin que tous ensemble, d'une seule bouche, vous glorifiiez le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ.

7 Accueillez-vous donc les uns les autres, comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.

8 Je dis, en effet, que Christ a été serviteur des circoncis, pour prouver la véracité de Dieu en confirmant les promesses faites aux pères,

9 tandis que les païens glorifient Dieu à cause de sa miséricorde, selon qu'il est écrit : C'est pourquoi je te louerai parmi les nations, Et je chanterai à la gloire de ton nom.

10 Il est dit encore : Nations, réjouissez-vous avec son peuple !

11 Et encore : Louez le Seigneur, vous toutes les nations, Célébrez-le, vous tous les peuples !

12 Esaïe dit aussi : Il sortira d'Isaï un rejeton, Qui se lèvera pour régner sur les nations ; Les nations espéreront en lui.

13 Que le Dieu de l'espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit !

14 Pour ce qui vous concerne, mes frères, je suis moi-même persuadé que vous êtes pleins de bonnes dispositions, remplis de toute connaissance, et capables de vous exhorter les uns les autres.

15 Cependant, à certains égards, je vous ai écrit avec une sorte de hardiesse, comme pour réveiller vos souvenirs, à cause de la grâce que Dieu m'a faite

16 d'être ministre de Jésus-Christ parmi les païens, m'acquittant du divin service de l'Evangile de Dieu, afin que les païens lui soient une offrande agréable, étant sanctifiée par l'Esprit-Saint.

17 J'ai donc sujet de me glorifier en Jésus-Christ, pour ce qui regarde les choses de Dieu.

18 Car je n'oserais mentionner aucune chose que Christ n'ait pas faite par moi pour amener les païens à l'obéissance, par la parole et par les actes,

19 par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l'Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu'en Illyrie, j'ai abondamment répandu l'Evangile de Christ.

20 Et je me suis fait honneur d'annoncer l'Evangile là où Christ n'avait point été nommé, afin de ne pas bâtir sur le fondement d'autrui,

21 selon qu'il est écrit : Ceux à qui il n'avait point été annoncé verront, Et ceux qui n'en avaient point entendu parler comprendront.

22 C'est ce qui m'a souvent empêché d'aller vers vous.

23 Mais maintenant, n'ayant plus rien qui me retienne dans ces contrées, et ayant depuis plusieurs années le désir d'aller vers vous,

24 j'espère vous voir en passant, quand je me rendrai en Espagne, et y être accompagné par vous, après que j'aurai satisfait en partie mon désir de me trouver chez vous.

25 Présentement je vais à Jérusalem, pour le service des saints.

26 Car la Macédoine et l'Achaïe ont bien voulu s'imposer une contribution en faveur des pauvres parmi les saints de Jérusalem.

27 Elles l'ont bien voulu, et elles le leur devaient ; car si les païens ont eu part à leurs avantages spirituels, ils doivent aussi les assister dans les choses temporelles.

28 Dès que j'aurai terminé cette affaire et que je leur aurai remis ces dons, je partirai pour l'Espagne et passerai chez vous.

29 Je sais qu'en allant vers vous, c'est avec une pleine bénédiction de Christ que j'irai.

30 Je vous exhorte, frères, par notre Seigneur Jésus-Christ et par l'amour de l'Esprit, à combattre avec moi, en adressant à Dieu des prières en ma faveur,

31 afin que je sois délivré des incrédules de la Judée, et que les dons que je porte à Jérusalem soient agréés des saints,

32 en sorte que j'arrive chez vous avec joie, si c'est la volonté de Dieu, et que je jouisse au milieu de vous de quelque repos.

33 Que le Dieu de paix soit avec vous tous ! Amen !

Nouvelle traduction de la Bible

1. Nous qui sommes forts, nous devons porter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, sans complaisance pour nous-mêmes.

2. Que chacun de nous cherche à plaire à son prochain, en vue du bien, pour l'édification.

3. Car le Christ ne s'est pas complu en lui-même, mais comme il est écrit : « Les insultes de ceux qui t'insultaient sont retombées sur moi. » (Psaume 69.10)

4. Ainsi, tout ce qui fut écrit par anticipation le fut pour nous enseigner, afin de posséder l'espérance par la persévérance et la consolation dans les Ecritures.

5. Le Dieu de la persévérance et de la consolation puisse-t-il vous donner de vivre en accord les uns avec les autres, selon la volonté de Jésus Christ.

6. Afin que, unanimes et d'une seule voix, vous glorifiez Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.

7. Aussi, accueillez-vous les uns les autres comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.

8. Car j'affirme que Christ s'est mis au service des circoncis en accomplissement des promesses faites aux pères.

9. Quant aux païens, c'est à cause de la miséricorde pour glorifier Dieu, comme il est écrit : « C'est pourquoi je te célèbrerai parmi les païens, et je chanterai pour l'honneur de ton nom. » (2 Samuel 22.50 & Psaume 18.50)

10. Il est dit aussi : « Nations, réjouissez-vous avec son peuple ! » (Deutéronome 32.43)

11. Et encore : « Que toutes les nations louent le Seigneur, et que tous les peuples l'acclament ! » (Psaume 117.1)

12. Esaïe déclare à son tour : « Il viendra, le rejeton de Jessé, et il se lèvera pour commander aux nations. Les nations espèreront en lui. » (Esaïe 11.10)

13. Que le Dieu de l'espérance vous comble de joie et de paix dans la foi, afin que votre espérance déborde par la puissance de l'Esprit Saint.

14. En ce qui vous concerne, j'en suis personnellement convaincu, mes frères, que vous êtes pleins de bonnes dispositions, abreuvés de toute la connaissance et aussi aptes à vous mettre en garde mutuellement.

15. Je vous ai écrit par moment avec audace, afin de raviver vos souvenirs, en vertu de la grâce que Dieu m'a donnée.

16. Appelé à être serviteur de Jésus Christ auprès des païens, je me consacre à l'Evangile de Dieu, afin que les païens forment une offrande acceptable, sanctifiée par l'Esprit Saint.

17. A cause d'eux, j'ai la fierté d'être en Jésus Christ pour Dieu.

18. Car je n'oserai parler de quoi que ce soit, si ce n'est de ce que Christ a fait par moi pour conduire les païens à l'obéissance, par des paroles et des actes.

19. C'est par la puissance des signes et des prodiges, par la puissance de l'Esprit, que, depuis Jérusalem et de tous côtés jusqu'en Illyrie, j'ai pleinement annoncé l'Evangile du Christ.

20. J'ai ainsi mis un point d'honneur à ne pas évangéliser là où Christ avait été annoncé, afin de ne rien bâtir sur les fondations d'un autre.

21. C'est d'ailleurs ce qui est écrit : « Ils le verront, ceux à qui on ne l'avait pas annoncé, et ceux qui n'en avaient pas entendu parler comprendront. » (Esaïe 52.15)

22. C'est aussi pourquoi j'ai si souvent été empêché de venir chez vous.

23. Mais maintenant, n'ayant plus rien à faire dans ces contrées, j'ai le vif désir de venir chez vous, et ceci depuis de nombreuses années.

24. Quand j'irai en Espagne, j'espère en effet vous voir en passant et que vous m'accompagniez là-bas, après avoir été d'abord, pour une bonne part, comblé par votre présence.

25. Pour le moment, je vais à Jérusalem au service des saints.

26. Car la Macédoine et l'Achaïe ont jugé bon d'être solidaires avec ceux des saints de Jérusalem qui sont pauvres.

27. Elles ont jugé que c'était bien et, en effet, elles le leur devaient. Car si les païens ont pris part à leurs biens spirituels, ils se doivent de subvenir à leurs besoins matériels.

28. Quand j'en aurais fini, après leur avoir remis le fruit de cette collecte, je passerai par chez vous pour me rendre en Espagne.

29. Je sais qu'en venant chez vous je serai pleinement dans la bénédiction du Christ.

30. Je vous encourage, frères, par notre Seigneur Jésus Christ et par l'amour de l'Esprit, à combattre avec moi en priant Dieu pour moi.

31. Ceci afin que j'échappe aux incrédules en Judée et que le secours que j'apporte à Jérusalem soit bien accueilli par les saints.

32. Et, enfin, que je vienne chez vous dans la joie, par la volonté de Dieu, pour me reposer parmi vous.

33. Que le Dieu de paix soit avec vous tous ! Amen.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

15.1 à 15.13 : Soutien et accueil réciproques
A l'approche du terme de sa lettre, Paul développe la dimension relationnelle qu'il préconise dans les communautés chrétiennes.

En premier lieu, les plus forts doivent supporter les faiblesses des autres (verset 1).

A elle seule, cette première étape semble bien éloignée de ce que l'on peut constater dans un monde où la solidarité se fait rare.

Ensuite, chacun se doit de plaire aux autres plutôt qu'à soi-même (versets 2 & 3) avec pour objectif de vivre en accord au sein de la communauté (verset 5).

Cette approche de l'amour fraternel peut se résumer par une simple formule : aimer, c'est rechercher le bonheur de l'autre.

Paul pousse son espérance à croire que les chrétiens puissent être unanimes (verset 6), en sachant s'accueillir mutuellement (verset 7).

Un tel cocktail de bonnes dispositions doit naturellement déboucher sur la joie et la paix dans la foi et l'espérance (verset 13).

On ne peut s'attarder sur ces propos sans ressentir l'écart entre cette ligne de conduite et la réalité quotidienne.

Paul était-il un rêveur ?

Ou tout simplement un prédicateur qui dessinait une ébauche de la cité future : la Cité de Dieu.

15.14 à 15.33 : Ministère et projets de Paul
Paul récapitule brièvement le cadre dans lequel il a pu développer son ministère.

Le verset 19 utilise trois termes pour qualifier les manifestations spirituelles : signes, prodiges et puissance.

Les signes, "sèmeion" en grec, sont souvent évoqués lorsque les évangélistes parlent notamment des guérisons de Jésus.

Le signe n'est pas nécessairement visible au-delà de celui qui en est le destinataire. Il peut se traduire par une guérison physique, mais l'objectif est surtout la guérison spirituelle : la conversion.

Le prodige revêt déjà une allure plus spectaculaire.

Enfin, la puissance, "dunamis" en grec, est de nature à étonner tous ceux qui sont présents.

De ce mot grec provient le terme de dynamite.

On peut difficilement rester indifférent à une explosion de dynamite.

La puissance de Dieu, lorsqu'elle se manifeste ainsi, peut renverser une montagne dans la mer.

Dans tout ceci, il n'est pas question de "miracle".

Ce terme ne vient pas du grec mais du latin "miraculum" que l'on peut traduire par "prodige".

Il dérive du latin "mirari" qui signifie "s'étonner".

Le miracle a donc bien cette dimension spectaculaire qui suscitait la stupéfaction.

D'une particulière densité au temps de Jésus, ils se sont raréfiés au temps des apôtres, pour devenir ensuite des phénomènes isolés.

Cette régression est probablement liée à celle de la foi.

Les proches de Jésus ont vécu intensément en Sa présence et témoigné ainsi pour le reste de leur vie.

Les lettres de Paul attestent de cette intensité mais aussi des failles qui commençaient à fissurer certaines communautés chrétiennes.

L'Eglise de Rome au temps de Paul semble être parmi les plus solides.

Paul ne leur adresse pas de remontrances comme il a pu le faire pour d'autres communautés.

Il se réjouit à l'idée de rencontrer les chrétiens de Rome (versets 29 & 32) et espère pouvoir connaître un temps de repos à leurs côtés.

Il finira effectivement son ministère à Rome.

Mais il demeurera en activité au service du Seigneur jusqu'au bout.

< < < Retour à l'accueil < < < Epître aux Romains < < < ROMAINS 15 > > > Chapitre suivant ... > > >