SECONDE EPITRE A TIMOTHEE

Le Nouveau Testament commenté

Chapitre 4 ~ Versets 1 à 22

Le testament de Paul


Traduction Louis Segond 1910

1 Je t'en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son apparition et de son royaume,

2 prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant.

3 Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs,

4 détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables.

5 Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l'oeuvre d'un évangéliste, remplis bien ton ministère.

6 Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche.

7 J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi.

8 Désormais la couronne de justice m'est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

9 Viens au plus tôt vers moi ;

10 car Démas m'a abandonné, par amour pour le siècle présent, et il est parti pour Thessalonique ; Crescens est allé en Galatie, Tite en Dalmatie.

11 Luc seul est avec moi. Prends Marc, et amène-le avec toi, car il m'est utile pour le ministère.

12 J'ai envoyé Tychique à Ephèse.

13 Quand tu viendras, apporte le manteau que j'ai laissé à Troas chez Carpus, et les livres, surtout les parchemins.

14 Alexandre, le forgeron, m'a fait beaucoup de mal. Le Seigneur lui rendra selon ses oeuvres.

15 Garde-toi aussi de lui, car il s'est fortement opposé à nos paroles.

16 Dans ma première défense, personne ne m'a assisté, mais tous m'ont abandonné. Que cela ne leur soit point imputé !

17 C'est le Seigneur qui m'a assisté et qui m'a fortifié, afin que la prédication fût accomplie par moi et que tous les païens l'entendissent. Et j'ai été délivré de la gueule du lion.

18 Le Seigneur me délivrera de toute oeuvre mauvaise, et il me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. A lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !

19 Salue Prisca et Aquilas, et la famille d'Onésiphore.

20 Eraste est resté à Corinthe, et j'ai laissé Trophime malade à Milet.

21 Tâche de venir avant l'hiver. Eubulus, Pudens, Linus, Claudia, et tous les frères te saluent.

22 Que le Seigneur soit avec ton esprit ! Que la grâce soit avec vous !

Nouvelle traduction de la Bible

1. Je t'adjure, en présence de Dieu et de Jésus Christ, qui doit juger les vivants et les morts, par Sa manifestation et par Son règne :

2. Proclame la parole, insiste, que le moment soit opportun ou non, reprends, réprimande, exhorte avec patience et volonté d'enseigner.

3. Car il viendra un temps où beaucoup ne supporteront plus la saine doctrine, mais ils accumuleront dans leur entourage, au gré de leurs propres désirs, des maîtres qui diront ce qu'ils aiment entendre.

4. Et ils détourneront leur écoute de la vérité pour se tourner vers des affabulations.

5. Mais toi, demeure sobre en tout, supporte la souffrance, fais œuvre d'évangéliste, remplis ton ministère.

6. Car moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ est arrivé.

7. J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.

8. Désormais, la couronne de justice m’est réservée. Le Seigneur, le juste juge, me la remettra le jour venu. Non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement.

9. Efforce-toi de venir me rejoindre rapidement !

10. Car Démas m'a abandonné, par amour pour le monde présent, et il est parti à Thessalonique. Crescens est en Galatie et Tite en Dalmatie.

11. Seul Luc est avec moi. Prends Marc, et amène-le avec toi, car il m'est utile pour le ministère.

12. J'ai envoyé Tychique à Ephèse.

13. En venant, apporte le manteau que j'ai laissé à Troas chez Carpos, ainsi que les livres, surtout les parchemins.

14. Alexandre, le fondeur, a bien mal agi à mon égard. Le Seigneur lui rendra selon ses œuvres.

15. Toi aussi, prends garde à lui, car il s'est vigoureusement opposé à nos paroles.

16. Personne ne m'a soutenu lorsque j'ai présenté ma première défense, mais tous m'ont abandonné. Puisse cela ne par leur être imputé !

17. Le Seigneur m'a assisté et m'a fortifié afin que j'expose ma profession de foi et qu'elle soit entendue de tous les païens. Puis j'ai été délivré de la gueule du lion.

18. Le Seigneur me délivrera de tout acte malveillant et me sauvera pour Son Royaume céleste. A Lui la gloire aux siècles des siècles ! Amen.

19. Salue Prisca et Aquilas ainsi que la famille d'Onésiphore.

20. Eraste est resté à Corinthe. J'ai laissé Trophime malade à Milet.

21. Efforce-toi de venir avant l'hiver. Eubule, Pudens, Lin, Claudia et tous les frères te saluent.

22. Que le Seigneur soit avec ton esprit et la grâce avec vous tous.

Allez jusqu'au bout de l'Evangile !

Commentaires et annotations

4.1 à 4.22 : Le testament de Paul
« J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. » (verset 7)

Emprisonné à Rome, délaissé ou trahi par certains, Paul sent venir le terme de sa vie.

Ce qu'il écrit à Timothée est un testament, à la fois en terme de témoignage d'une vie accomplie au service du Seigneur, mais également en terme d'alliance avec Lui.

Cette alliance repose sur le fait d'avoir conservé la foi jusqu'au bout malgré les épreuves.

"Le bon combat" peut aussi se traduire par "le beau combat".

Ceci ajoute une dimension esthétique à la valeur éthique du "bon combat".

Pour les grecs anciens, le "bon" et le "beau" étaient couramment associés dans une expression :

"Kalos kagathos".

Cette locution est la forme abrégée de "kalos kai agathos" qui signifiait littéralement "beau et bon".

La "kalokagathie" est ainsi la condition de celui qui entretient l’idéal de la conduite personnelle.

L’expression était utilisée pour décrire un certain idéal de l’être humain, tant sur le plan intellectuel et moral que sur le plan physique.

En y rattachant la notion de combat, Paul rejoint l’idéal chevaleresque de la personnalité humaine complète, harmonieuse d’âme et de corps, compétente au combat comme en paroles.

Ce beau combat, Paul l'évoquait quelques années auparavant :

« Je m'élance vers le but en vue du prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ. » (Philippiens 3.14)

Le beau combat a une dimension céleste et universelle dans le cadre d'une création qui nous dépasse.

A quel prix pouvons-nous prétendre ?

Tiendrons-nous jusqu'au bout pour obtenir la récompense tant espérée : celle d'une vie éternelle à la hauteur de notre espérance ?

Nous ignorons pour la plupart quelles épreuves nous attendent ... et c'est probablement mieux ainsi.

Car ce qui est annoncé, à l'approche de l'avènement du Seigneur, risque d'en faire reculer plus d'un ...

« Vous serez haïs de tous à cause de mon nom. Mais celui qui tiendra bon jusqu’à la fin sera sauvé. » (Marc 13.13)

< < < Retour à l'accueil < < < 2ème épître à Timothée < < < 2TIMOTHEE 4 > > > Chapitre suivant ... > > >